Haïti: le mur dominicain et les frontières fermées en Amérique latine

0
234
L’actuel président de la République dominicaine, Luis Abinader, qui a fait du mur un véritable projet

Un mur de 190 kilomètres pour scinder une île en deux. Une nation territorialement abandonnée et engloutie comme le prophète Jonas par un état d’occupation. Un «mur infranchissable, grand et beau» pour empêcher la migration d’un pays, mais construit sur le territoire historique de ce pays. Un terrain de chasse clos qu’une ancienne métropole entretient sur un autre continent.

 

Ce sont les murs du Mexique, de la Palestine, du Sahara et d’Haïti. Qu’avec plus de propriété, nous devrions appeler les murs des États-Unis, d’Israël, de l’Espagne et de la République dominicaine, car ce sont les «bâtisseurs» et les autres sont les détenus. Les murs ne sont pas des objets de la guerre froide ou de mauvais souvenirs du passé. Le monde est plein d’eux. Derrière chacun d’eux se cache une histoire infâme, et l’Amérique latine et les Caraïbes ne font pas exception.

Une île divisée

 Avant chaque mur, chaque opération d’escrime, il y a une histoire d’invasion, d’assujettissement et de conquête. C’est pourquoi la plupart des murs ont été construits par des métropoles et des empires dans leurs colonies et territoires de conquête. C’est le cas de tous les exemples cités, à l’exception d’un: le mur, encore inachevé, qui vise à diviser l’île d’Hispaniola, au cœur des Caraïbes, en deux. Dans ce cas, c’est un mur entre deux pays pauvres et périphériques comme la plupart de nos nations, mais aussi profondément interdépendants. Et sur une frontière, le dominicain-haïtien, qui a été historiquement biculturel, bi-religieux, bi-linguistique et binational avec mention de diverses études historiques.

De ce côté, il y a des catholiques, des protestants et des pratiquants du vaudou. De l’autre côté aussi. Le créole est parlé de ce côté. De ce côté aussi, ainsi que l’espagnol, le français et l’anglais, parmi de nombreuses autres langues. De ce côté, la culture est paysanne, populaire et frontalière. Au-delà du mur aussi. De ce côté commence un trafic humain permanent et mutuellement bénéfique. De ce côté aussi. De ce côté, une élite chauvine cherche des ennemis imaginaires et des boucs émissaires. Traverser la frontière aussi. La raison derrière le mur n’est pas tout ce qui sépare, différencie et divise ces deux peuples bénis – ou condamnés – d’habiter la même île, mais plutôt que leurs motivations profondes ont à voir avec tout ce qui les égale, leur ressemble et leur sœur.

Le projet

 Le ministre des Affaires étrangères de la République dominicaine, Roberto Álvarez, a annoncé que le pays progressait dans la construction d’une «clôture périphérique» qui couvrira 190 des 391 kilomètres de frontière que son pays et Haïti partagent. Son coût prévu est d’environ 100 millions de dollars. Ceci, dans un contexte où l’économie dominicaine craque sous l’impact de la pandémie, en particulier dans les domaines les plus dynamiques et les plus sensibles du tourisme et de la construction.

en plus du mur, des investissements sont également prévus dans des capteurs de mouvement, des systèmes infrarouges, des caméras de reconnaissance faciale et des drones tout au long de la «clôture périphérique», des technologies largement utilisées en Cisjordanie

Curieusement, la chancelière a affirmé que le mur a parmi ses objectifs «faciliter les échanges» et «garantir la coexistence» entre les deux nations. Le président lui-même, Luis Abinader, a évoqué l’initiative au Congrès dominicain le 27 février, ajoutant les objectifs de contenir l’immigration clandestine, le transport de véhicules volés et le trafic de drogue.

Il n’a pas été question de ce qu’est pour différentes organisations de défense des droits de l’homme le problème frontalier cardinal: la traite des êtres humains, en particulier des nourrissons, également associée au trafic d’organes, à la servitude domestique et à l’exploitation sexuelle. Selon Filicien Rolbert, l’un des directeurs de l’Institut de recherche et de protection sociale (IBESR) de la ville haïtienne de Ouanaminthe, plus de 150 enfants «menacés de traite» traversent la frontière chaque jour – plus de 5000 par an – beaucoup d’entre eux sans papiers et aux mains de passeurs. Mais Abinader a omis encore une autre chose: il n’a pas non plus évoqué les responsabilités de l’État en relation avec la participation des forces armées dominicaines aux réseaux de trafiquants. Selon Sylvestre Fils, directeur de l’Observatoire des migrations et des trafics transfrontaliers (OMTT), les militaires en mission aux frontières facturent de 500 à 2000 pesos dominicains – entre 8 et 34 dollars – pour avoir laissé passer les trafiquants. 

Derrière le projet de mur se trouvent une entreprise espagnole et deux entreprises israéliennes spécialisées dans la construction de prisons en plein air comme celles-ci. Ce sont, pas par hasard, deux états de construction de murs comme ceux que nous avons mentionnés au début: le mur notoire qui emprisonne la Cisjordanie et la «clôture de Ceuta» peut-être un peu moins connue qui sépare la ville espagnole du même nom et la zone neutre entre L’Espagne et le Maroc: c’est-à-dire une frontière espagnole dans la région du Maghreb du continent africain.

Selon le ministre des Affaires étrangères Álvarez, en plus du mur, des investissements sont également prévus dans des capteurs de mouvement, des systèmes infrarouges, des caméras de reconnaissance faciale et des drones tout au long de la «clôture périphérique», des technologies largement utilisées en Cisjordanie. Ils ne semblent pas être la seule politique d’inspiration israélienne, car quiconque traverse l’île d’Haïti en direction de la République dominicaine pourra assister à un système échelonné de casernes militaires et de points de contrôle qui imitent les points de contrôle dans les colonies des colons israéliens en Cisjordanie occupée. Quiconque tomberait par hasard sur cette frontière penserait sûrement être dans une zone de guerre, mais le pays voisin, Haïti, a vu ses forces armées dissoutes en 1996 et sa remobilisation actuelle est purement nominale et ne représente aucune menace. 

Vue aérienne du passage de la frontière entre la ville haïtienne de Ouanaminthe et la ville dominicain

Un rapport de 2015 de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) accuse réception de nombreuses plaintes «d’actes de violence et de discrimination» dans les «opérations migratoires» et dans la «détention généralisée des migrants» par le Corps spécialisé de sécurité aux frontières (CESFRONT). Celui qui écrit ces lignes a pu vérifier ces actes violents et dégradants, de la part d’agents qui souvent ne portent même pas d’uniformes ou d’identité et qui frappent les Haïtiens avec des bâtons qui traversent quotidiennement la frontière pour faire du commerce dans le pays voisin.

De plus, le manque de volonté de lutter contre les crimes tels que le trafic et le trafic d’organes est évident, puisqu’il suffit d’être une cible pour le CESFRONT de ne réclamer aucun type de documentation, une exigence limitée aux Haïtiens ou aux personnes qui, en raison de leur couleur de la peau est présumée. En d’autres termes, un trafiquant ou un passeur étranger ou blanc a de bonnes chances de contourner des frontières sélectives et poreuses, avec ou sans murs.

L’arrière-plan

Pour comprendre le contexte politique dominicain, nous nous sommes entretenus avec le professeur d’université Matías Bosch Carcuro

. Le chercheur dominicain nous a parlé d’une «augmentation et légitimation du discours raciste et anti-haïtien, avec une grande force à partir de septembre 2013», date à laquelle a eu lieu la célèbre décision de la Cour constitutionnelle qui a condamné à l’apatridie des milliers de Dominicains descendants d’Haïtiens qui se sont retrouvés, du jour au lendemain, dépouillés de leur seule nationalité.

Selon Bosch Carcuro, les discussions sur le mur ont commencé en 2015, une idée promue par «des groupes politiques qui n’ont même pas 1% des voix, mais qui sont très liés à la vague des droits Trumpistes, des États-Unis, d’Europe ou d’Israël. . ». Mais ce serait l’actuel président, Luis Abinader, qui a fait du mur un véritable projet et un discours national qui, selon le professeur, fait appel au capital politique installé dans le pays par des régimes comme ceux du dictateur Rafael Leónidas Trujillo et son successeur Joaquín Balaguer.

Selon Bosch Carcuro, les discussions sur le mur ont commencé en 2015, une idée promue par «des groupes politiques qui n’ont même pas 1% des voix

La mémoire de ces personnages n’est pas accidentelle, alors que ce qui est observé aujourd’hui est un racisme d’État qui cherche à prolonger par d’autres moyens la soi-disant «dominicaine de la frontière», une politique qui, pendant Trujillato, a conduit, entre autres crimes, à la réalisation du soi-disant «massacre du persil» en 1937, lorsqu’une tentative de nettoyage ethnique a conduit au meurtre de 12 000 à 35 000 personnes, selon diverses estimations. Mais plus qu’une opération anti-haïtienne, il s’agissait en fait d’une opération anti-noirs, puisque nombre des victimes de cette époque étaient aussi des Dominicains, descendants d’Haïtiens ou non. Aujourd’hui encore, la circulation de doctrines de haine et de thèses ridicules comme celle de «l’impérialisme haïtien» soutenue par Balaguer dans son livre «L’île à l’envers» est courante.

Cependant, l’histoire de ces peuples n’a pas été exempte de projets d’intégration et de politiques de rencontre, de la proposition d’une Confédération dominicaine-haïtienne défendue par Américo Lugo aux XIXe et XXe siècles, aux propositions de Manuel Salazar, qui propose de construire des «ponts et non des murs », ainsi que l’investissement des ressources dans la construction d’une société de développement binational et non des politiques ségrégationnistes.

 

Résumé latino-américain 12 mars 2021

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY