Branle-bas médiatiques pour récupérer les naïfs !

0
141

La société haïtienne est agitée par des convulsions de plus en plus fréquentes, allant, ces derniers temps, jusqu’à des actions qui soulèvent la réprobation des masses populaires. En dépit de certaines apparences, la dégradation de la situation politique et économique reste un fait que les autorités elles-mêmes à tous les niveaux ne parviendront jamais à dissimuler.

En réalité, si vous êtes un grand naïf, si vous n’avez pas votre tête bien sur vos épaules, et si vos analyses dépendent uniquement de présentations bien orchestrées, taillées sur mesure par une certaine presse, vous pouvez facilement vous laisser prendre dans le courant des dossiers de l’heure, dossier d’époque comme un mode sélectionné.

La réalité politique quotidienne est dominée par de petites manœuvres tactiques pour récupérer les indécis. Le rôle opportuniste de certains n’est autre que de transformer le mouvement populaire sans boussole au service de l’idéologie bourgeoise dominante jusqu’à appuyer un Parlement repaire de mercenaires de tout poil. Autant de caveat pour en arriver à un constat essentiel: c’est Youri Latortue qui tire les ficelles ; c’est lui qui mène le jeu, pour se donner l’auréole d’un politique moralement clean. Pourtant, il sait prendre certaines distances, jouant son Ponce Pilate. Il ne faut jamais perdre de vue que la formation de certains les prédispose à préférer l’indignation à la dignité, le déshonneur à l’honneur. Latortue se lave les mains des conclusions du rapport Petro Caribe et sait trouver les alibis nécessaires.

C’est tout un branle-bas qui se justifie dans sa raison d’être, et c’est là que le jeu devient intéressant. Les rumeurs ne manquent pas qui peuvent même vous faire croire que la révolution est pour demain. Que tel inculpé sera cette fois-ci mis sous les verrous.

Le rôle opportuniste de certains n’est autre que de transformer le mouvement populaire sans boussole au service de l’idéologie bourgeoise dominante jusqu’à appuyer un Parlement repaire de mercenaires de tout poil.

Et puis…Et puis … Rien ! Alors qu’au bout du compte, c’est le mal qui continue encore et toujours à triompher du bien !

Là est le piège minutieusement planifié et qui menace de désorienter en quelque sorte certains militants qui ne font pas de l’organisation de la lutte une priorité majeure et un critère absolu pour l’existence d’une alternative organisée. Cette politique, aujourd’hui comme hier, reste alignée sur une vieille pratique des pires ennemis des masses populaires ; celle du camouflage. Prenons un exemple: alors que l’actuel Parlement mène une politique antipopulaire, on est presque obligé d’applaudir ses prises de position bien camouflées derrière un semblant de bon travail et de bonnes dispositions morales visant à nettoyer les écuries d’Augias que représente le dossier de la corruption dont le pillage et le gaspillage du programme économique PetroCaribe s’en font une pièce majeure.

C’est ainsi que nous assistons de préférence à une véritable désinstrumentalisation de la lutte des masses par des forces qui ne sont autres que des agents au service des intérêts des multinationales. Alors, n’est-ce pas nager à contre courant, à contre-sens de l’histoire de la lutte des peuples pour un réel changement?

Par conséquent, et malgré les éléments positifs que comportent ce rapport, la situation est loin de se présenter sous le joug favorable que veut le faire croire un parlement truffé de gens corrompus. C’est une scène de théâtre, rien de plus. Il ne faut pas perdre de vue que cette classe d’hommes au pouvoir tant du coté de l’Exécutif que du Législatif reste sur une même position de classe et constitue autant de barrières placées sur le chemin de la lutte du peuple. Alors, que pouvons-nous attendre en contrepartie de leurs exercices de funambule si ce n’est que des résolutions sur papier, des ensembles de décisions jamais appliquées ; puisque, c’est le camp de la réaction qui se désagrège dans ses propres contradictions de classe et de clans.

Devant pareille situation qui s’aggrave de jour en jour sur tous les plans, nous devons lutter de sorte que l’avenir du pays ne soit point aussi inquiétant que son présent. Il nous faut reconnaitre que l’Etat haïtien par ses structures, son idéologie, sa base sociale restera toujours anti-peuple et pro-impérialiste sans aspirer à quelque réelle transformation sociale de la société que ce soit. Et les conditions pour le changement restent les mêmes, à savoir continuer sans répit à dénoncer tous les agents au service de l’ennemi de façon de plus en plus active et sans désemparer.

Faire face aux problèmes simplement par des manifestations ne les résoudra pas pour autant. La vérité, c’est que l’inflation galopante, le déclin de la population dû à l’émigration, la vie chère, rien de cela ne disparaitra sans une lutte acharnée et organisée anti-impérialiste. Cet État corrompu et pourri dans tous ses compartiments, comme un cancer, ne fait que nous détruire au profit des puissances capitalistes.

Il ne faut pas nous laisser entraîner dans des distractions à n’en plus finir, des branle-bas médiatiques, des tas de conneries dont le seul tenant et aboutissant se résume en un seul mot: démagogie. Alors que pourtant, il ne se passe pas de jours sans que nos adversaires ne nous préparent de nouveaux coups afin d’atteindre leurs buts criminels. Restons vigilants!

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY