FENAMH : déclaration de Montana

0
335
Selon la déclaration de Montana: Le mandat des maires élus en 2016 prendra fin au terme de leur mandat au mois de juillet 2020.

La Fédération Nationale des Maires d’Haïti, (FENAMH) vient d’organiser leur quatrième forum le vendredi 27 décembre 2019, à l’hôtel Montana, Pétion-Ville. Si les magistrats ont au cours de cette assemblée générale extraordinaire dressé un bilan de l’année 2019 qui s’achève et des perspectives pour 2020, le vrai mobile de leur forum a été la question de la durée de leur mandat.

En effet, une résolution a été prise pour clarifier une fois pour toutes les confusions, en espérant qu’elle met fin à toutes les rumeurs qui circulaient en considérant la date où les maires étaient entrés en fonction.

Le président de la FENAMH, le Maire de Carrefour Jude Édouard Pierre

L’une des revendications majeures des Magistrats, ils ne sont pas responsables si l’Etat Central ayant pour tâche d’organiser les élections a failli à son devoir. En ce sens, il n’y a pas de question d’écourter le mandat constitutionnel des maires élus, qui est de quatre ans. Dans son discours de circonstance, au cours de ce forum, le président de la FENAMH,  le Maire de Carrefour Jude Édouard Pierre a tout bonnement dénoncé, les roulibeurs particulièrement des ex-agents intérimaires, et des militants politiques tous ceux-là qui sont en campagne ou du moins rampaient ou pressuraient Jovenel Moise à ce qu’il renvoie les maires élus au mois de janvier 2020 sous prétexte d’une quelconque expiration de  mandat.

Premier congrès de la Fenamh

Les magistrats présents à l’unanimité ont rejeté d’un revers de main cette proposition en soulignant que le mandat des maires élus en 2016 prendra fin au terme de leur mandat au mois de juillet 2020. Les 144 cartels ont adopté l’« Accord de Montana » qui sera acheminé sous peu au Président Jovenel Moïse, selon les déclarations du président de la FENAMH.

En vue de garantir la stabilité au sein des institutions publiques la FENAMH recommande entre autres que des dispositions soient prises pour créer un climat propice à la tenue des élections en octobre 2020. Ce qui logiquement et politiquement signifie que les Magistrats sans le dire ouvertement ne sont pas pour la démission de Jovenel Moise.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY