Forum en Jamaïque : une vraie mascarade !

2
1979
Le pays ne peut rien attendre de ce forum des imposteurs. Tout est bien qui finit bien pour le pouvoir.

A l’ouverture du Forum haïtien à la Jamaïque sous la direction des anciens premiers ministres Perry Christie (Bahamas), Bruce Golding (Jamaïque) et Kenny Anthony (Sainte Lucie), au bâtiment du Ministère des Affaires Etrangères de la Jamaïque,  la première personne qui a eu à prendre la parole a été  la secrétaire générale de la CARICOM, Carla Barnett  qui dans son exposé a conclu ainsi : « Nous espérons que cette réunion permettra le dialogue nécessaire pour élaborer une feuille de route vers une solution dirigée par les Haïtiens aux impacts politiques prolongés ».

Elle a été suivie par le Premier ministre de la Jamaïque, Andrew Holness qui de son côté a fait savoir « Il est encourageant de voir représentés ici aujourd’hui des parties prenantes d’un large éventail de la société haïtienne. C’est une démonstration de votre volonté individuelle et collective d’apporter un changement positif à la situation difficile de votre pays bien-aimé ».

Le premier ministre Jamaïcain salue le lien existant entre Haïti et la Jamaïque, tout en espérant que les acteurs haïtiens seront à la hauteur de cette tâche ô combien importante pour l’avenir du pays. « La Jamaïque… soutient le processus de dialogue inclusif et ouvert et les efforts pour trouver des solutions aux défis actuels d’Haïti ».

La secrétaire générale de la CARICOM, Carla Barnett

Puis ce fut le tour du locataire de la Primature haïtienne en tant que premier concerné. Ariel Henry a prononcé un discours incendiaire.  Très détendu, Ariel a déclaré : « Nous ne sommes pas venus ici pour recevoir des diktats de quiconque. Nous ne sommes pas venus ici pour négocier un nouvel accord en plus. Nous sommes là pour nous entendre avec entre compatriotes qui ont à cœur l’intérêt national, sur les prochaines étapes dans la marche vers la reconstruction de notre démocratie. Nous sommes entre nous, avec nos frères de la CARICOM, nous pouvons sereinement nous dire certaines vérités en face, sans nous fâcher pour autant ». 

Très sûr de lui et pensant qu’il est sur un territoire conquis, il s’était préparé à partir peu après pour retourner en Haïti.  Il a été justement refusé par les organisateurs qui ne sont autres que les Etats-Unis, le Canada sous le parapluie de la Caricom et des Nations-Unies.

Comme il a été retenu et forcé de rester pour participer comme tous les autres acteurs, le premier ministre et sa clique de bande du Secteur Démocratique Populaire ne se sentaient pas dans leur assiette.

Le Premier ministre de la Jamaïque, Andrew HOLNESS

Ils se questionnaient alors, quel piège ont été préparés et qu’est-ce qui arriverait à la fin de cette rencontre ? Seraient-ils ovationnés ou méprisés ? Toute sorte d’idées ont alors commencé à germer dans leur cerveau.

Signalons pour l’histoire, que la présidente du Haut Conseil de la Transition (HCT), Mme Mirlande Manigat du RDNP, avait tout bonnement décliné cette invitation de la CARICOM aussi bien que le dirigeant de Pitit Desalin Moise Jean-Charles. Dans une note de presse, elle avait indiqué : « le HCT avait organisé, les 23 et 24 mai 2023, un forum portant sur les  mêmes sujets que ceux prévus à la Jamaïque. Elle ne voit, dès lors, aucun intérêt à les reprendre ailleurs quelques jours après avec quasiment les mêmes acteurs ».

Cependant, bien avant le forum, l’un des plus fidèles alliés du pouvoir de facto, l’avocat André Michel dans un tweet avait critiqué certains acteurs politiques qui avaient boudé le forum du Haut Conseil de la Transition, organisé à  Karibe Hotel, Port-au-Prince, les 23 et 24 Mai « alors que ces derniers ont tous confirmé leur participation pour la Jamaïque ». Pour ajouter ensuite que « Le SDP sera présent pour défendre l’accord du 21 Décembre comme point d’appui politique indispensable à toute solution haïtienne à la crise », peut-on lire dans son tweet. « Le SDP espère que la rencontre de la Jamaïque permettra de poser les conditions indispensables à la révision Constitutionnelle et à l’organisation des élections générales dans un climat sécuritaire et d’apaisement socio-politique » avait-il souhaité.

Premier ministre Ariel Henry, lors de son discours incendiaire

Drôle de coïncidence, dans la nuit du 12 au 13 juin 2023, le chef de gang de “kraze baryè”, Vitelhomme Innocent qui n’avait jamais caché qu’il a été embauché par les membres du SDP pour combattre le gouvernement de Jovenel Moise est passé à l’action dans son fief à Tabarre.

Ainsi cette bande armée criminelle au service du SDP a attaqué La Sun Auto, un concessionnaire des véhicules Honda & Hyundai, dont le local hébergeait également le Consulat de la Jamaïque à Port-au Prince.

La ministre des affaires étrangères de la Jamaïque Hon. Kamina Johnson Smith.

Est-ce un signal de ses patrons pour faire pression sur la réunion sinon pour provoquer le projet d’intervention militaire souhaitée et voulue par le régime en place, dont la Jamaïque est un potentiel fournisseur de soldats ?

Dans une vidéo postée sur Twitter ce mardi, la Jamaïque a réagi par la filière de la ministre des affaires étrangères Hon. Kamina Johnson Smith. Celle-ci a réagi en ces termes  « Nous savons que le concessionnaire Sun Auto à Port -au-Prince a été saccagé et incendié par des gangs la nuit dernière. Comme le Consulat de la Jamaïque se trouvait également dans l’enceinte, les services consulaires sont suspendus pour une durée indéterminée. Nous offrons nos plus sincères condoléances à notre honorable consul, sa famille et ses employés ».

Est-ce une réponse à la direction que prennent les discussions d’acteurs haïtiens se rencontrant à la Jamaïque qui a forcé cette attaque qui sans aucun doute aurait un lien avec les négociations politiques en Jamaïque ?

De gauche à droite les Premiers ministres Philip Edward Davis, Bahamas ; Andrew HOLNESS, Jamaïque ; et Ariel Henry, Haïti.

Dans la résolution proposée en fin de conciliabule, il est question que le pays soit dirigé par un Collège Presidentiel et un Premier ministre, mais il n’y pas un nom attaché à ce poste pour l’instant. Et que le Haut Conseil de Transition passe de 3 à 5 membres tandis que les deux autres sortiront de l’Accord de Montana et de la Diaspora.  Une élection par un vote quelconque sera faite pour désigner le président du HCT.

Cette résolution qui est en cours de discussion est supportée par les partis et organisations suivants entre autres : Fanmi Lavalas, EDE, En Avant, Unir, Mopod, PHTK, Force Louverturienne, Solid, NOU PAP DÒMI, GREH, MPP et d’autres personnalités de la classe politique.  Mais, cette résolution est catégoriquement rejetée par les alliées du Premier ministre en l’occurrence, les signataires présents de l’accord du 21 décembre 2022 et le Secteur démocratique populaire.

Quelques dirigeants de partis ou membres d’organisations politiques dans un avion pour se rendre au rendez-vous de la Jamaïque

Il est évident, le pays ne peut rien attendre de ce sommet des imposteurs. Même quand Ariel Henry serait écarté, cela ne suffisait pas puisque c’est cette classe politique moribonde dans son ensemble qu’on doit rejeter. Qu’il reste à la Primature et qu’on s’adonne à des replâtrages avec d’autres visages, ce ne serait que mêmement, pareillement, car le maître du jeu restera toujours les puissances impérialistes.

Tout est bien qui finit bien pour le pouvoir, ce forum n’a été qu’une vraie mascarade !

2 COMMENTS

  1. Se tèt madigra papye mache sèlman ki te manke. Fò nou denonse swadizan pati politik sa yo ki ap di tout tan yap travay pou pè la ki paka pale avè l lakay li pou di l ki PLAN li genyen pou reyèlman travay avè l pou amelyore kondisyon li.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here