Un 3e suspect dans l’assassinat de Jovenel Moise amené à Miami pour comparaître devant le tribunal

0
166
L'ancien sénateur, John Jöel Joseph a été transféré à Miami depuis la Jamaïque

Un ancien sénateur haïtien qui fait face à de nouvelles accusations américaines dans l’assassinat du président du pays a assisté à une réunion clé avec des commandos colombiens le 6 juillet, la veille de l’assassinat présumé de Jovenel Moïse dans sa maison de banlieue à l’extérieur de Port-au-Prince, selon une plainte pénale déposée devant le tribunal fédéral de Miami.

L’ancien sénateur, John Jöel Joseph, qui avait été détenu en Jamaïque avant d’être amené à Miami vendredi, a reconnu devant des agents du FBI dans une interview en janvier avoir rencontré certains complices juste avant qu’ils « ne se lancent dans la mission de tuer le président Moïse » selon un affidavit déposé avec la plainte.

Joseph a également admis dans l’interview qu’il avait aidé à obtenir des véhicules et tenté d’obtenir des armes à feu pour “l’opération” des co-conspirateurs visant le dirigeant haïtien, indique l’affidavit. L’objectif de Joseph était de devenir Premier ministre sous le successeur de Moïse après la destitution du chef.

Joseph a accepté d’être détenu avant son procès devant le tribunal fédéral de Miami, déclarant à un magistrat que l’affaire était “très sensible”

L’admission de Joseph concorde avec celle d’une enquête de la police haïtienne qui l’a placé lors d’une réunion avec l’un des quatre hommes qui, selon la police, avaient eu accès à la chambre privée du président dans le cadre d’une “équipe delta”. La police haïtienne a également identifié un chef de gang connu parmi les personnes avec lesquelles Joseph était en contact avant l’assassinat.

Lundi, Joseph a accepté d’être détenu avant son procès devant le tribunal fédéral de Miami, déclarant à un magistrat que l’affaire était “très sensible” et que “je fais confiance au système judiciaire américain”.

Joseph a été transféré vendredi à Miami depuis la Jamaïque, où il avait été emprisonné pour une violation de l’immigration. Lors de sa première comparution devant un tribunal fédéral, Joseph a déclaré qu’il avait siégé au Sénat haïtien de 2009 à 2015 et travaillé comme consultant en politique et en sécurité – mais qu’il n’avait pas été employé au cours de l’année écoulée.

“Je suis dans une situation très difficile”, a déclaré Joseph au juge d’instruction Lauren Louis. “J’étais en prison.”

John Jöel Joseph

Louis a chargé un avocat privé, Brian Kirlew, de représenter Joseph en raison de son manque d’argent et d’autres actifs pour payer un avocat. Kirlew a déclaré que son client avait accepté de ne pas demander à être libéré sous caution après que le procureur fédéral Andrea Goldbarg ait indiqué qu’elle allait demander au juge de détenir Joseph avant le procès en raison de deux facteurs : le risque de fuite et le danger pour la communauté.

Joseph, qui utilise également le nom de famille John sur son passeport, a été accusé des mêmes infractions que deux accusés précédents qui ont été amenés à Miami plus tôt cette année dans le cadre de l’assassinat du 7 juillet. Les États-Unis mènent une enquête parallèle à l’enquête d’Haïti sur le meurtre du président.

Ces accusés, Mario Antonio Palacios Palacios, un ancien soldat colombien, et Rodolphe Jaar, un homme d’affaires haïtien et trafiquant de cocaïne condamné, sont tous deux accusés de complot en vue de commettre un meurtre ou un enlèvement en dehors des États-Unis et d’avoir fourni un soutien matériel entraînant la mort de Moïse. Palacios a plaidé non coupable, tandis que Jaar coopérerait avec les autorités américaines.

Les trois accusés du complot d’assassinat sont détenus au centre de détention fédéral de Miami. Ils risquent la prison à vie s’ils sont reconnus coupables.

Joseph, selon un rapport d’enquête exhaustif de la police haïtienne obtenu pour la première fois par le Miami Herald, a fourni quatre véhicules de location qui ont été utilisés par d’anciens soldats colombiens lors de l’assassinat et a participé à des réunions avec les principaux suspects dans les semaines qui ont précédé le meurtre. Il est identifié par des sources comme un suspect critique qui peut aider à faire la lumière sur ce qui s’est passé. Les enquêteurs du FBI et de la sécurité intérieure ont déclaré que le plan était initialement de “capturer” Moïse, mais s’est ensuite transformé en assassinat.

La question de savoir pourquoi cela s’est produit reste floue, tout comme les liens avec la région de Miami.

Joseph est soupçonné d’avoir rencontré un co-conspirateur américain d’origine haïtienne, actuellement détenu en Haïti, qui a collaboré avec une société de sécurité de la région de Miami et ses dirigeants pour recruter des commandos colombiens pour exécuter le complot meurtrier contre Moïse, selon des sources fédérales familières avec l’affaire. Le co-conspirateur, James Solages, s’est rendu à Miami fin juin pour discuter des plans de coup d’État avec les dirigeants de CTU, la société de sécurité de Miami, ont déclaré des sources au Miami Herald. Puis Solages est retourné en Haïti et a rencontré Joseph et d’autres complices avant l’assassinat du président le 7 juillet.

Les trois accusés du complot d’assassinat sont détenus au centre de détention fédéral de Miami.

Après avoir passé des mois à se cacher en Haïti, Joseph s’est enfui en Jamaïque où il était détenu pour violation de l’immigration pour être entré illégalement dans le pays par bateau. Lui, sa femme et leurs deux fils ont été arrêtés dans une maison de la paroisse St. Elizabeth début janvier.

Il y a deux semaines, un tribunal de Kingston a ouvert la voie à l’extradition de Joseph après qu’il ait accepté de venir aux États-Unis et après que le procureur en chef de la Jamaïque ait décidé de ne pas poursuivre l’affaire.

Les membres de la famille de Joseph sont toujours en Jamaïque, où ils demandent l’asile politique.

Il y a actuellement environ 40 suspects en prison en Haïti, dont 18 anciens soldats militaires colombiens qui ont pris d’assaut le complexe présidentiel dans les collines au-dessus de Port-au-Prince au milieu de la nuit. Ils sont accusés d’avoir tiré plusieurs fois sur le président et de laisser sa femme, Martine, pour morte.

Miami Herald, le 9 mai 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here