Je suis prisonnier à Guantanamo Bay et j’ai un message pour le président Biden

0
59
Sculpture de José Antonio Elvira, Guantanamo, Cuba

 Je n’ai aucun intérêt à la vengeance, mais je voudrais que les gens sachent ce qui m’est arrivé et comment cela a été balayé sous le tapis

 

Le président Biden a prêté serment cette semaine en tant que 46e président des USA. C’est quelqu’un qui a vécu des tragédies personnelles : il a d’abord perdu sa femme et sa fille dans un accident en 1972, puis son fils Beau, atteint d’une tumeur au cerveau. Il a ressenti tant de douleur ; j’espère que cela signifie qu’il comprendra la mienne. Les deux dernières décennies de ma vie ont été un cauchemar sans fin – et le pire, c’est que ma famille y est également enfermée. 

Je suis assis ici, à Guantánamo Bay, en train d’écrire ceci, et je ne peux qu’espérer que le président éprouvera une certaine empathie pour ma situation et celle des autres détenus qui languissent ici dans cette terrible prison. 

Lorsque j’ai été enlevé à Karachi en 2002 et vendu à la CIA contre une prime avec une fausse histoire selon laquelle j’étais un terroriste appelé Hassan Ghul, ma femme et moi venions d’apprendre avec joie qu’elle était enceinte. Elle a donné naissance à mon fils Jawad quelques mois plus tard. Je n’ai jamais été autorisé à rencontrer mon propre enfant. Le président Biden est un homme qui parle de l’importance de la famille. Je me demande s’il peut imaginer ce que ce serait de n’avoir jamais touché son propre fils. Le mien aura bientôt 18 ans, et je n’ai pas été là pour l’aider ou le guider. 

J’ai été enfermé pendant toute son enfance, sans accusation ni procès. Pendant ce temps, le président a accompli un mandat complet de sénateur, huit ans en tant que vice-président des USA, et a défié Donald Trump pour la présidence et l’a emporté, réalisant ainsi l’ambition de sa vie. Je doute que j’aurais fait une telle chose, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander ce que j’aurais pu faire de ces années, si elles n’avaient pas été volées.

Lorsque Biden a prêté serment pour devenir vice-président en janvier 2009, aux côtés de Barack Obama, il a rejoint une administration qui avait juré de fermer Guantánamo. Un décret, publié cette semaine-là, promettait de « rétablir les normes d’une procédure régulière et les valeurs constitutionnelles fondamentales qui ont fait la grandeur de ce pays, même en pleine guerre ». Dès le deuxième jour de son mandat, Obama a promis de fermer « Gitmo » pour de bon.

Je ne suis pas ici pour le juger pour l’échec de ces plans face à l’obstruction du Congrès, ni pour suggérer qu’il sera facile de fermer Guantánamo maintenant. Mais cela me met du baume au cœur que les USA soient à nouveau dirigés par un président qui croit en la justice et en l’État de droit.

Ahmed Rabbani est détenu
à Guantanamo Bay depuis 2004

Le rapport de la commission sénatoriale du renseignement sur la torture de la CIA a été achevé « sous sa direction », comme on dit, en 2014. C’est un rapport dans lequel je figure. Il dit que j’ai été torturé pendant 540 jours dans la « prison noire » en Afghanistan « sans autorisation » ; quant à savoir si cela aurait été mieux « avec autorisation », je suis toujours indécis. Je peux confirmer que la torture a bien eu lieu, même si je n’aurais pas pu compter les jours moi-même : les jours et les nuits se sont mélangés en un seul alors que j’étais pendu à une barre dans une fosse noire, à l’agonie alors que mes épaules se disloquaient.

Je doute que le président Biden puisse comprendre ce qu’est cette torture ; entendre une femme crier dans la pièce d’à côté et se faire dire que c’est votre femme, et que si vous ne faites pas ce qu’ils insistent, ils la violeront ou la tueront. 

Je n’ai aucun intérêt à la vengeance, mais je voudrais que les gens sachent ce qui m’est arrivé et comment cela a été balayé sous le tapis – afin que nous soyons protégés contre les présidents comme le prédécesseur de Biden qui pourraient faire en sorte que quelqu’un y fasse face à nouveau. La tache de la torture peut être effacée de l’histoire usaméricaine. Biden et son administration ne peuvent pas se mettre la tête dans le sable et prétendre que cela n’a pas eu lieu. 

Les USA paient actuellement 13,8 millions de dollars par an juste pour me garder ici, il pourrait donc économiser beaucoup d’argent en me laissant simplement rentrer chez moi. Je ne suis qu’un chauffeur de taxi de Karachi, victime d’une erreur d’identité. La CIA a même capturé le vrai Hassan Ghul, mais après l’avoir interrogé, ils l’ont laissé partir et m’ont gardé en prison. Peut-être sont-ils gênés par leur erreur ?

Cette semaine, alors que Biden s’installe à la Maison Blanche, il va vivre dans la splendeur. Je ne veux pas comparer le Bureau ovale à ma cellule ici à Guantanamo. Cependant, cela me brise le cœur de penser à la façon dont ma famille – sans père ni mari – vit dans des conditions aussi misérables. 

Le nouveau président assistera à des banquets luxueux, alors que je suis dans ma septième année de grève de la faim, pour protester contre le fait que je suis détenu sans procès. Je pèse moins de la moitié du poids que j’avais lors de ma première arrestation à Karachi, et vu la façon dont les choses se passent, même s’ils me gavent, je vais mourir ici dans ma cellule. 

Le président Biden a le pouvoir de faire quelque chose. Je voudrais que justice soit faite, bien sûr, pour tous les abus que j’ai subis, mais surtout, je ne veux pas rentrer chez moi dans un cercueil ou un sac mortuaire. Je veux juste rentrer chez moi auprès de ma famille, et enfin – pour la première fois – tenir mon fils dans mes bras.

Ahmed Rabbani, Guantánamo ISN 1461, a fourni cet article par l’intermédiaire de l’organisation de défense des droits humains Reprieve.

 

Independent 22 Janvier 2021
Traduit par  Fausto Giudice 
 Tlaxcala 11 Février 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY