Trois jours de grève

0
385
Les deux premiers jours de cette grève ont été amplement respectés par la population, toutes les activités dans la région métropolitaine de Port-au-Prince ont été paralysées.

Le Front Unifié des Transporteurs et des Travailleurs d’Haïti (FUTRAH) avait appelé à trois jours de grève du lundi 26 au mercredi 28 septembre 2022 pour protester non seulement contre l’augmentation brutale des prix du carburant mais pour exiger aussi la démission du Premier ministre Ariel Henry choisi par le Core Group.

Des membres du Front Unifié des Transporteurs et des Travailleurs d’Haïti (FUTRAH)

En effet, les deux premiers jours de cette grève ont été amplement respectés par la population qui en un sens a paralysé toutes les activités dans la région métropolitaine de Port-au-Prince dont le transport et le commerce.

Les rues de la capitale étaient vides, quasiment désertes, avec la présence de quelques motocyclettes, le secteur informel fonctionnait nettement au ralenti. Mais il faut le dire, les banques, les bureaux de l’administration publique et la plupart des entreprises privées étaient restées fermées.

Le syndicaliste Méhu Changeux

Le syndicaliste Méhu Changeux, président de l’Association des propriétaires et chauffeurs d’Haïti (APCH) a félicité les travailleurs pour la réussite de ce mouvement de grève. Selon lui « Le mot d’ordre a été respecté à 90 pour cent dans les villes de provinces et à 80 pour cent dans l’Ouest. On ne compte pas s’arrêter en chemin. Nous resterons mobilisés jusqu’à ce que le gouvernement dirigé par Ariel Henry entende la raison. Notre objectif est de forcer le gouvernement à revenir sur sa décision d’ajuster à la hausse les prix des produits pétroliers ». (Le Nouvelliste 26-09-2022)

« C’est un signe palpable que les masses ouvrières ne peuvent plus supporter cette condition de vie, elles veulent que les choses changent » a déclaré un ouvrier de la sous-traitance à Haïti Liberté.

Le bâtiment de la Direction Départementale du Ministère de l’Économie et des Finances des Gonaïves a été incendié

À Saint-Marc et à Petit-Goâve, le mot d’ordre de grève a été aussi respecté. Par ailleurs aux Gonaïves, tôt dans la matinée du lundi, des protestataires de la Cité de l’indépendance ont incendié le bâtiment logeant la Direction Départementale du Ministère de l’Économie et des Finances situé au centre-ville.

Il est évident que les deux premiers jours de grève ont été suivis, mais il reste à attendre le dernier en l’occurrence le mercredi 28 septembre. Cependant les syndicalistes menacent de gagner les rues pour demander la démission du chef du gouvernement les 28 et 29 septembre aux côtés des organisations politiques et populaires, si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

La lutte continue!

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here