Guadeloupe : le 1er Mai retourne dans les rues

0
273
Jean-Marie-Nomertin Secrétaire général de la CGTG

Comme il avait été interdit de manifester l’année précédente marquée par le confinement de la pandémie du Covid-19, onze centrales syndicales (CFTC, CGTG, FAEN-SNCL, FO, FSU, Solidaire Guadeloupe, SPEG, SUD PTT GWA, SUNICAG, UGTG et UNSA) se sont cette année 2021 rassemblées le samedi 1er mai sur la place de la mairie à Pointe-à-Pitre, pour célébrer la journée internationale des travailleurs sous le thème : Le 1er mai 2021, Journée Internationale de lutte des travailleurs, est l’occasion de montrer la force de notre colère face à une situation révoltante. Les travailleurs sont à l’offensive !

En effet dans l’unité, les syndicats bien armés des revendications des ouvriers ont fait entendu leurs voies dans toutes les rues. Des leaders syndicaux bien connus tel que Elie Domota Secrétaire général de l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) et porte-parole du Lyannaj Kont Pwofitasyon (LKP), Jean-Marie-Nomertin Secrétaire général de la CGTG, Max Evariste, Secretaire général de l’UD. Force Ouvrière et de plusieurs organisations syndicales de l’Education nationale dont Eddy Ségur Secrétaire académique de la FSU ont été présents sur le pavé dénonçant les conditions délabrées du passé qui se sont maintenant aggravées justement suite aux conséquences de la situation sanitaire du pays.

Selon les explications d’Elie Domota au cours de ce défilé unitaire des travailleurs contre la pwofitasyon et l’exploitation  « Nous combattons sur le terrain sanitaire, de la défense des droits, le terrain de la défense des libertés fondamentales ; dans ce pays nous devons défendre le droit à la vie. Pour cela, nous invitons tout le monde à rentrer dans la contestation et la rébellion face à cette situation-là qu’on nous impose qui n’est pas normale. 

Défilé unitaire du 1er mai 2021à la Guadeloupe

L’année passée nous n’avons rien fait, autre qu’une petite vidéo.  Cette année nous tenons à montrer le peuple travailleur doubout, le mouvement ouvrier doubout. Que la solidarité ouvrière existe, l’unité des syndicats guadeloupéens existe et  résiste face à la crise sociale, face à la crise sanitaire, face à la remise en cause des libertés fondamentales du peuple et cela a été  important aujourd’hui Premier mai  que le peuple a marché dans les rues »

Le Secrétaire général de l’UGTG Elie Domota

Jean-Marie-Nomertin de son côté a indiqué que : « L’année passée, ça a été la mort dans l’âme. Nous avions été obligés de rester confinés, sans manifester. Mais cette année, nous avons décidé de le faire, bien que nous sommes confinés mais les charges sociales ne le sont pas, les salaires ne sont pas confinés, les dépenses ne sont pas confinées. Nous sommes là pour marquer le coup, dire que nous sommes jusqu’à jamais présents et aussi engager le combat à côté de nos camarades syndicaux en pleine crise sanitaire. » 

Quant à Max Evariste, Secrétaire général de l’UD. Force Ouvrière, il a pour sa part signalé : « Manifester : C’est le seul moyen de montrer aux pouvoirs publics et au patronat que les travailleurs ne sont pas seuls. Nous venons signaler au peuple guadeloupéen et aux travailleurs qu’il ne faut pas rester ainsi, il faut nous mobiliser, doubout ! Trop de travailleurs ont été licenciés de sorte que nous obtiendrons satisfaction de nos revendications ».

Tous les représentants syndicaux estiment que la situation actuelle est révoltante, après une année compliquée pour le dialogue social, dans un contexte de crise sanitaire et de crise économique qui perdure.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here