Birmanie : déjà 540 morts après le coup d’État

0
41
Des milliers d'habitants descendent dans la rue à Monywa, dans la région de Sagaing, pour protester jeudi dernier contre le régime militaire. Photo Kaung Thar

Après que six nouvelles personnes ont été tuées par les forces du régime militaire du Myanmar jeudi 1er avril, le bilan des victimes du régime a atteint 540 morts.

 

Malgré la condamnation générale de la population du Myanmar et de la communauté internationale, le régime militaire a continué à intensifier sa répression et ses raids meurtriers contre les manifestants et les civils opposés au régime.

Les forces du régime n’ont pas seulement utilisé des balles réelles, mais aussi, selon les rapports, des grenades à main et des explosifs lourds dans leurs attaques contre les manifestations anti-régime dans le pays.

Mercredi, environ 536 personnes avaient été tuées par les forces du régime militaire depuis le coup d’État du 1er  février, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Jeudi après-midi, les forces de sécurité ont violemment attaqué une marche anti-régime dans la deuxième plus grande ville du Myanmar, Mandalay.

Un membre d’une société de secours de la ville a déclaré à The Irrawaddy qu’au moins deux personnes avaient été tuées et plusieurs blessées dans le quartier de Sein Pan, dans la commune de Mahar Aung Myay, à Mandalay.

Selon lui, les forces de sécurité ont également tiré dans des maisons et utilisé des munitions explosives lourdes lors de la répression des manifestants.

La vidéo de l’affrontement à Mandalay montre un manifestant blessé laissé seul par des manifestants anti-régime après que les forces de sécurité ont ouvert le feu en continu et déclenché des explosions de bombes ou de grenades à main.

Par ailleurs, depuis lundi, des villageois ont mené une offensive contre les forces de la junte militaire se dirigeant vers la ville de Kale, dans la région de Sagaing. Les forces de sécurité prévoyaient d’attaquer la manifestation contre le régime dans la ville, mais les villageois leur ont fait face en utilisant des armes à feu traditionnelles à percussion.

Toute la journée de jeudi, les villageois et les forces de la junte se sont affrontés sur un site situé à 24 km de la ville de Kale.

Au cours de ces affrontements, deux villageois ont été tués et trois ont été blessés par les tirs des forces du régime, a déclaré à The Irrawaddy une villageoise qui a assisté les blessés.

Elle a également déclaré qu’un vieil homme de son village avait été abattu par les forces du régime alors qu’il se trouvait chez lui. Actuellement, de nombreux villageois fuient leurs maisons par peur des raids des forces de sécurité.

Jeudi matin, un manifestant a été tué d’une balle dans la tête et une personne a été blessée par les forces de sécurité qui ont tiré sur une manifestation anti-régime dans la commune de Monywa, dans la région de Sagaing.

Malgré l’intensification de la répression meurtrière, des dizaines de milliers de personnes à travers le pays ont continué à descendre dans la rue chaque jour pour manifester leur rejet du régime militaire.

Plusieurs milliers de fonctionnaires participent au mouvement de désobéissance civile à l’échelle nationale pour braver le régime militaire.

 

The Irrawaddy 01 Avril 2021
Traduit par  Fausto Giudice 
Tlaxcala 02 Avril 2021

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY