Équateur : Yaku Perez, « l’éco-socialisme indigéniste » au service de la CIA

0
347
Yaku Pérez Guartambel ira au second tour aux présidentielles équatoriennes face au jeune économiste de gauche, Andres Arauz

Le candidat équatorien à la présidence, Yaku Perez, a soutenu des coups d’État en Bolivie, au Brésil, au Venezuela et au Nicaragua. La campagne de son parti écologiste Pachakutik, soutenu par les États-Unis et supposé “de gauche”, est promue par des lobbyistes d’entreprise de droite.

 

L‘élection présidentielle du 7 février en Équateur s’est terminée sur une surprise : le décompte rapide publié par le Conseil national électoral du pays semblait montrer qu’un candidat peu connu nommé Yaku Pérez Guartambel occupait la deuxième place, remportant une courte victoire sur le candidat de droite Guillermo Lasso, un banquier ayant une grande influence dans le pays.

La plupart des sondages avaient prédit une course présidentielle qui se résumait à deux candidats, qui ne pouvaient être plus différents : d’un côté, le banquier conservateur Lasso, qui avait le soutien des élites équatoriennes et des États-Unis, qui s’étaient déjà présentés, sans succès, à deux reprises à la présidence avant celle-ci ; de l’autre, un jeune économiste de gauche, Andres Arauz, qui suit les traces de l’ancien président socialiste Rafael Correa et qui veut revenir à sa Révolution citoyenne.

Mais alors que les sondages le plaçaient régulièrement en troisième position, Yaku Pérez est resté dans la course jusqu’à la fin. Et, contrairement à Lasso, Pérez n’a jamais fait preuve de loyauté envers la droite ; il se présentait à ce qui avait été présenté comme une campagne progressiste et écologiste.

Pérez, un leader indigène du parti Pachakutik, prétendant être la véritable option de gauche aux élections, critique Arrauz et le mouvement correiste qu’il représente comme n’étant pas assez pur. Mais la trajectoire politique de Pérez suggère qu’il est un cheval de Troie pour les ennemis les plus implacables de la gauche.

Perez a attaqué avec virulence d’autres mouvements d’Amérique latine, il a soutenu les coups d’État américains [ou tentatives, NdT] contre la Bolivie, le Brésil, le Venezuela et le Nicaragua, tout en accusant ces gouvernements d’être “racistes”.

Sa vision politique fusionne les critiques anarchistes d’ultra-gauche des gouvernements de gauche existants avec un programme politique objectivement de droite. Et son opposition au pouvoir de l’État est profondément opportuniste. Si M. Perez est très critique à l’égard de la Chine, il a également déclaré qu’il “n’y réfléchira pas à deux fois” avant de signer un accord commercial avec les États-Unis.

Pachakutik est le bras politique du groupe indigène CONAIE

L’idéologie apparemment progressiste de Perez est pleine de contradictions. Alors qu’Arauz, le candidat correiste, a proposé de donner des chèques de 1 000 dollars à un million de familles ouvrières, Perez a attaqué ce plan au motif que les citoyens pauvres dépenseraient tout l’argent en bière le même jour. Pachaktik, le parti de Perez, s’identifie comme “écosocialiste” et prétend représenter les communautés indigènes d’Equateur. Mais comme le candidat qui la dirige, elle emploie une rhétorique de gauche qui est pleine d’objectifs régressifs.

Pachakutik est étroitement lié aux ONG financées par Washington et les États membres de l’Union européenne (UE). Les dirigeants du parti ont été formés par le National Democratic Institute (NDI), une filiale de la CIA opérant sous les auspices du NED. Pachakutik est le bras politique du groupe indigène CONAIE, qui avaient participé aux protestations contre l’ancien président Correa, formant une alliance non déclarée avec l’aile droite oligarchique du pays dans une tentative de déstabiliser et de renverser le président socialiste. En fait, Pachakutik et la CONAIE ont joué un rôle majeur dans la tentative de coup d’État de 2010 (avec le soutien des États-Unis), qui a failli entraîner la destitution violente et antidémocratique de Correa.

Le principal candidat de la droite aux élections de 2021, le riche banquier Lasso, ne s’est pas senti menacé par la rhétorique “écosocialiste” de Peŕez et Pachakutik. Il semble bien conscient que le label n’est qu’un stratagème de marketing. Lasso a déclaré publiquement que si Pérez parvenait d’une manière ou d’une autre à se qualifier pour le second tour, il le soutiendrait volontiers pour vaincre les correistes.

Le soutien du banquier n’a surpris personne quand on sait qu’en 2017, avant de changer son nom de Carlos à Yaku, Perez lui-même a soutenu la candidature de Lasso. Les liens de Pachakutik avec Washington sont très étendus. L’un de ses anciens membres les plus éminents est Fernando Villavicencio, un journaliste qui a soutenu une campagne de désinformation contre le journaliste Julian Assange, diffusant des accusations discréditées mais profondément préjudiciables sur le rédacteur en chef de WikiLeaks par le biais du journal britannique The Guardian.

L’activisme anti-Correa de Villavicencio semble également avoir été financé par le NED.

Villavicencio a été conseiller de Cléver Jiménez, l’adjoint de Pachakutik à l’Assemblée nationale, qui a aidé à diriger la tentative de coup d’État de 2010.

Yakú Pérez a organisé des manifestations de soutien à Villavicencio et Jiménez lorsque Correa les a accusés de diffamation pour avoir répandu de fausses nouvelles à son sujet. Les tactiques de Pérez et de Pachakutk sont le reflet d’autres tactiques en Amérique du Sud qui ont exploité les forces, théoriquement de gauche, pour faire avancer les objectifs de droite.

Au cours du processus qui a conduit au coup d’État contre le gouvernement démocratiquement élu de la Bolivie en 2019, des ONG prétendant soutenir les causes environnementales se sont engagées dans une opération de désinformation visant à diaboliser le président de l’époque, Evo Morales, premier président indigène de l’histoire de la Bolivie, lui-même puissant promoteur de la protection de l’environnement.

Les militants du changement de régime issus d’organisations financées par les gouvernements américain et européen ont accusé l’administration Morales d’avoir déclenché des incendies dans la forêt amazonienne, principalement concentrés au Brésil, où Jair Bolsonaro, le président d’extrême droite, s’est fait fièrement appeler “Capitaine Tronçonneuse”.

Yaku Perez et Pachakutik jouent un rôle similaire en Équateur, en attaquant les forces populaires de gauche par la gauche elle-même, ouvrant ainsi un espace pour la droite d’avancer. Les partisans du mouvement socialiste de Correa ont accusé Pérez et Pachakutik de diviser le vote pour empêcher une victoire de ce camp le 7 février.

Comme en Bolivie, où des groupes environnementaux comme Extinction Rebellion ont collaboré en soutenant le coup d’État de 2019 sur la base de préoccupations écologiques, les anarchistes autoproclamés de l’organisation soi-disant progressiste font l’éloge de Perez.

Extinction Rebellion a été rejointe dans les louanges de la pseudo-figure marginale de gauche par des groupes de pression d’entreprises comme l’American Society and Council of the Americas (AS/COA), financés par des entreprises de combustibles fossiles qui détruisent la planète, des fabricants d’armes et des banques qui ont intérêt à empêcher le retour au pouvoir des correistes.

Le soutien “de gauche” aux coups d’État de droite en Amérique latine

 Yaku Pérez Guartambel dit qu’il veut que les Équatoriens utilisent moins de voitures et plantent plus d’arbres. Il a proposé de mettre fin à l’exploitation minière dans le pays et de restreindre l’extraction du pétrole. Pérez critique le mouvement correiste pour sa dépendance à l’égard de l’extraction. Avec des photos de campagne qui le montrent souvent arrivant aux rassemblements à vélo, l’image de Perez semble faite sur mesure pour plaire aux sensibilités des militants écologistes occidentaux.

Le candidat progressiste Andres Arauz, qui suit les traces de l’ancien président socialiste Rafael Correa

L’Équateur est un pays anciennement colonisé et en voie de développement, et donc relativement pauvre par rapport aux nations impérialistes du Nord global. Mais elle a un avantage : de grandes réserves de pétrole et de minéraux. Ces ressources ont été la clé des programmes politiques et économiques de Correa et de ses disciples, qui les ont utilisées pour dynamiser le développement du pays, financer des programmes sociaux et investir des milliards de dollars dans l’accès universel aux soins de santé, à une éducation de qualité et à des infrastructures de pointe.

Pourtant, l’apparence soi-disant progressiste du programme politique de Perez se termine avec ses politiques environnementales. En matière de politique internationale, il s’est révélé être profondément de droite. Et alors que M. Perez utilise son héritage indigène pour prétendre représenter les communautés indigènes de l’Équateur, beaucoup de leurs membres sont en fait catégoriquement contre lui et son parti. L’indignation des indigènes contre M. Pérez en particulier s’est accrue lorsqu’il a soutenu le coup d’État en Bolivie en novembre 2019.

En octobre 2020, la majorité indigène du parti du Mouvement vers le socialisme (MAS) d’Evo Morales a remporté les élections. Plusieurs leaders indigènes équatoriens ont été invités à l’inauguration du président Luis Arce, mais Perez n’était pas l’un d’entre eux. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, il a été clairement indiqué que M. Pérez n’avait pas été invité parce qu’il avait soutenu le coup d’État.

Avant même l’opération violente de changement de régime, Pérez critiquait sévèrement Morales, l’accusant, ainsi que Correa, d'”autoritarisme, de machisme, d’extractivisme et de populisme”. Pérez a catégoriquement refusé de reconnaître la légitimité du gouvernement d’Evo.

En 2017, Perez avait attaqué Evo en tweetant une fois de plus : “Encyclopédique son ignorance Evo (sic) est biologiquement indigène, mais sur le blanc identitaire il s’est blanchi, il est colonisé, il ne se sent pas ou ne comprend pas la cosmovision indienne”.

Après avoir soutenu le coup d’Etat, Perez est resté silencieux sur la Bolivie, ne disant pas un mot sur la junte, dirigée par des extrémistes chrétiens racistes qui ont massacré des manifestants indigènes.

Mais le coup d’État en Bolivie n’est pas la seule campagne de changement de régime en Amérique latine assistée par les États-Unis que Yaku a soutenue. En novembre 2016, M. Perez a fait l’éloge du coup d’État en douceur qui a chassé le gouvernement du Parti des travailleurs du Brésil du pouvoir, tout en se rangeant du côté d’une campagne de droite qui a attaqué la présidente progressiste de l’Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner.

  1. Perez a également lancé des appels au renversement de Correa et du président socialiste du Venezuela, Nicolas Maduro. « La corruption a fait tomber le gouvernement de Dilma Rousseff et Cristina », a tweeté M. Perez avec approbation. “Maintenant, il ne reste plus qu’à faire tomber Correa et Maduro. Ce n’est qu’une question de temps.

Un mois plus tard, en décembre 2016, Perez a condamné les gouvernements de Correa et Maduro comme étant “coloniaux, ethnocidaires et racistes”. Dans la même veine, M. Pérez a soutenu la tentative de coup d’État brutal au Nicaragua en 2018, également soutenue par les États-Unis. Après que les extrémistes de droite, avec le soutien de Washington, ont passé des mois à assassiner, torturer et terroriser les partisans du Front sandiniste, Perez a réagi en rejetant sur le gouvernement élu la responsabilité de toute la violence au Nicaragua. « Qui pourrait penser que les sandinistes qui luttaient contre la dictature tirent maintenant sur leur peuple », écrivait-il en octobre 2018.

 

Liens amicaux avec le gouvernement des États-Unis

Alors que Yaku Perez Guartambel n’a aucun problème à diaboliser les gouvernements révolutionnaires de gauche en Amérique latine en les qualifiant de “coloniaux, ethnocidaires et racistes”, il reste curieusement silencieux sur les violations massives des droits de l’homme des gouvernements étatsuniens.

En effet, M. Perez a entretenu des liens d’amitié avec Washington, tout en faisant progresser l’agenda de ce dernier dans son pays. Avant de se présenter à la présidence, M. Perez était préfet (gouverneur) de la province d’Azuay, dont la capitale, Cuenca, est devenue un centre important pour les expatriés américains.

Pachakutik au centre, est étroitement lié aux ONG financées par Washington et les États membres de l’Union européenne (UE).Ici avec les ambassadeurs de la France et de l’Allemagne.

Il y a des communautés entières de Nord-Américains à Cuenca, où ils ne parlent que l’anglais et paient tout en dollars (qui est la monnaie officielle de l’Équateur depuis la dollarisation en 2000, suite à une crise économique supervisée par l’ancien ministre de l’économie Guillermo Lasso, aujourd’hui principal candidat de droite aux élections de 2021).

En juin 2019, au moment où Michael J. Fitzpatrick remettait ses lettres de créance en tant que nouveau représentant de l’administration Trump en Équateur, M. Perez a rendu publique sa rencontre avec l’ambassadeur des États-Unis à Cuenca.

Un mois plus tard, M. Perez a assisté à la célébration de la fête de l’indépendance des États-Unis, accueillant le nouvel ambassadeur. Il était représenté souriant devant un drapeau américain illuminé. Pendant sa campagne présidentielle, malgré le peu de soutien du public, Perez a trouvé un public enthousiaste auprès des ambassadeurs français et allemand.

Les “écosocialistes” s’allient à la droite dans la tentative de coup d’Etat contre Rafael Correa

 Le déploiement de conventions ostensiblement progressistes et “écologistes” visant à déstabiliser les gouvernements de gauche en Bolivie, au Venezuela, au Mexique et au-delà a été mis au point il y a un peu plus de dix ans pour saper le gouvernement démocratiquement élu de l’ancien président socialiste de l’Équateur, Rafael Correa.

Pour saper Correa, les États-Unis et d’autres gouvernements occidentaux ont financé des groupes de la société civile prétendant soutenir les causes environnementales et les droits des autochtones qui servent en fin de compte de tentacules à l’opposition de droite.

Tout au long de leur mandat, Correa et Morales ont été confrontés à une forte opposition à leurs ambitieuses initiatives en matière d’infrastructures. Des groupes indigènes et environnementaux, dont beaucoup sont soutenus par les États-Unis, ont lancé de vastes manifestations en 2011 pour tenter d’empêcher la construction d’une grande autoroute en Bolivie, et des manifestations similaires pour entraver les projets miniers en Équateur en 2012.

En septembre 2010, des groupes d’opposition ont tenté de renverser le président Correa lors d’une tentative de coup d’État. Avec le soutien des déserteurs de la police qui ont occupé le parlement, bloqué les principales avenues et saisi les institutions de l’État, l’opposition équatorienne a failli chasser le président du pouvoir.

L’une des principales organisations impliquées dans le soulèvement était la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (CONAIE). La CONAIE est une organisation indigène qui prétend promouvoir des politiques de gauche mais qui considère l’État et le développement industriel avec suspicion, même si ce gouvernement est dirigé par un socialiste démocratiquement élu.

La CONAIE a adopté une ligne dure contre Correa, l’attaquant constamment et exigeant sa démission. Cela a sapé le soutien d’une certaine gauche à l’extérieur du pays et a conduit à la critique de son mouvement, la Révolution citoyenne.

Ce que la CONAIE n’a pas reconnu dans ses attaques constantes contre Correa, c’est que son aile politique est fortement soutenue par le gouvernement américain. En effet, le parti Pachakutik est le bras politique de la Conaie, dont le candidat à la présidence est Yaku Pérez.

Lors du soulèvement de 2010, Pachakutik a lancé un appel public pour le renversement de Correa, exprimant son soutien aux déserteurs de l’armée et de la police.

La journaliste Eva Golinger a ensuite démontré comment Pachakutik avait été soutenu par le National Democratic Institute (NDI), la filiale du NED, qui est largement affiliée au Parti démocratique et qui agit en tant qu’intermédiaire de la CIA.

Un document du NDI de 2007 a noté que Pachakutik avait été directement formé par l’entité gouvernementale américaine, avec des militants des partis d’opposition anti-Chávez du Venezuela, Acción Democrática et Primero Justicia, ainsi que du Parti d’action nationale (PAN) du Mexique.

Dans un rapport de 2019, l’écrivain équatorien-canadien Joe Emersberger a exposé le rôle de la CONAIE en tant que cheval de Troie de la droite. Virgilio Hernández, un leader du mouvement Correiste qui a été forcé de demander l’asile à l’ambassade mexicaine face à la persécution du gouvernement de Lenín Moreno, a expliqué à Emersberger : « Depuis la fin des années 1990 et le début de ce siècle, on peut déjà dire ce qui est évident dans la CONAIE, un courant devenu dominant que nous appelons “indigénisme conservateur ». Un courant qui a tout mis en œuvre en faveur de ce qu’ils appellent “la cause ethnique” et a laissé de côté les causes des mouvements sociaux et de la gauche dans le pays. Cela explique … pourquoi, lors de la dernière campagne présidentielle, ils ont ouvertement soutenu Guillermo Lasso, le candidat de l’oligarchie et des banques. Il est très clair que pendant près de deux décennies, ils ont perdu le leadership et ont été utiles aux groupes oligarchiques qui ont toujours été farouchement opposés à Rafael Correa et à la Révolution citoyenne”.

Le militant anti-Correa non indigène (membre d’un parti indigène) qui diffuse des informations contre Julian Assange Fernando Villavicencio, l’un des cofondateurs de Pachakutik a joué un rôle important mais peu reconnu dans la conspiration du Russiagate qui a agité le tout-Washington pendant l’ère Trump.

Villavicencio est un militant de l’opposition équatorienne et un journaliste qui a consacré des années de sa vie à essayer de détruire Rafael Correa. En plus de son travail avec Pachakutik, Villavicencio a créé un média anti-correa pour diffuser la désinformation contre le président.

Villavicencio détestait tellement Correa qu’il a publiquement appelé les États-Unis à imposer des sanctions à l’Équateur pour punir son gouvernement, et a déclaré qu’il ferait pression sur le Sénat américain pour qu’il le fasse. (Cela a conduit Correa à qualifier Villavicencio de “vendu”).

En 2018, Villavicencio a ensuite co-signé un rapport très douteux dans le journal à grand tirage Guardian, avec les journalistes Luke Harding et Dan Collyns, qui faisaient la promotion de la Russie, accusant le rédacteur en chef de WikiLeaks, Julian Assange, d’avoir eu des réunions secrètes avec l’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort. Wikileaks a catégoriquement nié ce rapport, le qualifiant de pure fabrication et lançant une collecte de fonds pour porter plainte contre le Guardian pour cette histoire.

Le Guardian a retiré la signature de Villavicencio de l’article, alors même que l’activiste équatorien se vantait sur Twitter d’être le co-auteur et la source apparente des allégations douteuses. Villavicencio gère également un site web où il publie constamment du matériel douteux diabolisant Correa et Wikileaks. Ce site s’appelle La Fuente – le journalisme d’investigation.

Cette publication semble être financée par le NED, un front de la CIA fondé par l’administration Reagan pour promouvoir le changement de régime dans les pays socialistes.

Dans sa base de données, le NED a affiché une subvention annuelle de 65 000 dollars à un média en Équateur qui “promeut le journalisme d’investigation”, en utilisant une description presque identique à celle de “qui nous sommes” sur le site web de Villavicencio, La Fuente.

Villavicencio s’est séparé de Pachakutik en 2017. Aux élections de 2021, il se présente comme candidat à l’Assemblée nationale avec le Parti socialiste de l’Équateur, un autre groupe marginal anti-correa qui revendique une allégeance idéologique à la gauche mais qui est généralement allié à la droite.

 

Le Conseil des Amériques promeut la candidature de Yaku Perez

Les articles écrits par des organisations environnementales américaines à vocation anarchiste, comme Extinction Rebellion, laissent aux lecteurs l’impression que Yaku Perez Guartambel est le meilleur choix pour la gauche en Équateur.

Mais un coup d’œil sur les bailleurs de fonds de Perez, dont de puissants groupes de pression d’entreprises, illustre un programme secret. Le 1er février, le quotidien américain Americas Quarterly a publié un article promotionnel vantant les mérites du candidat à la troisième place, intitulé “Yaku Pérez : le nouveau visage de la gauche en Équateur ?

L’article encourage la désinformation et la diffamation de Correa, se vantant que “Perez a dit qu’il offre à ces électeurs une alternative à la gauche “corrompue et autoritaire” de Correa”.

Americas Quarterly a également déclaré avoir mené un sondage auprès d’une douzaine d’analystes qui “placent Pérez plus à gauche qu’Arauz”. Le site web a également noté avec joie que “en matière de politique étrangère, M. Pérez s’est dit ouvert à un accord commercial avec les États-Unis et a dénoncé la politique agressive de la Chine en matière d’extractivisme et de droits de l’homme. Son auteur, Brendan O’Boyle, a partagé la pièce en vantant la “gauche écologique anti-corréenne qu’il représente”.

Mais qu’est-ce qu’Americas Quarterly? Est-ce une publication de la gauche libérale qui promeut l’environnement et les droits des peuples autochtones ? Au contraire : Americas Quarterly est une branche de l’Americas Society/Council of the Americas (AS/COA), un groupe de lobbying financé par de nombreuses grandes entreprises américaines.

L’AS/COA a joué un rôle majeur en soutenant à la fois les coups d’État contre les gouvernements progressistes d’Amérique latine et les régimes néolibéraux impopulaires. La liste des membres corporatifs de l’AS/COA est un who’s who des entreprises les plus puissantes de la planète, dont beaucoup s’enrichissent en détruisant l’environnement et en faisant la guerre, notamment Amazon, Apple, BlackRock, Boeing, Caterpillar, Chevron, Chiquita, Exxon Mobil, Ford, General Electric, Goldman Sachs, Google, JP Morgan, Lockheed Martin, Raytheon et Walmart.

La campagne de son parti écologiste Pachakutik, soutenu par les États-Unis et supposé “de gauche”, est promue par des lobbyistes d’entreprise de droite.

Alors pourquoi une organisation financée par des méga-corporations, qui normalement soutiendrait des politiciens de droite dans toute l’Amérique latine, promouvrait-elle soudainement un candidat de gauche en Équateur ? Et pourquoi devrions-nous être amenés à croire que Yaku Perez est en fait encore plus à gauche qu’Andres Arauz et le mouvement correiste !

La réponse est que Perez ne représente pas réellement la gauche ; qu’il est un véhicule insidieux pour les intérêts de Washington en Équateur. L’AS/COA a faussement cherché à le présenter comme l’alternative de gauche au Correisme, parce qu’elle sait qu’il servirait leurs intérêts d’une certaine manière s’il devait gagner, et qu’il divise la gauche en restant simplement dans l’élection, ce qui rend un second tour plus probable. C’est pour cette même raison que le banquier Guillermo Lasso a déclaré qu’il soutiendrait M. Perez.

Les États-Unis cherchent désespérément à empêcher le retour de la vague socialiste qui a déferlé sur l’Amérique latine au cours de la première décennie du XXIe siècle. Et dans la tentative de Washington de l’arrêter, les figures “écosocialistes” comme Yaku Perez sont de parfaites marionnettes.

 

The GrayZone 8 Février 2021 
Traduction: Romain Migus
Les 2 rives 9 Février 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY