Twou manti pa janm fon…

0
843
Une autre vision: l’insurrection haïtienne vue de l’intérieur

L’excellente trilogie documentaire Another Vision: Inside Haiti’s Uprising (Une autre vision: l’insurrection haïtienne vue de l’intérieur) s’attache à restaurer la vérité, complètement déformée et occultée par les médias aux ordres de l’oligarchie et de l’impérialisme, les organisations de “droits humains” téléguidées et payées par les différentes officines de subversion washingtoniennes, les “instances internationales” colonisées et dominées par l’Occident pseudo-chrétien, et les politicailleurs (et, hélas, politicailleuses) locaux toujours prêts aux pires ignominies pour quelques dollars de plus.

Le but principal de ce long documentaire (les trois épisodes pris ensemble durent 2 heures et 32 minutes) est de dénoncer la campagne de mensonges colportée par les soi-disant “organisations de droits humains”, l’ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince, les différentes officines de propagande impériales, les médias internationaux et locaux, les “organisations internationales” partiellement ou totalement aux ordres de Washington, et toute la tourbe politicailleuse locale. Cette campagne confond tous les groupes armés existant en particulier dans les bidonvilles sous les noms de gangs, de bandits, quelquefois de malfrats, et s’efforce de cacher le fait évident qu’il existe dans notre pays deux sortes de groupes armés: les bandits, dont la seule motivation est l’argent, et les révolutionnaires, qui ont pris les armes afin de lutter pour une Haïti meilleure, où 5 % de la population ne monopoliseront plus 85 % de la richesse nationale, où le gouvernement du pays ne sera plus l’esclave des grandes puissances occidentales, et où tous pourront vivre et prospérer.

En particulier, elle dénonce la campagne de démonisation et de calomnies dirigée de longue date contre le principal dirigeant révolutionnaire, Jimmy Chérisier, plus connu sous le sobriquet de Barbecue, parce que sa mère était vendeuse de viande grillée, et son mouvement, Fòs Revolisyonè G9 Anfanmi e Alye, Manyen Youn Manyen Tout (Forces Révolutionnaires G9 en Famille et Alliés, Touchez à l’un [d’entre nous] Touchez à [nous] tous), une fédération de 9 groupes armés.

Cette campagne confond tous les groupes armés et s’efforce de cacher le fait évident qu’il existe dans notre pays deux sortes de groupes armés: les bandits, dont la seule motivation est l’argent, et les révolutionnaires…

A travers la vie et la carrière de Barbecue, le documentaire nous raconte l’émergence du mouvement révolutionnaire armé, d’abord connu sous le nom de G9, puis devenu FRG9. Barbecue passa 14 années dans la Police Nationale d’Haïti (PNH) avant d’en être chassé pour un massacre qui n’avait jamais eu lieu. Cela lui permit de constater que, selon ses dires, il n’y avait de loi que pour (ou plutôt contre) les pauvres, alors que les riches faisaient ce qu’ils voulaient sans crainte d’être sanctionnés. De fil en aiguille, il en arriva à constater que la société haïtienne (le système) était injuste et, du fait que les riches et les privilégiés ont en majorité la peau claire, alors que les pauvres sont à peu près tous noirs, raciste. Un système d’apartheid. Ce fut l’origine de ses convictions et de son engagement révolutionnaires.

Dès le début de cet engagement, il attira sur lui les foudres de l’état corrompu et incapable, des officines de “droits humains” formées, soutenues et payées par les différents laquais internationaux de l’Empire du “Bien”, et par toute la tourbe multiforme des propagandistes impériaux.  Tout cela ne l’empêcha pas de lutter, avec le courage et l’énergie qui le caractérisent, et de fédérer 9 groupes armés sur une base patriotique (en Haïti, nous disons nationaliste) et révolutionnaire. Tout cela en s’attelant à rendre la vie moins pénible à la population des bidonvilles que le FRG 9 contrôle, et en s’opposant avec détermination aux fléaux nationaux que sont le kidnapping (enlèvement contre rançon) et le viol, qui frappe, c’est nouveau chez nous, non seulement les femmes et les enfants, mais aussi les hommes.

Incidemment, mon avis personnel est que le viol, kadejak dans la région de Port-au-Prince, san mande dans le Sud, devrait être déclaré passible de la peine capitale par tout gouvernement haïtien digne de ce nom. L’on me traitera sans doute d’extrémiste ou de sanguinaire, mais les femmes et les enfants, pour ne citer qu’eux, seront d’accord que ce genre d’amusement, qui les victimise depuis des millénaires, n’a que trop duré. Et je crois me rappeler que le gouvernement révolutionnaire Chinois, peu après sa prise du pouvoir en 1949, avait décidé d’expédier les kadéjakeurs de Chine au peloton d’exécution, pour les suites nécessaires… Un bon point pour le Grand Timonier.

L’une des principales qualités de ce documentaire est de montrer les conditions effroyables dans lesquelles vit le peuple des quartiers pauvres de Port-au-Prince. Que des êtres humains en soient réduits à ça par un système abominable provoque l’horreur, et met les larmes aux yeux. Nos pauvres vivent l’Enfer sur terre, ou, comme on dit chez nous, y ap monte leSyèl pa do… Mais aucune vidéo ne peut rendre compte de l’odeur pestilentielle des canaux et des mares d’eau ou de boue noirâtre, des montagnes d’ordures qui pourrissent depi Dyab te kaporal. Ni de la chaleur insupportable qui sévit dans les cahutes de tôle ondulée sous le soleil tropical. Ni de la faim, ni de la soif…

Devant toi, misère sauvage
Devant toi, pesant esclavage
L’insurgé se dresse
Le fusil chargé!

(L’insurgé, chanson Communarde, Paris 1871)

Sur la crise Ukrainienne: Les Ukrainiens ont cent mille morts, quatre cent mille éclopés, les Européens se gèlent les miches faute de  chauffage, et les USA ont réussi l’Arnaque du Siècle en forçant l’Europe à acheter leur gaz de schiste polluant quatre fois plus cher que le gaz Russe… Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here