220 ans après la Révolution haïtienne: le labyrinthe d’un modèle néocolonial moderne

1
137
Au 220e anniversaire du Triomphe de la Révolution haïtienne (1804) qui allait marquer et donner de la radicalité avec son exemple d'égalité radicale au projet de Bolivar et à tout projet émancipateur sur notre continent…
Entretien avec un militant internationaliste. Lautaro Rivara (1991) est un militant de la gauche argentine, professeur, sociologue, écrivain, poète, analyste, journaliste et chercheur. Il est titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université de La Plata, en Argentine (UNLP) et d’un chercheur postdoctoral à l’Université autonome du Mexique (UNAM). C’est un intellectuel critique qui écrit et réfléchit à partir de son expérience située, sur le terrain. Il a été membre de la brigade internationale en Haïti (2018-2020). Auteur d’ouvrages tels que « Le nouveau Plan Condor. Géopolitique et impérialisme en Amérique latine » (2022) et « Internacionalista » (2022) de l’éditorial Batalla de Ideas, et plusieurs recueils de poésie, dont « Ayibobo », un recueil de poèmes en espagnol et en créole haïtien qui paraîtra prochainement, dans lequel est ajouté « Haïti ici » également en cours.

Introduction

Nous sommes en Amérique latine dans des années où sont célébrées des dates importantes et des jalons historiques qui ont influencé l’évolution de notre présent. Je fais référence, par exemple, au 220e anniversaire du Triomphe de la Révolution haïtienne (1804) qui allait marquer et donner de la radicalité avec son exemple d’égalité radicale au projet de Bolivar et à tout projet émancipateur sur notre continent, puis il a été noyé par de nombreux facteurs et comme point culminant cette dette insultante qu’Haïti a dû payer à la France et continue de payer, pour s’être émancipée. Récemment, 200 ans se sont écoulés depuis l’élaboration de la « Doctrine Monroe » (1823), date qui a eu lieu en décembre dernier, avec une ligne directrice qui définirait la relation politique des États-Unis envers Notre Amérique. Cette année commémore également le bicentenaire de la bataille historique d’Ayacucho (1824) qui symbolisait l’émancipation presque complète de l’Amérique continentale du colonialisme européen. Je dis « presque complète » parce que les Caraïbes et la Grande Caraïbe (si l’on inclut les Guyanes) ont été laissées pour compte, avec une histoire particulière de colonialisme et de néocolonialisme qui s’étend sur tout le XIXe siècle et une partie du XXe. Nous poursuivons dans le cadre des 50 ans du coup d’État au Chili (1973), qui aura lieu en septembre 2023, contre le président socialiste Salvador Allende et cette année nous nous souviendrons des 70 ans du coup d’État contre le président Jacobo. Arbenz au Guatemala (1954), 60 ans contre João Goulart au Brésil (1964), 20 ans du coup d’État en Haïti (2004) contre le président Jean-Bertrand Aristide, 15 ans du coup d’État au Honduras qui président déchu Mel Zelaya (2009) , et nous célébrons aujourd’hui les 45 ans du Triomphe de la Révolution de Grenade (1979) menée par Maurice Bishop et le Mouvement Nueva Joya qui s’est terminée par le coup d’État de B. Coard et l’assassinat de Bishop et ses collaborateurs, ainsi qu’une intervention militaire américaine (Urgent Fury, 1983) qui a fêté ses 40 ans l’année dernière.

L’histoire de l’Amérique latine est, dans une large mesure, l’histoire des interventions directes et indirectes des États-Unis, des coups d’État pour satisfaire leurs intérêts, des révolutions comme réponse aux conditions néocoloniales et pour donner une continuité à un projet émancipateur inachevé, l’histoire de la tentative de briser les chaînes des différents mécanismes du colonialisme et du néocolonialisme par les élites latino-américaines qui se conforment au Consensus de Washington.

YN : Camarade Lautaro. Je vous salue fraternellement et c’est un honneur que nos médias puissent échanger quelques idées avec vous. J’aimerais que nos lecteurs le rencontrent. Dans quel contexte étiez-vous en tant que brigadier international en Haïti ? Quelles connaissances aviez-vous en tant que militant latino-américain sur Haïti avant de voyager ? Quels mouvements et organisations de résistance connaissiez-vous ?

Le système politique haïtien a ses particularités, ancrées dans la singularité de la formation sociale haïtienne, absolument incomparable avec les autres, même dans la région elle-même

Lautaro Rivara (LR) : Eh bien, j’ai été membre de la brigade internationale en Haïti de 2018 au début 2020, j’étais dans le cadre d’une Brigade permanente de solidarité internationale que les mouvements internationaux Vía Campesina et l’articulation des mouvements sociaux vers l’ALBA. Ma connaissance antérieure du pays était comme celle de presque toute personne qui aborde Haïti, assez limitée et précaire, avec les histoires et anecdotes de quelques anciens « brigadistas » qui y étaient allés et qui étaient de ma ville et de mon organisation. Bien sûr j’avais un certain imaginaire construit autour de la Révolution Haïtienne, je suis profondément intéressé et amoureux de l’histoire de notre continent et de la première révolution réussie de cette histoire continentale. C’est une étape que personne n’a le droit d’ignorer. La Brigade avait plusieurs bons objectifs qui se sont transformés au fil du temps. Au début, lors de son atterrissage, il s’agissait plutôt de tâches d’urgence, pour ainsi dire, liées à une situation vraiment critique dans le pays, qui avait subi un tremblement de terre aux proportions énormes qui a causé plus de 300 mille morts, qui avait également souffert d’une épidémie de choléra introduite par les contingents des « casques bleus » (Forces de Paix) et d’un ouragan assez dévastateur dans le sud du pays. Dans ce contexte, il y avait des tâches liées à la collecte de l’eau, au travail avec les organisations paysannes et, à un début, aux travaux liés à la production écologique et au reboisement du pays. Le territoire haïtien traverse une très grave crise climatique due non seulement au changement climatique mais aussi à la déforestation locale. Quand je suis arrivé, nous avons commencé à développer une autre série de tâches et à donner à la Brigade non seulement un caractère rural et paysan, mais nous avons également commencé à explorer et à mieux nous articuler avec les mouvements de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, qui est la capitale du pays, et j’ai commencé à travailler et à développer un domaine que la Brigade n’avait pas jusqu’alors, lié à la communication politique à l’étranger, notamment dans des contextes de crise aiguë et aussi à la formation de communicateurs locaux, notamment en stimulant la croissance d’une petite agence locale des mouvements sociaux dans le pays, ainsi que l’articulation des différentes radios communautaires et paysannes qui existaient déjà dans ce pays. Ainsi, au cours de ces années là-bas et lors de mes voyages ultérieurs, j’ai eu l’immense privilège de connaître, en pratique, toutes les organisations des campagnes et des villes et de connaître leurs énormes accumulations et expériences de luttes.

YN : Quel était le contexte politique de ce pays pendant votre travail de brigadier ? Quel était le scénario d’un pays post-coup d’État, d’une occupation militaire secrète (MINUSTAH), d’épidémies de choléra, d’un tremblement de terre d’une ampleur énorme, d’ouragans ? Quel a été l’avis des mouvements sociaux de la MINUSTAH ?

LR : Je suis arrivé dans un contexte qui a vite changé radicalement, je suis arrivé en Haïti en mars 2018, au mois de juillet une tentative d’augmentation des prix du carburant promue par le Fonds Monétaire International a produit l’insurrection populaire la plus importante de l’histoire contemporaine d’Haïti et la plus importante de tout l’hémisphère, si l’on considère les dernières décennies, et si l’on considère le pourcentage de la population haïtienne qui s’est mobilisée dans les rues, on estime entre 1 et 2 millions de personnes dans les plus grandes manifestations, qui ont eu lieu avec une énorme régularité au cours de la mois de juillet 2018 et au moins jusqu’aux premiers mois de l’année suivante. Puis ce pays s’est soudainement transformé, il y a eu en fait une montée de la conscience populaire haïtienne avec un caractère clairement anti-néolibéral et de plus en plus clairement anti-impérialiste et anti-nord-américain. Haïti avait alors été pratiquement écrasé par une occupation internationale, celle de la tristement célèbre MINUSTAH débarquée en 2004, profitant d’une crise politique locale. Haïti, à mon arrivée, était encore un pays occupé, la MINUSTAH ayant cédé la place à une mission de remplacement connue sous le nom de MINUJUSTH. J’ai eu l’occasion d’assister au dernier déploiement militaire majeur de cette mission, avec des contingents de troupes de plusieurs pays du monde déployés, par exemple, sur l’avenue principale de la capitale. Les mobilisations auxquelles j’ai assisté étaient une sorte de remobilisation sociale venue secouer le joug de cette occupation, à une époque où la mission disposait visiblement de moins de capacités policières et militaires pour réprimer la population locale. L’évaluation des secteurs locaux de cette occupation est extrêmement négative, il suffit de mentionner que sa triste histoire comprend la participation à des réseaux systématiques d’abus sexuels et d’exploitation des enfants et des femmes, ainsi que la commission d’une série de massacres dans les quartiers populaires du pays, en particulier dans ceux qui avaient des niveaux d’organisation plus élevés et aussi, comme je l’ai mentionné précédemment, l’introduction d’une épidémie de choléra qui aurait fait plus de 80 000 morts et plus de 800 000 personnes. Épidémie de choléra survenue à cause de la mauvaise pratique du contingent népalais, qui a déversé un camion contenant des déchets fécaux contaminés dans le principal cours d’eau de tout le pays, ce qui a provoqué une catastrophe profondément humanitaire qui n’a vraiment que peu de précédents dans l’histoire du monde.

YN : Partagez-vous l’impression qu’il a existé ou existe depuis nos peuples latino-américains, une méconnaissance des histoires de luttes des îles de la Caraïbe, une vision politique un peu lointaine de la Caraïbe en général et d’Haïti en particulier ? Nous avons Cuba très présente dans notre imaginaire, qui est un pays des Caraïbes et dont la Révolution continue de résister, mais à mon avis ce n’est pas le cas d’autres processus qui devraient s’articuler davantage à partir de nos luttes, comme la situation coloniale de Porto Rico ou Haïti. Qu’en pensez-vous ?

LR : Oui, l’ignorance générale sur la région caribéenne et en particulier sur les îles des Grandes Antilles et des Petites Antilles est vraiment accablante, et il faut même le dire et le reconnaître, même si elle a traversé une vague d’intégration très importante. L’Amérique latine, la région des Caraïbes sont souvent laissées de côté. En fait, je pense que dans ma génération et spécifiquement parmi nous qui vivons dans le Cône Sud, nous avons un manque de connaissances encore plus prononcé. Ce serait total si nous n’avions pas eu, par exemple, une figure comme Hugo Chávez Frías, qui, je crois, a été le premier grand dirigeant latino-américain à remettre fondamentalement les Caraïbes au centre du débat et à même commencer à les nommer. Avant Chávez, les Caraïbes n’étaient même pas nommées ainsi, l’exception évidente étant peut-être que Cuba n’est pas connue pour son histoire révolutionnaire exemplaire et pour être évidemment aussi un pays hispanophone. Cependant, nous savons très peu de choses sur Porto Rico, pratiquement rien sur la République dominicaine et sans parler, si l’on se réfère à des territoires comme les départements français d’outre-mer, les municipalités spéciales néerlandaises ou d’autres types de territoires non autonomes, qui existent il y en a vraiment beaucoup de ceux que nous avons dans les Caraïbes. Nous avons donc réellement un grand défi : réussir à intégrer l’histoire, la politique et la géopolitique des Caraïbes à celles de la région dans son ensemble. C’est ce que font les États-Unis eux-mêmes, qui considèrent les Caraïbes comme une région géostratégique et c’est là qu’ils déploient aujourd’hui le plus grand nombre d’espaces militaires de tout l’hémisphère.

Lautaro Rivara, un militant de la gauche argentine, professeur, sociologue, écrivain, poète, analyste, journaliste et chercheur

YN : Une question générale. Quelles sont les caractéristiques du système politique haïtien ces dernières années ? Quels sont les principaux problèmes structurels de l’État haïtien ? Quels sont les principaux acteurs politiques progressistes ou de gauche qui peuvent promouvoir un projet révolutionnaire et populaire contre le statut néocolonial d’Haïti ?

LR : Le système politique haïtien a ses particularités, ancrées bien sûr dans la singularité de la formation sociale haïtienne, absolument incomparable avec les autres, même dans la région elle-même, étant donné que la Révolution de 1804 a fondamentalement divisé l’histoire en deux et construit une société sui generis, la première était composée d’anciens esclaves et d’anciens travailleurs du système des plantations, puis sa configuration étatique, sa société a des caractéristiques vraiment très particulières qui mettraient beaucoup de temps à se développer ici. Il existe une série de problèmes structurels, généralement évidents et assez répétés, liés à certains des indices socio-économiques les plus défavorables de tout l’hémisphère, en termes de pauvreté, en termes d’inégalités, en termes de faim et d’insécurité alimentaire. , et de précarité et aussi d’exode rural et d’exode des jeunes avec une grande diaspora qui se trouve dans différentes parties de l’hémisphère et qui se déplace également à travers le monde. Nous avons là une série d’acteurs politiques très divers. Je dois dire que la tradition politique haïtienne a généralement été majoritairement paysanne, ses grands mouvements révolutionnaires ont pris leur origine dans les zones rurales jusqu’aux déplacements massifs survenus dans les années 1980. la ville, ils généraient de nouveaux sujets sociaux, des jeunes précaires, sans attentes et très proches des périphéries urbaines, peut-être un sujet plus similaire à celui que nous connaissons dans d’autres grandes villes du continent, qui commençaient à jouer un rôle de plus en plus politique. . . remarquable. Nous avons des mouvements sociaux très massifs, comme je vous l’ai dit, le plus important c’est qu’ils continuent à être dans les campagnes, mais il y a une énorme capacité de mobilisation urbaine qui est peut-être moins organique et moins structurée en organisations politiques stables. Le système des partis est un système très faible, très fragmenté, très pulvérisé, il existe des dizaines ou des centaines de partis avec une très petite capacité de mobilisation et qui gravitent essentiellement autour de petites personnalités, de directions ou de systèmes prébendaires. Le rôle général de ces partis politiques n’a pas été très important, du moins au cours des dernières décennies.

YN : Compte tenu de la récente démission du Premier ministre par intérim Ariel Henry (Inite), continue-t-on le cycle ouvert après l’assassinat du Président Jovenel Moïse en 2021 ? Ou est-ce la continuité d’une période plus longue ouverte avec l’intervention militaire de 2004 ?

LR : Nous vivons un grand cycle historique, qui a commencé avec le renversement de Jean-Bertrand Aristide, premier président du cycle progressiste latino-américain, ancien prêtre de théologie de la libération, élu deux fois président, n’est pas reconnu, car il devrait être. et renversé à deux reprises par les forces militaires, avec le soutien financier et logistique de la France, du Canada et des États-Unis. Depuis lors, depuis les dernières élections légitimes et transparentes organisées au début des années 1990, Haïti n’a connu aucune sorte d’élections démocratiques et a plutôt subi toutes les formes imaginables d’intervention impériale. D’abord, ces coups d’État militaires dans un format peut-être un peu plus classique, plus proche du format des coups d’État qui ont gouverné ici lors du Plan Condor, puis Haïti a subi une série de mécanismes de guerre économique pilotés fondamentalement par le Fonds Monétaire International, qui avant tout Ils ont cherché et réussi à détruire les derniers vestiges de la capacité productive du pays, surtout sa capacité de production agricole et agroalimentaire. Puis nous avons eu aussi le cycle des interventions internationales, Haïti a été occupé par 12 missions internationales de 1992 à ce jour, des missions de toutes sortes, de nature policière civile et militaire, évidemment la plus connue et la plus infâme était la MINUSTAH qui a occupé le Pays. entre 2004 et 2017, mais il y en a eu bien d’autres. Lorsque ce cycle d’intervention internationale s’est également terminé, il a été gravement délégitimé par les crimes de la MINUSTAH, nous voyons l’engagement de paramilitariser le pays sur la base de modèles que nous connaissons déjà bien en Amérique latine et dans les Caraïbes. Ainsi, au cours des 5 dernières années, l’infiltration a commencé, nous l’avons étudiée et vérifiée auprès d’anciens marines et tueurs à gages d’origine nord-américaine, qui équipaient, finançaient et entraînaient essentiellement des groupes criminels locaux jusqu’alors très faibles, qui ont conquis le pouvoir en termes de capacité opérationnelle. , en structure et qui se sont même fédérés, constituant d’authentiques relations de gangs, qui contrôlent aujourd’hui une bonne partie de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Par conséquent, je crois que nous continuons dans ce cycle ouvert, avec des coups d’État et des interventions militaires et il convient de souligner que nous n’avons pas eu d’élections en Haïti depuis 2016, qu’il n’y a aucun type d’autorité légitimement constituée, même l’ancien président Jovenel Moïse a été assassiné, mais à une époque où il était déjà président de facto.

si un pays comme le Kenya ou un pays comme le Salvador acceptait d’envoyer des troupes en Haïti, la direction politique de cette organisation continuerait d’être sous les ordres du Département d’État

YN : Le meurtre de Moïse nous a tous choqués, des sociétés paramilitaires basées aux États-Unis ainsi que des paramilitaires colombiens étaient derrière les événements, mais le traitement par les médias était, à mon avis, insultant, ils l’ont présenté comme un phénomène de « violence normalisée ». ” “, comme quelque chose de quasi “culturel”, si je puis utiliser l’expression. Y a-t-il encore du racisme et une perspective coloniale lorsqu’on essaie de parler d’Haïti ? Est-ce une stratégie visant à déposséder ou à rendre invisible la résistance, agence des mouvements sociaux et populaires haïtiens, pour ensuite justifier les invasions au niveau international ?

LR : Pour ma part, j’ai dû travailler avec les médias internationaux et je continue de le faire en lien étroit avec la situation haïtienne, et oui, je peux affirmer que les représentations du pays qui sont typiques dans la grande presse internationale, dans la presse conservatrice Dans les secteurs politiques et parfois non seulement dans les conservateurs, ou dans les ONG de l’Académie, il continue d’y avoir une vision profondément stéréotypée, coloniale et raciste, qui considère que les maux de la population haïtienne sont liés à une sorte d’« incapacité génétique » à se gouverner elle-même. . En fait, ces derniers jours, nous avons vu circuler une série de fausses nouvelles, soigneusement orchestrées, pour justifier un nouveau cycle d’intervention, qui montraient de prétendus cannibales haïtiens mangeant de la chair humaine, des vidéos testées et prouvées fausses, qui sont mobilisées essentiellement parce qu’il y a une croyance profondément enracinée qui conçoit ce type de comportement comme au moins plausible dans la population haïtienne. C’est vraiment dommage, car ce type de considérations conduit à rendre visible, non seulement une histoire de lutte exemplaire, qui a laissé un héritage universel avec ce que fut la Révolution haïtienne, mais aussi une série de générations d’écrivains, de poètes, de musiciens et d’intellectuels comme ceux que le pays a donnés qui sont très extraordinaires et méritent d’être connus.

YN : Que pensez-vous du phénomène du gangstérisme en Haïti ? Est-ce un phénomène récent ou fait-il partie du système politique lui-même ?

LR : Eh bien, la question des gangs, des bandes armées ou des groupes paramilitaires, selon la manière dont on les appelle, est aujourd’hui un débat très pressant dans le pays et même au niveau international. Au moins, je maintiens que ce que nous vivons est un crime politiquement organisé, que nous ne trouvons pas de phénomènes criminels simplement sauvages, spontanés, car si l’on regarde l’histoire récente du pays, malgré le fait qu’il ait une situation socio-économique très défavorable des indices et des taux d’inégalités très élevés, élevés, Haïti il ​​y a quelques années encore et sa capitale Port-au-Prince, étaient des endroits relativement sûrs avec une faible criminalité, si on le compare, par exemple, avec les grandes capitales latino-américaines comme Sao Paulo , Rio de Janeiro, Lima ou tout autre que l’on puisse citer. Ce crime a une intention sociale, une coexistence très étroite entre le parti gouvernemental PHTK, l’État haïtien, et ces groupes criminels, et comme je l’ai mentionné, l’infiltration de paramilitaires qui sont allés renforcer ces groupes, qui ont eu une fonction très politique. spécifique. J’ai par exemple pu interroger des habitants de Bel-Air, un quartier où a été commis l’un des massacres les plus emblématiques perpétrés par ces groupes criminels, dans un contexte de mobilisations massives et avec un modus operandi qui ne correspondent à un groupe criminel normal, en gros ce que les habitants du quartier nous ont dit c’est que lorsqu’il y avait des mobilisations appelées au Palais National, ces groupes criminels débarquaient dans les quartiers populaires, les bloquaient, empêchaient les gens d’entrer et de sortir et tiraient sur les gens . . à toute personne qui violerait ces réglementations imposées. Sa fonction claire et évidente était donc d’empêcher une mobilisation sociale massive. Evidemment le phénomène paramilitaire est un phénomène très complexe, il s’est déjà produit dans d’autres endroits d’Amérique Latine et des Caraïbes, ces groupes armés équipés de l’extérieur, par la classe politique, gagnent alors bien sûr en capacité opérationnelle et gagnent aussi en autonomie politique Par conséquent, il peut même arriver qu’ils se retournent contre leurs propres créateurs, nous parlons alors de secteurs aux intérêts obscurs, dont le comportement est en réalité très difficile à cartographier ou à prévoir.

YN : La principale contradiction en Haïti peut-elle se réduire à un conflit d’acteurs, entre les gangs, le gouvernement et une éventuelle intervention militaire ? Ou s’agit-il d’un problème de contradictions dans un modèle clientéliste, néolibéral et néocolonisé, soutenu par des agents impériaux comme les États-Unis, le Canada et la France ?

LR : Je pense que ce qui se passe actuellement, c’est que le phénomène paramilitaire échappe d’une manière ou d’une autre au contrôle de ses propres créateurs. Il y a une tentative de normaliser, même si elle est apparente ou forcée, la situation dans le pays. Gardons à l’esprit que les États-Unis sont en campagne électorale, qu’aux États-Unis il y a une communauté importante non seulement haïtienne mais aussi caribéenne et que ce qui se passe influence fondamentalement les administrations nord-américaines. Ils savent, et c’est de notoriété publique, que tout ce qui s’est passé en Haïti au cours des 30 dernières années est lié au Département d’État américain. Ainsi, dans ce contexte, des voix s’élèvent à nouveau en faveur d’une nouvelle intervention militaire. En fait, on sait que Joe Biden a d’abord tenté de construire une sorte de MINUSTAH 2.0, et qu’il a même appelé à nouveau le Brésil et le président Lula da Silva pour que son pays exerce le commandement militaire de cette nouvelle mission. Le Brésil et d’autres pays d’Amérique latine ont refusé de commettre cette erreur, alors les États-Unis ont commencé à chercher d’autres partenaires et alliés qui leur permettraient d’une manière ou d’une autre d’externaliser cette occupation et de socialiser les coûts, plus qu’économiques, politiques et opérationnels, du déploiement d’une force d’analyse avec un bilan aussi imparfait que celui de la MINUSTAH elle-même. Dans ce contexte, si un pays comme le Kenya ou un pays comme le Salvador acceptait d’envoyer des troupes en Haïti, la direction politique de cette organisation continuerait d’être sous les ordres du Département d’État et serait une mission externalisée des États-Unis eux-mêmes. . Je pense qu’il y a des organisations qui, historiquement, ont joué un rôle peut-être un peu plus progressiste par rapport à Haïti, comme c’est le cas de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), mais je pense que malheureusement, ces derniers temps, elles ont peut-être été préoccupées par les nouvelles vagues de migration qui pourraient survenir. Dans leur propre pays, ils jouent aujourd’hui un rôle beaucoup plus complexe, beaucoup plus ambivalent, voire conservateur, au point de proposer d’envoyer des troupes caribéennes pour intervenir en Haïti. Je dois dire que cela a été soutenu même par des analystes et des juristes du Kenya même, que ni le Kenya ni d’autres pays comme le Salvador n’ont la capacité, ni les troupes entraînées pour affronter des gangs lourdement armés, sur un territoire hostile, dans un pays et sous une culture qu’il ne connaît pas. Même un juriste kenyan a dit très justement : pourquoi réussirions-nous là où des pays comme la France, les États-Unis, le Canada et le Brésil ont échoué, des pays qui sont plus puissants, plus pertinents politiquement et dont les forces armées et les forces de police sont beaucoup plus entraînées que les nôtres ? Donc je pense que c’est très interventionniste, ça a déjà échoué et ça va vraiment revenir, pourquoi réessayer ?

YN : Et pour conclure cette longue interview, quel avenir réserve le nouveau Conseil de transition, promu par ceux-là mêmes qui ont pillé le pays ? Que peut-on attendre de la résistance haïtienne 220 ans après sa Révolution ?

LR : Enfin, je crois que si cette mission n’était pas réalisée, en raison de la résistance interne des États-Unis eux-mêmes, ou des pays qui ont proposé d’envoyer des troupes à ce moment-là, ou encore en raison des protestations de la mobilisation haïtienne, Fondamentalement, nous avons des mobilisations contre la possibilité d’une nouvelle invasion, je pense que l’autre pari possible est de former à nouveau une sorte de gouvernement de transition permanent, obtenu grâce à des accords entre petits dirigeants politiques et sans aucun type de soutien. Comme je l’ai mentionné, Haïti n’a pas eu d’élections depuis 2016, il n’a pas de pouvoir exécutif, son parlement a fermé en 2020 et ses principales cours de justice sont intervenues. À mon avis, la seule solution à ce drame est politique et il n’y a aucun moyen de construire la légitimité élémentaire de l’État haïtien qui permet une lutte efficace contre les bandes armées si des élections ne sont pas organisées au préalable et l’élection d’une autorité légitime, ou du moins d’un gouvernement de coalition véritablement représentatif de tous les secteurs populaires du pays et pas seulement de la part de certains grands hommes d’affaires et intérêts américains, français et canadiens.

Rebelión 18 mars 2024

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here