Création d’un comité de médiation sur la crise haïtienne

0
416
Deux des membres du comité: De gauche à droite Monseigneur Ogé Beauvoir de Religions pour la paix et Laurent Saint Cyr du secteur privé des affaires.

Dans un mémorandum adressé aux membres du parlement américain, l’ambassadeur d’Haïti à Washington, Bocchit Edmond, a indiqué qu’« Un comité de médiation tripartite a été formé par la Conférence des recteurs et présidents des universités d’Haïti (Corpuha), le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti, ainsi que deux chefs religieux » de façon à trouver un accord entre le gouvernement de facto d’Ariel Henry et le groupe Montana-Pen.

Trois membres sont déjà connus de ce comité, il s’agit de Monseigneur Ogé Beauvoir de Religions pour la paix, Laurent Saint Cyr du secteur privé des affaires et de Jean Robert Charles de la Corpuha.

Jean Robert Charles de la Corpuha

Selon l’ambassade d’Haïti à Washington « Il n’y a pas d’autre alternative pour les opposants actuels au gouvernement que de négocier un accord avec les signataires de l’Accord du 11 septembre 2021, dans lequel des dizaines de partis politiques et de groupes de la société civile se sont joints au Premier ministre Henry pour mettre en œuvre une feuille de route pour une gouvernance pacifique et efficace au cours de cette période de transition »

Les membres du Bureau de suivi de l’accord de Montana n’ont pas vu de mauvais œil la mise en place d’un comité de médiation, mais exigent certaines conditions: « C’est vrai que nous sommes d’accord qu’il y ait un comité de médiation, mais quelques conditions doivent être réunies préalablement »

L’ambassadeur d’Haïti à Washington, Bocchit Edmond

Dans la même veine, ils en ont profité pour dénoncer la fuite en avant du gouvernement d’avoir pris la responsabilité unilatérale de  former un  comité de médiation tripartite sans l’aval des participants. Par ailleurs, ils exigent que d’autres personnalités crédibles et honnêtes doivent faire partie de ce comité pour être équilibré.

L’ancien député, Jean-Robert Bossé, n’a pas apprécié que le Premier ministre fixe lui-même les règles de la négociation et indique qu’« Un comité de médiation doit être accepté par les deux parties concernées. Celles-ci doivent valider la démarche avec un accord-clé, stipulant qu’elles se sont engagées à respecter les résultats, qui sortiraient de cette médiation ».

Youri Latortue du Protocole d’entente Nationale PEN n’a pas lui aussi vu d’un mauvais œil le principe de médiation pour favoriser des discussions entre les acteurs des accords PEN/Montana avec le Dr. Ariel Henry. Cependant il n’a pas agréé la façon dont Ariel Henry a constitué cette commission de médiation pour résoudre la crise.

La lutte des Accords va-t-elle se substituer à une autre crise interne au sein de ce comité de médiation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here