Brésil : Lula résiste à la nouvelle mission en Haïti, proposée par les Etats-Unis

L'idée d'une force multinationale dans le pays des Caraïbes, portée au Conseil de sécurité de l'ONU, est sur le radar des assistants du président élu.

0
761
Le président élu du Brésil Luiz Inácio Lula da Silva et le secrétaire général des Nations unies (ONU), António Guterres

Le futur gouvernement du président élu Luiz Inácio Lula da Silva (PT) montre des signes de résistance à une entreprise soutenue par les États-Unis : une nouvelle mission internationale en Haïti. La question est considérée avec des réserves par le personnel du PT et l’armée brésilienne qui a dirigé la mission de stabilisation dans le pays des Caraïbes de 2004 à 2017.

Le sujet fait partie du matériel préparatoire que Lula a reçu des participants à la rencontre avec le secrétaire général des Nations unies (ONU), António Guterres, qu’il rencontrera ce jeudi 17 lors de la COP-27 en Égypte. Guterres a été un partisan de l’idée d’une “force multinationale” en Haïti.

Chargé de diriger le bras militaire de la mission qui a passé 13 ans en Haïti, et le plus grand pays d’Amérique du Sud, le Brésil est considéré comme un soutien pertinent pour les diplomates étrangers dans les discussions sur le sujet et, par conséquent, l’attention de Washington se dirige vers le poste du futur gouvernement Lula.

Luiz Inácio Lula da Silva rencontre John Kerry

« Ces pourparlers (avec d’autres pays) sont en cours. Plusieurs pays ont exprimé leur intérêt à en savoir plus sur cet effort, voire à y participer“, a déclaré vendredi dernier Ned Price, porte-parole du secrétaire d’État américain Antony Blinken. Avant-hier, Lula a rencontré John Kerry, l’envoyé climatique du gouvernement Joe Biden. Il s’agissait de la première rencontre de haut niveau du président élu avec un responsable américain.

La question peut marquer la relation du nouveau gouvernement, une fois qu’il est entré en fonction, non seulement avec Washington, mais aussi avec l’armée brésilienne, un groupe de la bureaucratie d’État qui est resté fidèle au gouvernement de Jair Bolsonaro (PL), même pendant l’interrogation du président au cours du processus électoral.

Proposition

Les États-Unis et le Mexique ont déclaré qu’ils présenteront une proposition de résolution au Conseil de sécurité pour autoriser une force internationale de maintien de la paix en Haïti, dans les termes défendus par António Guterres. La résolution n’a jamais été déposée, en partie parce qu’aucun des deux pays n’était disposé à prendre la tête du processus. L’établissement possible d’une relation plus étroite entre les États-Unis et le Brésil, avec l’élection de Lula, a alimenté les rumeurs selon lesquelles le pays pourrait assumer ce rôle.

Le Brésil occupe l’un des sièges tournants du Conseil de sécurité depuis le début de cette année et le restera avec un vote en collégial jusqu’à fin 2023. Les acteurs de la transition voient la participation à une force multinationale comme inopportune, principalement parce que c’est en dehors de l’ONU. La proposition américaine se heurterait à la résistance de la Russie, en raison des relations tendues entre les deux pays en raison de la guerre en Ukraine.

Les membres du PT craignent toujours qu’un retour en Haïti ne serve à renforcer politiquement l’armée. L’ancien membre du Congrès José Genoino a déclaré au site Opera Mundi que, dans le passé, le PT aurait dû défendre, au lieu d’une solution militaire pour Haïti, l’adoption de politiques publiques. Le raisonnement du PT est que l’expérience haïtienne aurait renforcé les opérations de garantie de l’ordre public (GLO) au Brésil, conduisant à une intervention fédérale dans la sécurité publique à Rio, ce qui aurait aidé la candidature de Bolsonaro, en 2018.

Officiers

L’enquête américaine concernant la position du Brésil est à la connaissance des responsables brésiliens, qui pointent le coût d’une mission en dehors de l’ONU comme un problème. Un départ sérieux via l’Organisation des États américains (OEA), mais, dans ce cas, la résistance sérieuse du PT, qui critique la position de l’organisation par rapport à la Bolivie et au Venezuela.

“Le problème d’Haïti n’est pas militaire, mais politique”, a déclaré le général Carlos Alberto Santos Cruz. Selon lui, 10 milliards de dollars ont été dépensés pour la MINUSTAH, pour la mission de 2004, et la situation n’a guère changé. Le général, qui a dirigé l’opération pendant deux ans et demi, s’est dit au courant de la position américaine. « Les Américains veulent qu’un autre pays soit à la tête de la force pour que cela ne soit pas considéré comme une intervention », a-t-il dit. Pour lui, le gouvernement Lula devrait analyser l’opportunité de l’affaire.

Le chapitre 7 de la Charte de l’ONU autorise l’usage de la force, qui est considérée comme un problème par les pays -et aussi par les interlocuteurs de Lula dans le domaine des affaires étrangères-, car cela pourrait signifier l’usage de la force armée contre des civils qui composent les gangs haïtiens. L’argument des Américains est que la question a été soulevée par les autorités haïtiennes, qui ont demandé l’aide internationale, et par le secrétaire général de l’ONU.

« Le Brésil est toujours très intéressé par la question, mais nous attendons qu’un texte soit soumis à l’examen des autres membres du Conseil de sécurité », a déclaré l’ambassadeur du Brésil à l’ONU, Ronaldo Costa Filho.

Crise

L’inquiétude internationale concernant Haïti s’est intensifiée en septembre lorsqu’une coalition de gangs a pris le contrôle du terminal portuaire de Varreux, qui fournit la majeure partie du carburant du pays, exacerbant l’effondrement économique et humanitaire local. Il y a dix jours, la police haïtienne a déclaré avoir repris le contrôle du port, ce qui a fait perdre de l’urgence à la question à l’ONU bien que, selon des diplomates de différents pays, elle soit toujours à l’ordre du jour.

Lorsqu’on lui a demandé si la question avait déjà été soulevée avec Lula, un porte-parole du département d’État a répondu que les États-Unis « continueront à travailler avec des partenaires dans la région et dans le monde pour aider Haïti à surmonter son ensemble de défis à multiples facettes ».

O Estado de Sao Paulo
17 novembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here