Boulos blanchi par le juge Bernard Sainvil

0
819
Réginald Boulos et son ami le juge Bernard Sainvil

Le vendredi 2 juillet 2021, Réginald Boulos, PDG de l’entreprise Real Business Investissement S.A,  devrait être auditionné à 10 heures du matin, par une commission d’enquête de la Direction Générale de l’Unité de Lutte Contre la Corruption autour du dossier qu’il a emprunté 65 millions de gourdes à l’ONA pour un projet d’appartements pour personnes, et 40 millions de gourdes ont été obtenues sur le compte de Delimart dans l’argent qui réglera d’autres problèmes.

Le directeur de l’ULCC, Me Hans Jacques Ludwig Joseph

Le concerné n’a pas répondu à ce rendez-vous et par la suite l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), a publié le même vendredi 2 juillet 2021 une requête contre lui « Nous, Me Hans Jacques Ludwig Joseph, directeur général de l’ULCC, agissant en notre qualité d’officier de police judiciaire et de gendarme anti – corruption de la République, requérons la Police nationale d’Haïti, notamment la Brigade de recherche et d’intervention ( BRI ) de la Direction centrale de la police judiciaire ( DCPJ ), de rechercher et de conduire en état et sous forte escorte le nommé Pierre Réginald Boulos par-devant la commission d’enquête dûment mandatée à cette fin ».

Le directeur général de l’ONA, Jenley Marc Jean Baptiste

Pour illustrer le tout, le 22 juin 2021 dernier, l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) a ordonné à toutes les institutions bancaires de geler la somme de 260 millions de gourdes de sept personnes liées au « Real Business Investment » (RBI) dont Isabelle Valmey, Pierre Réginald Boulos, Ursil Pierre, Emlyne Girova Brice, Sébastien Boulos, Melissa Régine Boulos et Natacha Blanc.  Le DG de L’ULCC les a accusés d’avoir  détourné des fonds appartenant à l’office national d’assurance-veillesse  (ONA).

Le directeur général de l’ONA, Jenley Marc Jean Baptiste, a supporté les initiatives de l’ULCC sur les différends existants entre l’ONA avec la Real Business Investissement (RBI). Ainsi, dans une note, il a publié que « L’Office national d’assurance-vieillesse (ONA) condamne avec véhémence le détournement de ses fonds d’un montant d’un million de dollars américains par la société Real business investment S.A., entreprise appartenant au sieur Pierre Réginald Boulos, dans le cadre d’un projet fictif de construction de logements sociaux à Fermathe, monté en 2018 en dehors des normes prescrites. Aussi supporte-t-il les démarches de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) tout en invitant l’appareil judiciaire à se mettre en branle pour toutes les suites que de droit »

Le PDG de la Real Business Investissement S.A Pierre Réginald Boulos  pour sa part qui est également  président du parti politique Mouvement Troisième voie Ayiti ( MTVAyiti) pour toute réponse aux démarches de l’ULCC a fait ses déclarations suivantes le 3 juillet 2021 « Se pa premye fwa y ap sèvi ak manti, manipilasyon pou enstrimantalize lajistis kont yon opozan politik. Se pa premye fwa y ap envante fo dosye pou kouvri vrè dosye krim ak koripsyon yo. Je nou kale ! Yon jou l ap jou ! Konba a ap kontinye pou yon lòt Ayiti ! #YonLòtKalkil »

Pierre Réginald Boulos président du MTVAytiti

«Ce n’est pas la première fois que des mensonges et des manipulations sont utilisés pour manipuler la justice contre un opposant politique. Ce n’est pas la première fois que de faux fichiers sont inventés pour dissimuler de vrais cas de crime et de corruption. Nos yeux sont dessillés ! Un autre jour viendra ! Le combat continue pour une autre Haïti! #UnAutreCalcul » Quelques jours après, soit le 7 juillet, ce fut l’assassinat du président de la république Jovenel Moise. Dans une audience qui a eu lieu le 21 juillet soit deux jours avant les funérailles nationales de ce dernier, le 23 juillet, et en l’absence des avocats  de l’ULCC, le tribunal de paix de première instance de Port-au-Prince, sous la présidence du juge Bernard Sainvil, réuni en ses attributions des référés avait tranché toutefois en faveur de Pierre Réginald Boulos et à l’encontre de l’ULCC.

L’ordonnance a été rendue publique le mercredi 28 juillet 2021  par laquelle, le tribunal  a ordonné main levée de l’ordre de recherche et d’amener émis contre Boulos par Me Hans Jacques Ludwig Joseph, directeur de l’ULCC. Par là, il met ainsi un terme aux litiges existants entre l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) et l’entreprise Real Business Investissement S.A.

Réginald Boulos et Jovenel Moise

Renforçant la décision du tribunal des référés, annulant le mandat d’amener et le gel de ses fonds émis à l’encontre de Réginald Boulos, son avocat Me Samuel Madistin, le jeudi 29 juillet, sur les antennes de Magik 9 indiqua que : « l’ULCC  est une autorité administrative ». « Elle n’a pas la compétence d’émettre un ordre de recherche contre Réginald Boulos. L’ULCC n’a pas la compétence de demander à aucune banque en Haïti de bloquer le compte en banque d’un citoyen ou d’une entreprise. Cela relève de l’autorité judiciaire. Le jour où l’ULCC a besoin de poser de tels actes, elle doit envoyer une requête à un juge pour en analyser le bien-fondé »

Pour contrecarrer l’acte du tribunal, la direction de l’ULCC dans un communiqué a elle-même manifesté son opposition au juge Bernard Sainvil qui en fait selon L’ULCC a blanchi Reginald Boulos, débloqué son compte et retiré le mandat de recherche contre lui en ces termes « L’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) prend acte de l’ordonnance rendue par défaut par le juge des référés faisant fi des dispositions claires et non équivoques du décret du 8 septembre 2004 portant sa création. Elle informe la population qu’elle fera opposition contre cette surprenante décision qui, issue d’une interprétation superficielle et erronée, renforce sa détermination à assainir l’administration publique »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here