Des incendies à n’en plus finir !

Radio Kiskeya, Limbé, ...

0
233
Le bâtiment logeant la radio Kiskeya à la rue Villemenay, au Bois-Verna

Bien souvent au cours des fêtes de fin d’année ou à n’importe quel autre moment, ce sont les marchés où les petits commerçants étalent leurs marchandises qui sont la proie d’incendies criminels pour une raison ou une autre.

Le bâtiment de la radio Kiskeya en flammes

Dans la soirée du vendredi 21 décembre, vers les 9h 30 un incendie n’a pas trouvé d’autres endroits pour se déclarer qu’à la rue Villemenay, au Bois-Verna, quand une maison voisine de la radio Kiskeya a pris feu, on ne sait comment encore, par quoi ou par… qui.

La réalité c’est que au pays les causes d’un accident, d’un assassinat, d’un vol pour ne citer que ceux-là relèvent de la fiction tellement elles semblent échapper à la raison même,  et sont toujours restées inconnues, pouvant continuer à rester ainsi jusqu’à ce qu’on passe dessus le chiffon de l’oubli.

On n’a jamais su réellement les vraies causes, encore moins les responsables des incendies de certains marchés. Bien souvent on rapporte des balivernes pour amadouer les naïfs, créer la confusion et détourner la vraie piste.

Un incendie dans le cas de la radio ne peut être catégorisé uniquement dans le cas d’un banal accident ; et il ne devrait pas prendre non plus une éternité pour que la vérité soit connue sur ce qui a causé l’incendie de la maison voisine de la radio Kiskeya. Et si ce n’était la vigilance des sapeurs  pompiers des mairies de Carrefour et de Delmas, la catastrophe aurait été encore plus lourde. Heureusement, il n’y a pas eu de perte de vies humaines.

Maisons et voitures incendiées à Limbé

Par ailleurs à Limbé, a eu lieu le lendemain un autre incendie plus précisément dans la soirée du samedi 22 au dimanche 23 décembre. L’histoire attachée à celle-là parait vraisemblable. Deux inconnus à moto ont abattu froidement un individu du nom de Bouligan qu’on a présenté comme un opposant hostile au député de Limbé Frandy Louis élu sous la bannière du Bouclier. Les proches de la victime ont déjà fait leur propre jugement en déclarant que l’auteur de ce crime ne serait autre qu’un partisan du député. Ils faisaient référence à un certain Jacquot Leroy puisque la victime et Jacquot ne s’entendaient pas et auraient bien souvent des altercations entre eux.

Et c’est pour venger le nommé Bouligan, que la population a incendié près de 6 maisons dont celle de Jacquot Leroy et la mère du député de Limbé.

Un container de gaz d’une pompe à essence appartenant au député a été mis en feu et selon ce qu’a rapporté les riverains deux frères de Jacquot Leroy auraient été assassinés. En somme 3 personnes ont été tuées.

Où est l’appareil judiciaire et quel rôle joue la Police Nationale quand tout peut y arriver sans la moindre intervention policière.

A ce stade, le peuple est abandonné à lui-même, tout comme la radio Kiskeya a été abandonnée à elle-même sans aucun secours, ni recours de l’Etat haïtien au moment où elle en avait besoin.

Le député de Limbé Frandy Louis

Nous ne pouvons pas continuer à vivre ainsi ; si Haïti est un pays, il faut que le peuple s’assure et se rassure qu’il fonctionne en tant que tel, mais pas simplement un endroit où des gens vivent n’ayant droit à rien, même à un minimum de respect social.

Il faut en finir avec cet Etat délabré dont les dirigeants n’ont aucun souci pour le pays, voir le bien-être des masses populaires. Avec cet Etat pourri, corrompu, sans honte qui ne peut pas assurer la sécurité du pays et du peuple en général, nous n’irons nulle part et c’est à nous que revient la responsabilité de le changer, sinon nous sommes responsables aussi bien que les acteurs au pouvoir.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY