Funérailles, condoléances, la domination continue!

0
234

Il était donc impératif pour les policymakers américains de résoudre par leurs moyens routiniers, expéditifs et dans leurs intérêts propres la crise politique haïtienne. Selon l’administration Biden, Jovenel Moise n’était plus utile, ne pouvant plus servir les intérêts stratégiques,  il devenait un encombrant, une mauvaise hypothèque pour l’avenir de la politique de domination américaine dans la région qu’elle considère comme leur chasse gardée.

Il fallait s’en débarrasser ! Il faut aux forces impérialistes pour préserver sous de nouvelles formes, leur ancienne domination,  leur tutelle sous des pays soumis mais formellement indépendants, empêchant par là, le peuple d’accéder à la pleine maîtrise de son destin.

Quelle inquiétude, alors,  pourrait pousser Washington à se débarrasser d’un allié fidèle qui lui a rendu beaucoup de services,  un gendarme des intérêts des puissances impérialistes et coloniales ?

En fait l’une des raisons les plus sérieuses, les Etats-Unis n’ont pas toléré les critiques acerbes de son mercenaire Jovenel Moise à l’endroit de ses anciens commanditaires, ces groupes d’intérêts parasitaires qui se sont fabuleusement enrichis et sont à l’instar du président assassiné, un instrument entre les mains de l’impérialisme américain.  Sa guerre ouvertement déclarée aux oligarques corrompus agace en un sens l’oncle Sam, le protecteur des corrompus.

les Etats-Unis n’ont pas toléré les critiques acerbes de son mercenaire Jovenel Moise à l’endroit de ses anciens commanditaires

L’autre insolence de sa part, est d’avoir reçu, le mercredi 2 juin 2021 au palais national, les lettres de créance du nouvel ambassadeur de la fédération Russe accrédité en Haïti, Sergey Melik-Bagdasarov. Par cet acte, il rend effectif les propos prononcés au mois de mars 2021 de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova « Haïti est entrée dans une nouvelle période d’instabilité politique et la plus grande crise sociale et économique jamais vue. La Russie est prête à aider les Haïtiens à rétablir la stabilité politique, à maintenir la sécurité intérieure et à former du personnel »

Est-ce son voyage officiel en Turquie pour participer du 18 au 20 juin 2021, au Forum international de la diplomatie qui s’est déroulé autour du thème « Diplomatie innovante, nouvelle ère, nouvelle approche » au cours duquel il a rencontré le président Recep Tayyip Erdogan qui aurait inspiré son assassinat ?

Il fallait en douceur se débarrasser d’une marionnette pour empêcher qu’une véritable révolte populaire, progressiste, anti-impérialiste, basée sur la lutte de classe, balaye le régime et combatte le système d’exploitation, d’oppression et de terreur sans pareil. Une chose est certaine, la liquidation ou l’assassinat ne modifiera en rien la menace qui continue de peser sur le peuple, ses aspirations et son combat.

Depuis l’occupation de la  honte des marines américains le 28 juillet 1915, le pays est soumis aux diktats de Washington. Et ce sont les mêmes techniques, les mêmes méthodes, le même scenario qui renaissent de leurs cendres de sorte que rien ne change et la domination impériale continue à barrer la voie de la liberté, de la démocratie authentique pour l’édification d’une société juste, équitable ; par conséquent l’édification du socialisme.

Cette  déclaration de l’ambassadeur des Etats-Unis aux Nations-unies Linda Thomas Greenfield au cours des funérailles du 23 juillet en dit tout « Notre délégation est ici pour apporter un message au peuple haïtien : vous méritez la démocratie, la stabilité, la sécurité et la prospérité. Et nous sommes avec vous » Pour ajouter ensuite  « Nous exhortons le nouveau Gouvernement d’Haïti à travailler avec la Société Civile pour protéger le peuple haïtien, promouvoir les droits humains et préserver l’État de droit. Les États-Unis continueront de soutenir les efforts du nouveau Gouvernement pour rétablir la sécurité et renforcer la démocratie, la stabilité et la prospérité pour le peuple haïtien. »

Ces mots étant prononcés pour le besoin  et la cause du grand Capital, l’impérialisme impitoyable qui n’a qu’un seul objectif de chercher par les voies et moyens les plus ignobles à retarder la marche inexorable du peuple haïtien.  Passé le temps des larmes, il faut maintenant que vienne celui de la réflexion et de la mobilisation populaire pour faire face et vaincre ceux qui veulent transformer le pays en cimetières.

Ne nous faisons aucune illusion, la politique qui suivra ne sera pas, sur le plan des rapports  avec les Etats-Unis, différente. L’important pour eux est de replâtrer l’Etat et ce n’est pas du hasard de tenir à leur goût un gouvernement de Jovenel Moise même sans lui.

La réalité est que les Etats-Unis ne sont aucunement concernés par la misère qui sévit dans le pays et les conditions dépravées dans lesquelles vivent les masses laborieuses. C’est le cadet de leur souci, voilà pourquoi, leur seul objectif dans la crise actuelle est de faire les élections de façon à remettre le train sur ces rails.

Le slogan de l’heure, malgré les funérailles, les condoléances, les larmes : la domination impériale continue!

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY