Ariel Henry: justicier ou tricheur ?

0
302
Le justicier Ariel Henry a fait choix de Frantz Louis Juste, comme commissaire du gouvernement a.i. près le tribunal de Première Instance de Port-au-Prince.

Le Premier Ministre de facto Ariel Henry s’est vu obligé d’aller plus vite en besogne pour imposer les raisons pour lesquelles l’opposition l’avait suggéré au président Jovenel Moise comme Premier ministre. En un sens l’assassinat de Moise le 7 juillet a fait l’affaire de cette opposition car maintenant elle récupère le pouvoir et le Premier ministre grâce à un accord politique pour une gouvernance apaisée et consensuelle signé dans la résidence officielle du premier ministre à Musseau les 11 et 12 septembre 2021.

Cependant le pari n’est pas tout à fait gagné par le Premier Ministre haïtien, M. Ariel Henry ainsi que la branche de l’opposition dirigée par le Secteur démocratique populaire et les principaux partis et selon les déclarations de Ariel lui-même « J’ai l’assurance que cet accord permettra de conduire dans l’harmonie et la bonne entente les affaires de l’Etat durant la période intérimaire que je souhaite la plus courte possible ».

Cérémonie de signature de l’accord de la Primature dans la résidence officielle du Premier ministre à Musseau le 11 septembre dernier

Ariel Henry d’un air triomphal a déclaré que « 169 organisations politiques et populaires ont signé entre autres : SDP ( Sektè Demokratik ak Popilè) , Ansanm nou fò, Eskwad démokratik, Fusion, Repons peyizan, Palmis, Kadoa, Tèt ansanm, Replik, Vérité, Veye yo, Planspa, Unité républicaine, Broposco, Fnh, Parti national de l’exemple, Inifòs, Bloc démocratique, Caravane Fanm, Krifa, LiHFeR, Force louverturienne réformiste, MTVAyiti, NOULHA, PHTK pour ne citer que cela.

Pour justifier la signature de l’accord Me André Michel a indiqué « Le Secteur démocratique et populaire a pris la décision politique et historique de signer l’accord politique pour une gouvernance apaisée et consensuelle de cette période intérimaire. Cela n’a pas été une décision facile…Mais nous avons compris qu’il est venu le temps de construire ce pays sur une base consensuelle de dialogue permanent

Me André Michel signant l’accord de la Primature

Le SDP a signé cet accord politique parce qu’il a obtenu l’intégration de la diaspora dans la formation d’un nouveau Conseil électoral provisoire, la réalisation des procès de PetroCaribe, des massacres de La Saline, Bel-Air, Delmas 32. Nous signons cet accord politique pour l’avancement du dossier de l’assassinat du bâtonnier Dorval, pour le rétablissement de la sécurité et le démantèlement des gangs, pour la libération des prisonniers politiques… », a-t-il-fait savoir.

A la veille de cette signature d’accord à la Primature, la compagnie Digicel a expédié au Commissaire du gouvernement Bed-Ford Claude les relevés téléphoniques sollicités entre Ariel Henry et Joseph Félix Badio pour la période allant du 1er au 15 juillet et selon les données de Digicel relayées « peu après l’assassinat du président Jovenel MOISE, soit le 7 juillet 2021, Ariel HENRY et Joseph Félix BADIO ont eu un entretien téléphonique de trois (3) minutes aux environs de 4h 03 du matin. Selon les données du GPS, Ariel HENRY était localisé à Montana et Badio à Pèlerin, sur les lieux du crime. Les deux hommes se sont entretenus 17 minutes après, soit à 4h 20, durant 4 minutes »

Le téléphone du Premier ministre l’a trahi, ainsi il a été invité par le Commissaire du gouvernement à se présenter mardi 14 septembre au Parquet de Port-au-Prince. Pour toute réponse, Ariel Henry au cours de la cérémonie de signature de son accord politique avec l’opposition a laissé entendre : « Soyez assurés qu’aucune distraction, aucune convocation ou invitation, aucune manœuvre, aucune menace, aucun combat d’arrière-garde, ne me détournera de ma mission. Au fait je veux dire à ceux ne l’ont pas encore compris, les manœuvres de diversion pour semer la confusion et empêcher à la justice de faire sereinement son travail, ne passeront pas. Les vrais coupables, les auteurs intellectuels et les commanditaires de l’assassinat odieux du président Jovenel Moïse seront trouvés, traduits en justice et punis pour leur forfait. A bon entendeur, salut ».

A ce compte, Me Renan Hédouville, de l’Office du protecteur du citoyen indigné a dans une note indiqué « Au nom du droit à la vérité et dans la perspective de la poursuite de l’enquête en cours sur l’assassinat du président Jovenel Moise, Monsieur Ariel HENRY doit incessamment démissionner et se mettre à la disposition de la justice ».

Le premier ministre qui devrait être un justicier aux yeux de la population sinon au dessus de tout soupçon malhonnête et criminel est sans doute vu comme un tricheur par beaucoup d’autres.

Me Renan Hédouville, de l’Office du protecteur du citoyen

Suite aux exigences de démission faites par plus d’un, l’ancienne parlementaire et actuelle dirigeante de la Fusion Edmonde Supplice Beauzile est montée au créneau pour défendre le PM « Ariel Henry est un médecin respecté. Il n’est pas un assassin ». Pour ajouter ensuite « Je connais Ariel Henry. Nous avons été formés à travers la même matrice politique, le PANPRA (Parti nationaliste progressiste révolutionnaire). Ses détracteurs le savent pertinemment que Ariel Henry n’est pas un assassin ».

Jusqu’à présent personne n’accuse Ariel, sauf son téléphone indiquant ses contacts avec un présumé assassin sur les lieux même d’un crime.

Le premier ministre Ariel Henry fait feu de tout bois de sorte qu’il ait la majorité des partis attelés à son char. C’est ainsi il invite à le rejoindre la Commission pour la Recherche d’une Solution Haïtienne à la Crise qui elle-même ayant plus de 550 partis et organisations de la société civile qui ont signé son accord du 30 août. Une réunion entre les deux courants est sans doute prévue pour le jeudi 16 ou vendredi 17 septembre prochain.

Daniel Foote

Par ailleurs, le patron des courants politiques producteurs d’accords l’envoyé spécial des Etats-Unis pour Haïti, Daniel Foote lors d’une conférence-débat sur l’après-séisme en Haïti, à la Florida International University (FIU), jeudi 9 septembre 2021 a tout bonnement indiqué : « On ne doit pas se ruer vers l’échec. Les élections ne peuvent pas se tenir à court terme à cause de la situation déplorable de la sécurité et de la discorde politique. Je ne pense pas que l’actuel gouvernement intérimaire de facto peut organiser des élections crédibles sans un accord politique. Donc, cela prendra du temps pour rétablir la sécurité, pour qu’un gouvernement intérimaire issu d’un accord établisse un CEP, effectue éventuellement une réforme de la Constitution, ect. La position des Etats-Unis est que les Haïtiens doivent organiser des élections aussitôt que les conditions seront adéquates »

Dans la soirée du lundi 13 septembre 2021, le Premier Ministre a.i. Ariel Henry lors d’un Conseil des Ministre en sa résidence officielle, convoqué pour entériner l’accord fait avec des Partis Politique et des représentants de la Société civile a annoncé les révocations de Rockefeller Vincent, le Ministre de la Justice, de Me Bed-Ford Claude, le Commissaire du Gouvernement et de Rénald Lubérice le Secrétaire Général du conseil des Ministres.

Me Bed-Ford Claude

En guise de réaction, le jour même, le Ministre Vincent dans une lettre adressée à Léon CHARLES, le Directeur Général a.i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH) lui a précisé « Le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique estime opportun de souligner à tous les agents de la Police Nationale d’Haïti quelque soit l’Unité spécialisée à laquelle ils sont affectés […] que, suivant les dispositions de la loi du 29 novembre 1994 portant création, organisation et fonctionnement de ta Police Nationale d’Haïti, notamment en son article 4, la Police Nationale d’Haïti relève du Ministère de la Justice et est placée sous l’autorité du titulaire du Ministère.

Me Frantz Louis Juste

Dans la même veine comme le PM ne s’est pas rendu au Parquet le mardi 14 septembre, le commissaire du gouvernement en fin de journée a justement émis un ordre d’interdiction de départ à l’encontre du chef de l’exécutif et un réquisitoire supplétif a été adressé au juge instructeur, M. Gary Orelien, inculpant le PM Ariel Henry dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Le justicier Ariel Henry a fait choix de Frantz Louis Juste, comme commissaire du gouvernement a.i. près le tribunal de Première Instance de Port-au-Prince. C’est le ministre de l’Intérieur, Liszt Quitel, qui a procédé, le mardi 14 septembre, à l’installation du nouveau commissaire du gouvernement a.i. de Port-au-Prince, Me Frantz Louis Juste, en remplacement de Me Bed-Ford Claude.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY