Ramon Castro, figure méconnue de la révolution cubaine (1924 – 2016)

0
373
Ramon Castro. Sa barbe blanche lui donnait de faux airs de père de la révolution cubaine

Si Fidel Castro et Raul Castro sont deux grandes et éminentes figures de la révolution cubaine, par contre, leur frère aîné Ramon reste méconnu du grand public. Affectueusement surnommé “Mongo” par les Cubains, Ramon était le deuxième des sept membres de la fratrie Castro et l’aîné des trois frères, âgé de deux ans de plus que Fidel et sept de plus que l’actuel président cubain, Raul Castro.

Ramón Castro Ruz, est né le 14 octobre 1924 à Birán, un district rural de la province d’Oriente. Il était le fils aîné d’Angel Castro, planteur né en Espagne, et de sa seconde épouse, Lina Ruz.  Ramón a été scolarisé dans des écoles catholiques romaines, comme Fidel et Raúl, mais contrairement à ses deux frères cadets, il est resté à Birán pendant que ces derniers continuaient leurs études à La Havane.

A la différence de Fidel et de Raúl, Ramon Castro n’a jamais un militant politique universitaire. Il s’est consacré dans sa jeunesse aux études d’agronomie avant de reprendre la gestion de la ferme familiale à Biran, dans la province de Holguin (est du pays). Il n’avait pas, non plus, participé à la guérilla contre Fulgencio Batista.Toutefois, de même que Frank País et Celia Sanchez, il s’était démené pour fournir hommes, armes et matériel aux “barbudos” de la Sierra Maestra. Il a notamment mis en place des circuits de ravitaillement entre les villes et les guérilleros.

Après la révolution, Ramón a dû abandonner la ferme familiale, les terres des Castro à Birán ayant été redistribuées lors de la réforme agraire. Il a continué à se consacrer à l’étude de l’agriculture, et est principalement responsable d’un grand nombre d’innovations agricoles à Cuba depuis la révolution. Utilisant ses compétences à la fois dans l’agriculture et l’ingénierie, Ramón a par exemple fabriqué, à partir de la canne à sucre, du carburant pour Cuba au cours d’une grave pénurie d’essence durant la mémorable «période spéciale». En effet, suite à l’écroulement de l’Union soviétique les Cubains durent se serrer la ceinture. Ils connurent de dures privations, l’île ayant dû faire face à une chute brutale de ses exportations et importations. Cuba s’était retrouvée privée de la plus grosse partie de ses échanges économiques, entre autre la moitié de son approvisionnement en pétrole.

Ramon Castro n’a jamais revêtu l’uniforme vert olive, et n’a occupé non plus aucun poste au gouvernement contrairement à ses deux frères. Mais il a travaillé comme un fonctionnaire agricole. Il ne s’était pourtant pas désintéressé de la politique de son pays. Bien au contraire, Ramón Castro a été l’un des membres fondateurs du Parti communiste cubain et a servi dans l’Assemblée nationale, selon l’Associated Press.

De caractère affable et jovial, “Mongo” Castro n’a sans doute jamais porté l’uniforme vert olive des révolutionnaires de la Sierra Maestra, mais au cours des dernières années de sa vie, sa barbe blanche lui donnait de faux airs du père de la révolution cubaine. «Je ne ressemble pas à Fidel, c’est lui qui me ressemble puisque je suis le plus vieux» aimait-il souvent plaisanter. Preuve de son humour, après le retrait du pouvoir de Fidel en 2006 pour raisons de santé, il ne craignait pas non plus de prophétiser malicieusement une guérison par la grâce des «saints socialistes».

 Éventuellement, Ramón Castro laissa Birán pour venir habiter dans une modeste maison entourée d’arbres fruitiers à proximité du quartier Miramar de La Havane. Il est mort le 23 février 2016 á 91 ans. Sans avoir été un guérillero de la Sierra Maestra, dignement il a servi la révolution cubaine avec dans l’âme la fierté d’avoir mérité de sa patrie, de ses deux frères aînés et du peuple cubain.

 

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY