Haïti : Une révolution noire va se répéter !

0
250
Notre travail est d'unifier l'action de tous les révolutionnaires haïtiens et de mettre fin à la division au sein de nos rangs afin de diriger les masses dans la lutte armée
À l’occasion du 220e anniversaire de l’Indépendance haïtienne, nous réimprimons le discours prononcé lors de la première Conférence de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine par le révolutionnaire haïtien Paul Lantimo.
Du 3 au 16 janvier 1966, quelque cinq cents délégués de quatre-vingt-deux pays se sont réunis au Théâtre Chaplin de La Havane, à Cuba, pour la première Conférence de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Extension plus militante de la célèbre conférence afro-asiatique tenue à Bandung, en Indonésie, une décennie auparavant, la réunion de La Havane a été initiée par le Premier ministre algérien Ahmed Ben Bella et le révolutionnaire marocain Medhi Ben Barka Bella, cependant, a été destitué et emprisonné avant le début de l’organisation, et quelques mois avant le début de la conférence, Ben Barka a été enlevé dans les rues de Paris, torturé et tué. Pourtant, la conférence a continué. Y ont participé des représentants de syndicats, d’organisations internationalistes, de partis politiques et de factions de libération de Porto Rico à la Palestine, ainsi que des personnalités telles que Fidel Castro et Haydee Santamaria de Cuba, Cheddi Jagan du Guyana, Salvador Allende du Chili, Marcelino dos Santos d’Angola, George Weeks de Trinidad, et Amilcar Cabral de Guinée Bissau, qui a prononcé son célèbre discours « L’arme de la théorie ». Che Guevara a été élu président honoraire, par contumace.
La conférence de La Havane a servi de réunion fondatrice de l’Organisation de solidarité avec les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine (OSPAAAL) et, inspirées par les exemples de Cuba et du Vietnam, les résolutions de la conférence ont mis l’accent sur la lutte révolutionnaire armée et contre l’impérialisme et le colonialisme et le néocolonialisme.
Haïti était représenté à La Havane par le Front démocratique unifié de libération nationale (F.D.U.L.N). La F.D.U.L.N était une organisation anti-impérialiste et anti-féodale fondée en 1964. Elle est née de la fusion du Parti d’Union de Démocrates Haïtiens et du Parti d’Entente Populaire, deux groupes haïtiens radicaux qui avaient trouvé une cause commune dans leurs tentatives de renverser la dictature de François Duvalier soutenue par les États-Unis. Le président du F.D.U.L.N, Paul Lantimo, s’est adressé à la conférence. Le discours de Lantimo, « Haïti : une révolution noire se répétera », prononcé au nom du peuple haïtien, a fourni une analyse éclairante de la situation critique d’Haïti depuis le succès de la révolution haïtienne en 1804. Lantimo a expliqué comment près de deux siècles d’intervention impérialiste et Le contrôle néocolonial a miné le développement d’Haïti, tandis que l’État haïtien (dans ce cas, sous Duvalier) était mobilisé contre le peuple haïtien, qu’il s’agisse de paysans et de la classe ouvrière ou d’intellectuels et de commerçants bourgeois. Pour Lantimo, l’espoir d’Haïti résidait dans son histoire de succès révolutionnaire et dans la solidarité au-delà des frontières de classe et des frontières nationales, contre un ennemi commun mondial : l’impérialisme.
Une traduction du discours de Lantimo a été publiée dans le numéro de l’été 1966 de Soul Book : The Quarterly Journal of Revolutionary Afroamerica, à Berkeley, en Californie, par une branche du Revolutionary Action Movement. Nous reproduisons le discours ci-dessous pour marquer deux anniversaires en Haïti. Le premier, le 1er janvier 2024, marque les deux cent vingtième anniversaires de la révolution haïtienne et la naissance de la première république noire au monde. Le deuxième anniversaire, également en 2024, reconnaît une occasion plus sordide : le vingtième anniversaire, une nouvelle ère du néocolonialisme impérialiste en Haïti, une ère souvent appelée la « deuxième occupation ».
Lors de la première occupation d’Haïti, de 1915 à 1934, les marines américains ont débarqué dans la république et ont pris le contrôle de toutes les institutions politiques et économiques d’Haïti, tout en massacrant tous les Haïtiens qui se mettaient en travers de leur chemin. La deuxième occupation a commencé en 2004 et a été initiée par les États-Unis, le Canada et la France, mais couverte par les Nations Unies et une force militaire multinationale. Cela a commencé avec l’enlèvement et l’exil par les marines américains de Jean Bertrand Aristide, le premier président démocratiquement élu d’Haïti. Cela s’est poursuivi avec l’usurpation de la démocratie populaire d’Haïti par le Core Group, une cabale de nations et d’entités multinationales qui contrôlent l’économie d’Haïti et tirent les ficelles en contrôlant les membres des dirigeants fantoches d’Haïti, y compris le Premier ministre non élu et impopulaire Ariel Henry.
Bientôt, la deuxième occupation s’intensifiera avec le débarquement d’armées étrangères – apparemment dirigées par l’État néocolonial du Kenya – pour « pacifier » les masses agitées d’Haïti. Nous pouvons cependant être certains que la prédiction de Lantimo à La Havane en 1966 se réalisera : en Haïti, une révolution noire contre l’impérialisme se répétera.

Haïti : Une révolution noire va se répéter
par Paul Lantimo

Frères Délégués des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine : Au nom du peuple opprimé d’Haïti, la délégation du Front Démocratique Uni de Libération Nationale salue chaleureusement les peuples des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine qui luttent contre l’impérialisme international au nom de l’indépendance économique et politique, du progrès social et de la paix. Le Front transmet son message de vif encouragement aux peuples du Congo([Léopoldville]), d’Afrique du Sud, aux peuples de Colombie, du Venezuela, du Pérou, du Guatemala et du Laos, qui luttent héroïquement contre l’impérialisme et les gouvernements rétrogrades de leurs pays respectifs. La délégation haïtienne adresse un salut particulier au peuple dominicain et l’assure de l’entière solidarité du peuple haïtien dans sa lutte contre les troupes yankees. Enfin, l’admiration est exprimée pour le vaillant peuple vietnamien qui, en ce moment, porte de graves coups à l’impérialisme et à ses laquais. En débarquant de nombreuses troupes au Vietnam et en intimidant le peuple, l’impérialisme américain pensait que la situation serait placée en sa faveur. M. Johnson et les militaristes du Pentagone se sont largement trompés. Au Vietnam, c’est le peuple qui prend l’initiative – l’impérialisme nord-américain sera écrasé tôt ou tard. Aujourd’hui, face à l’intensification délibérée de l’agression impérialiste, les délégués des mouvements progressistes et révolutionnaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine sont réunis afin que puissent être planifiées les conditions d’une réponse décisive de tous les peuples. Oh, comme les impérialistes tremblent !

Frères délégués : le peuple de notre pays a déjà vécu dans le souvenir des exploits révolutionnaires. En 1791, sous la direction de Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, et en utilisant les rivalités intercolonialistes, le joug des esclaves français fut brisé, la guerre d’indépendance fut victorieusement soutenue et les armées napoléoniennes furent expulsées du pays. C’était en 1804.

Les impérialistes américains ont utilisé leur présence dans notre pays pour devancer leurs rivaux anglais, allemands et surtout français.

Mais à cette époque où le capitalisme international croissant s’appuyait sur l’esclavage colonial en Afrique et en Amérique (et déterminait ainsi l’avenir de l’humanité), il était extrêmement difficile pour un petit pays de développer une économie indépendante. Les pays capitalistes nous ont imposé une sorte de blocus économique et nous ont refusé le crédit et l’équipement technique si vital pour nous après une douzaine d’années de guerre dévastatrice. S’appuyant sur les chefs militaires et sur l’énorme commerce d’import-export aux mains étrangères, ils ont réussi à faire de notre pays une semi-colonie, condamnant ainsi les masses haïtiennes à la misère.

​ Cette situation s’est aggravée dans la première partie du siècle. L’impérialisme yankee, profitant des rivalités entre les puissances européennes après les premières guerres mondiales, a envoyé ses marines sur notre territoire et a occupé notre pays pendant 15 ans (1915 – 1930). Les impérialistes américains ont utilisé leur présence dans notre pays pour devancer leurs rivaux anglais, allemands et surtout français. Ils contrôlaient directement nos banques et nos finances. Ils ont établi une gestion douanière qui a légué le commerce extérieur à leurs monopoles, ils ont installé un système judiciaire selon leur fantaisie, et une administration et une armée qui leur ont permis de contrôler la vie économique et politique de notre pays, ce qui s’est poursuivi après leur départ. Ils nous ont imposé l’achat de leur pétrole et le prix de leur café ; ils ont exproprié nos paysans du Nord-Est, de la Vallée de l’Artibonite et de l’Ouest pour l’installation et l’exploitation de leurs raffineries de sucre et de sisal, et pour l’extraction du cuivre et de la bauxite, qui au lieu d’être transformés dans le pays, sont exportés vers le pays. Etats-Unis En nous spoliant de nos richesses minières et en exploitant férocement le travail de notre peuple, en imposant son commerce et ses prix, la domination nord-américaine a réussi à aggraver et accélérer la crise interne du régime.

L’impérialisme nord-américain a mis fin à son occupation d’Haïti en 1930 [1934, en fait, ndlr]. Mais il a laissé derrière lui ses abattoirs et un système conforme à ses intérêts. Le gouvernement de Duvalier en est aujourd’hui le représentant et le fidèle serviteur.

Mis au pouvoir par l’armée haïtienne avec la bénédiction du Département d’État, Duvalier n’a cessé de maintenir pour elle une politique réactionnaire interne et externe. Il a soutenu et maintenu : laisser libre cours aux investissements du capital impérialiste ; sabotage de l’effort économique national, politique fiscale qui écrase les producteurs agricoles, affamant la masse des travailleurs et des classes moyennes ; l’intolérance et la persécution des organisations syndicales et démocratiques laissant les classes opprimées à la merci de leurs maîtres, des seigneurs féodaux et de l’État ; soutien total à la politique étrangère américaine ; soutien notoire à l’intervention impérialiste au Congo, à l’intervention nord-américaine en République dominicaine et à la politique d’hostilité des États-Unis contre Cuba.

Mais l’impérialisme nord-américain et ses larbins Duvalier ne pourront pas maintenir longtemps leur domination sur notre peuple. Des signes extérieurs de crise sont déjà apparus. Le phénomène de l’insolvabilité de l’État est réapparu de manière dramatique : des pans entiers d’employés publics et d’employeurs ne reçoivent pas leurs salaires bimensuels et mensuels et/ou ils les perçoivent avec beaucoup de retard – cette situation les place entre les mains des usuriers.

Le peuple de notre pays, Haiti, a déjà vécu dans le souvenir des exploits révolutionnaires.

Certaines entreprises de production contrôlées par l’Etat (usines d’huiles essentielles nationalisées en 1959, confiserie centrale des Cayes) sont en déficit constant. La moralité et le crédit d’État sont en faillite ; l’enseignement national, secondaire et universitaire a perdu de son prestige à cause de l’ingérence des “tontons-macoutes” (agents civils armés, membres de la police répressive des Duvalier) parmi les professeurs, qui sont en partie incités à partir pour le Canada ou l’Afrique (le d’autre part, les dommages causés aux citoyens à faible revenu provoquent et augmentent le prestige des écoles privées). Dans les douanes et les bureaux de poste, des pillages de colis étrangers ont été organisés avec l’immense colère des citoyens et surtout des hommes d’affaires. La justice a complètement disparu.

Tous les conflits se règlent sous la pression d’un « tonton macoute », qui accable d’abus toutes les classes. Les prisonniers politiques sont exécutés ou bien ils croupissent en prison, complètement coupés de l’extérieur. Une terreur inimaginable s’abat sur les villes et les campagnes. Les familles de Benoit Riobe à Port-au-Prince, Sansarick à Jérémie et bien d’autres ont été assassinées en plein jour sur dénonciation policière et sans autre fondement. Dans les zones frontalières (dominicaine-haïtienne), des centaines et des centaines de paysans ont été mitraillés et jetés aux fosses et aux tombes simplement pour avoir vendu ou fourni de la nourriture aux rebelles haïtiens qui combattaient alors dans les montagnes. En bref, tous les niveaux de l’autorité politique et militaire sont contrôlés par des personnes sinistres, qui ne doivent aucune allégeance à aucune classe, et qui sont prêtes à accomplir, si cela leur est ordonné, toutes les tâches pénibles, et en cas de nécessité à commettre le plus actes malhonnêtes et cruels. La crise haïtienne est ainsi devenue plus visible, plus claire aux yeux du monde entier. Mais c’était pire, car il faut désormais franchir une sphère d’action principale et décisive, la sphère de pouvoir des classes réactionnaires. L’État se révèle incapable de satisfaire aux obligations élémentaires appropriées envers les classes qui le soutiennent. Leurs dettes sont gonflées indéfiniment au détriment de la banque, de certains grands hommes d’affaires et de certaines entreprises impérialistes. Et maintenant, il (l’État) se trouve confronté à la nécessité d’utiliser des méthodes extraordinaires de taxation qui ne sont que des exigences d’investissement de telle ou telle somme d’argent ou d’opportunité. Ainsi, l’appareil d’État fonctionne de plus en plus dans l’intérêt d’un groupe réactionnaire contre un autre. Il en résulte une aggravation des contradictions au sein des classes exploitées. Il devient vital que chaque groupe prenne directement en charge l’appareil étatique pour lui-même. Au cours de la longue campagne électorale, férocement menée entre les différents secteurs politiques traditionnels, les bandes duvaliéristes gagnantes ont utilisé l’appareil d’État non seulement contre le peuple – ce qui était normal – mais aussi contre les autres bandes de la réaction. Les libertés publiques n’existent même pas.

En résumé : l’incroyable misère des masses travailleuses, la faiblesse du régime due à l’hostilité entre les différentes bandes réactionnaires, la répression aveugle et féroce et la disparition de toutes les libertés du peuple ont créé une nouvelle situation qui permet à de nouvelles forces de progresser régulièrement dans le pays.

Le gouvernement Duvalier n’est pas tombé du ciel. C’est l’expression de la crise du régime et de l’impérialisme mondial. Parce que les classes réactionnaires ont été et seront toujours impuissantes à résoudre les crises, seule l’action révolutionnaire du peuple suffira à changer la situation.

Jusqu’à présent, les masses haïtiennes ont développé le combat sous différentes formes. Les ouvriers, étudiants et professionnels ont soutenu d’importantes batailles syndicales et politiques malgré la répression. En 1961, les étudiants organisèrent une puissante grève qui prit immédiatement un caractère politique et mit en danger le pouvoir de Duvalier. Les paysans ont souvent entrepris des manifestations violentes pour se défendre contre l’expropriation ou les abus des « tontons macoutes ». De même, à trois ou quatre reprises, des groupes de patriotes ont pris l’initiative d’une action armée qui a échoué en raison de l’inexpérience politique des auteurs et de leur isolement du peuple.

​ La nouvelle opposition s’organise constamment à un niveau supérieur : elle soutient des portions de l’avant-garde, elle ne se confie pas encore le rôle de libérateurs, elle travaille ensemble sur la base d’un programme ou de toute façon à partir d’idées ; il tourne le dos au passé et regarde vers l’avenir, condamnant les impérialistes, les grands hommes d’affaires et les seigneurs féodaux ; il veut s’appuyer sur les masses, les soutenir consciencieusement et les guider dans l’assaut : c’est pour ces raisons que ce front a été créé : le Front démocratique uni de libération nationale.

la répression aveugle et féroce et la disparition de toutes les libertés du peuple ont créé une nouvelle situation

C’est un front qui accepte de résoudre la situation révolutionnaire actuelle. Notre travail est d’unifier l’action de tous les révolutionnaires haïtiens et de mettre fin à la division au sein de nos rangs afin de diriger les masses dans la lutte armée contre le duvaliérisme. Nous sommes convaincus de la démolition future des Duvaliéristes (par les forces populaires), rempart de la domination impérialiste en Haïti. Les forces populaires mèneront un changement radical dans la structure du régime et porteront un coup dur à l’impérialisme.

La démolition du duvaliérisme et du régime qui le soutient constitue notre contribution particulière à la lutte des peuples de Saint-Domingue et du Vietnam, aux luttes des peuples du monde contre l’impérialisme international, contre l’impérialisme nord-américain.

Frères délégués : lorsque les impérialistes nord-américains ont occupé notre pays, le peuple haïtien a héroïquement résisté à l’agression yankee. Nos vaillants paysans sous la direction de Charlemagne Péralte et Benoit Batraville se sont retranchés dans les montagnes et ont molesté l’armée américaine. Mais en raison du manque d’avant-garde révolutionnaire et de l’isolement des autres pays, ils furent finalement anéantis et leur chef Charlemagne Péralte fut capturé puis fusillé après avoir été attaché à une croix de bois. Depuis, les temps ont changé. Sur le sol dominicain et en Haïti, des avant-gardes déterminées et brillantes œuvrent pour unir les deux peuples contre leur principal ennemi : l’impérialisme américain. En outre, les pays socialistes et les mouvements révolutionnaires des autres pays sont déterminés à aider nos deux peuples. L’impérialisme ne peut pas agir à sa guise. Récemment, l’impérialisme américain a débarqué des troupes à Saint-Domingue, mais il est incapable d’imposer sa paix ; elle est incapable de dominer la résistance populaire. Le peuple dominicain va vaincre l’impérialisme américain.

Les impérialistes nord-américains ont cyniquement affirmé, depuis les événements de Saint-Domingue, leur volonté et leur droit de débarquer leurs troupes s’ils le voulaient.

Mais les peuples haïtien et dominicain retiennent la leçon de l’histoire. Et maintenant, sur le territoire dominicain, les travailleurs et les patriotes ont commencé à s’entendre avec le peuple qui lutte contre l’impérialisme nord-américain.

​ Les peuples haïtien et dominicain sous leurs avant-gardes respectives et s’appuyant sur les peuples frères sont obligés de coopérer et ils coopéreront afin de faire payer cher aux impérialistes les humiliations d’hier et d’aujourd’hui. Ils doivent mener une lutte longue et difficile. Mais étroitement unis et aidés par les peuples frères, ils jetteront les impérialistes nord-américains à la mer et anéantiront, à l’intérieur, les marionnettes qui soutiennent l’impérialisme yankee.

Frères délégués : le peuple haïtien doit affronter avant tout la bataille contre l’impérialisme nord-américain. Mais nous sommes solidairement responsables de la lutte de tous les peuples contre les autres impérialistes et nous voulons tendre la main en particulier au peuple antillais qui lutte contre l’impérialisme français, britannique et néerlandais. Puisque tous les impérialistes sont d’accord entre eux pour maintenir leurs colonies dans les Caraïbes, les peuples des Caraïbes doivent unifier leur action contre l’impérialisme international dirigé par les États-Unis. Nous proposons que la Conférence tricontinentale adopte une résolution pratique dans cette perspective. De même, alors qu’ils parviennent à un accord maudit sur leurs divergences passagères sur des questions moins essentielles, ils sont déterminés à étouffer la lutte des peuples pour le progrès social, la paix et le socialisme. C’est en réponse à cela que les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine se sont unis dans une action commune contre l’impérialisme international. C’est pour cette raison que nous souhaitons que la Conférence tricontinentale prenne une résolution par laquelle elle établirait une organisation permanente chargée de coordonner la lutte des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

A bas les impérialistes !
Vive les peuples antiliens !
Vive les peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine !


Paul Lantimo, « Haïti : une révolution noire se répétera », Soul Book : The Quarterly Journal of Revolutionary Afroamerica 5 (été 1966). Copie numérique disponible aux Freedom Archives.

Traduction de la version espagnole du texte (par Soul Book)

Black Agenda Report, 10 janvier 2024

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here