Brésil : Message de Lula le 1er mai 2021

0
139
Luiz Inácio Lula da Silva

Discours de Lula à l’occasion de la journée internationale des travailleurs le 1er mai 2021 

 

 «Mes amis et mes amis.

C’est un triste 1er mai pour les travailleurs de notre pays.

Un jour de deuil.

Pour les 400 000 vies perdues par le Covid-19, dont beaucoup parce que le gouvernement Bolsonaro a refusé d’acheter les vaccins qu’il offrait.

Pour les 14 millions de chômeurs, victimes d’une politique économique qui enrichit les millionnaires et appauvrit les travailleurs et la classe moyenne.

Pour les 19 millions de Brésiliens qui meurent maintenant de faim, livrés à eux-mêmes par cette mauvaise gestion.

Mais ce que je souhaite le plus sincèrement, c’est que cette journée des travailleurs soit aussi une journée d’espoir.

Nous connaissons l’ampleur de notre défi. Notre pays est dévasté par le gouvernement de la haine et de l’incompétence. Mais nous connaissons aussi notre force.

Dans un passé très récent, nous avons pu construire ensemble un nouveau Brésil, que le gouvernement actuel s’efforce chaque jour de détruire.

Le plein emploi, réalisé par nos gouvernements, a conduit à un taux record de chômage et de découragement.

Outre les 14 millions de Brésiliens au chômage, 6 millions ont cessé de chercher du travail, car ils savent qu’ils ne le trouveront pas *. 38 millions sont sous-employés et survivent dans des emplois informels. * Au total, 58 millions de travailleurs survivent dans des conditions précaires.

En plus du nombre record de chômeurs, plus de 4 millions de Brésiliens travaillent dans le secteur informel, par demande.

l’opération Lava Jato a détruit des secteurs stratégiques de notre économie

La plupart d’entre eux sont des jeunes qui risquent leur vie dans la circulation dans les grandes villes, travaillant jusqu’à 14 heures par jour, sans aucun droit ni protection sociale: sans 13 ans, vacances, repos hebdomadaire, sécurité sociale, congés payés en cas d’accident  au travail.

Ils font face à des voyages épuisants et dangereux pour enrichir les patrons invisibles, les milliardaires propriétaires des applications, qui refusent de reconnaître et de respecter leurs droits au travail *.

Pourtant, en pleine pandémie, le gouvernement refuse à la population une aide d’urgence de 600 reais, afin qu’elle puisse subvenir à ses besoins essentiels.

Mes amis et mes amis.

Ces dernières années, nous avons régressé.

L’économie brésilienne s’est contractée et est désormais inférieure de 7% à celle de 2014.

Nous sommes déjà parmi les sept plus grandes économies du monde. Aujourd’hui, nous descendons, occupant la douzième place.

Entre 2015 et 2020, 37 mille industries ont fermé leurs portes, ce qui équivaut à 17 par jour. Sans aucun soutien du gouvernement, les micro et petites entreprises, qui génèrent 75% des emplois formels, sont les plus touchées.

Comme si l’incompétence et l’insouciance de cette mauvaise gestion ne suffisaient pas, l’opération Lava Jato a détruit des secteurs stratégiques de notre économie, en particulier la construction civile et la chaîne de production pétrolière et gazière, au profit des entreprises et des gouvernements étrangers.

En raison de Lava Jato, le Brésil a perdu 172 milliards de reais en investissements productifs. Il a cessé de collecter sous forme d’impôts directs près de 50 milliards de reais.

Le juge, dont la partialité a été déclarée par le Tribunal fédéral, et les procureurs du soi-disant «groupe de travail» sont également responsables de la destruction de 4,5 millions d’emplois.

Mes amis et mes amis

Le Brésil, le peuple, les travailleurs et les travailleurs, les enfants, les jeunes et les retraités ne devraient pas souffrir autant.

Mon indignation face à tant d’injustice est très grande. Mais ma confiance dans le peuple brésilien est encore plus grande que l’indignation. C’est plus grand que ces gens qui détruisent notre pays. Le Brésil va prendre le virage. Nous ne pouvons pas perdre espoir.

Un pays du livre au lieu des armes, du respect de l’environnement et des minorités, de l’amour au lieu de la haine.

Parce que la première chose que nos ennemis essaient de tuer en nous, c’est l’espoir. Et un peuple sans espoir est condamné à accepter des miettes, à être traité comme du bétail sur le chemin de l’abattoir, comme s’il n’y avait pas d’autre moyen.

Nous avons déjà montré qu’il existe une autre façon de gouverner. Qu’il est possible de garantir à chaque travailleur et à chaque travailleur un salaire décent, la sécurité du contrat de travail, le 13, des vacances payées pour se reposer ou voyager en famille.

Il faut croire que le Brésil peut à nouveau être un pays pour tout le monde. Avec la création d’emplois, des salaires décents et des droits se sont rétablis. Avec une éducation de qualité et une santé publique. Un pays du livre au lieu des armes, du respect de l’environnement et des minorités, de l’amour au lieu de la haine.

Nous avons déjà construit ce Brésil une fois. Et ensemble, nous reconstruirons.

Travailleurs: combattez toujours, n’abandonnez jamais.

Vive le 1er mai!

 

Résumé de l’Amérique latine 2 mai 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY