Une opposition opposée à elle-même!

0
332
Le dirigeant de Pitit Desalin, l’ancien sénateur Moise Jean Charles pour sa part a profité de cette situation pour dénoncer le Secteur Démocratique et Populaire de André Michel qui, dans une note de presse avait pris ses distances par rapport à la manif du 7 mars dernier.

La semaine dernière, le 7 mars, un courant de l’opposition de droite animée par l’ancien sénateur Moise Jean-Charles avait appelé à une manif en ce jour contre le pouvoir. Cette manif s’est soldée par un échec total puisque le peuple n’a pas répondu. Au champ de mars, le lieu de rassemblement, ce matin-là, était vide de militants et de la grande foule, à l’exception de certains cadres qui n’ont fait que s’entre-critiquer. Ils ont fortement mis sur la sellette certains alliés de Moise, Abel Loreston de MOVID et Etzer Jean-Louis de AAPA, comme quoi ils auraient reçu de l’argent du pouvoir pour boycotter la mobilisation.

Le dirigeant de Pitit Desalin, l’ancien sénateur Moise Jean Charles, pour sa part a profité de cette situation pour dénoncer le Secteur Démocratique et Populaire qui dans une note de presse avait pris ses distances par rapport à cette manif. Moise n’a pas caché son indignation, en voulant faire référence à la rencontre du sénateur Évalière Beauplan du secteur dit démocratique et populaire de l’opposition avec David Hale, le Sous-secrétaire d’État aux Affaires Politiques des Etats-Unis. Pour exprimer son ras le bol à ses frères de classe, Moïse divisa l’opposition en trois catégories d’esclaves : les esclaves à talent, les esclaves des champs et ceux domestiqués.

Conférence de presse du soi-disant secteur démocratique et populaire le mardi 12 mars 2019. (Credit Photo : VBI)

Par contre, dans une note de presse portant la signature de Marjory Michel, André Michel et Louidor Schiller, eux du Secteur Démocratique et Populaire qui avaient condamné énergiquement l’incendie du drapeau étoilé par un manifestant le mois dernier, ils avaient invité la presse à une conférence de presse à l’hôtel Oasis pour le mardi matin 12 mars 2019.

Au cours de cette conférence, le secteur populaire, comme il l’avait annoncé dans sa note, a justement présenté le bilan définitif de la dernière période de mobilisation soldé par un nombre de morts au sein de la population et aussi il a fait un compte-rendu sur la rencontre réalisée avec le Sous-Secrétaire d’Etat Américain, David Hale.

La toile de fond de cette conférence a été les promesses de relancer la bataille anti-Jovenel dans les prochains jours.

La toile de fond de cette conférence a été les promesses de relancer la bataille anti-Jovenel dans les prochains jours. La semaine du 11 au 16 mars 2019 a été décrétée, selon André Michel « semaine de concertation » est-ce avec le pouvoir ou avec Moise Jean-Charles ? On l’ignore. Mais selon les conférenciers, à partir du 13 mars, le secteur démocratique prévoit de rencontrer le parti « Ayiti an aksyon » (AAA), du sénateur Youri Latortue, ancien allié du régime PHTK passé à l’opposition. Il rencontrera également Mirlande Hyppolite Manigat ainsi que des dirigeants de Religion pour la paix, la Franc-maçonnerie, la religion protestante et le secteur vodouisant sans oublier la bourgeoisie à travers le Forum économique dans le but de les convaincre à gagner leur rang de façon à élaborer un nouveau calendrier de mobilisation et ce « sera la dernière manche de la bataille » a signalé André Michel.

Cette opposition de droite luttant contre elle-même n’a rien de concret à offrir aux masses populaires du pays pour un changement fondamental sauf que le sens de leur lutte interne est de convaincre l’impérialisme américain qui d’entre eux est le plus servile à s’aplatir devant lui avec beaucoup plus de docilité, de soumission face au projet de liquidation du pays aux puissances exploitantes.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY