Sombres perspectives pour 2022

0
152
La situation tendue dans le pays augure d'un scénario complexe pour l'année 2022.

Un assassinat, un tremblement de terre, des troubles politiques et le fléau des bandes armées ont rendu 2021 dramatique pour Haïti, qui souffrait déjà d’une crise pressante, alors que les indicateurs économiques ne font qu’aggraver les perspectives.

L’année a débuté par des luttes pour la durée du mandat du président assassiné Jovenel Moïse – promu par le Parti haïtien Tèt Kale –  (PHTK) qui est arrivé à la tête de l’État en 2017 après deux processus électoraux controversés, avec de graves accusations de fraude, et dont gestion après le séisme mortel de 2010 a été largement critiquée.

Un large groupe de plateformes sociopolitiques et religieuses, avocats, juges suprêmes, syndicats, intellectuels, universitaires et autres, a estimé que le mandat prenait fin en février 2021, tandis que Moïse a assuré qu’il avait une autre année encore à passer au pouvoir.

Une tentative d’assassinat frustrée début février, la destitution de trois juges de la Cour de cassation et les manifestations anti-gouvernementales ont complété le tableau politique d’un pays qui, en plus, n’avait pas eu de Parlement fonctionnel depuis plus d’un an, et la Cour suprême ne comptait que la moitié de ses magistrats.

Magnicide

Le 7 juillet, Haïti s’est réveillé avec la nouvelle de l’assassinat du président Jovenel Moïse, le cinquième depuis son indépendance en 1804, et pour lequel il y a encore peu de réponses.

Un commando armé composé d’ex-militaires colombiens a fait irruption dans la résidence présidentielle, a tué le chef de l’État et blessé son épouse, qui a dû être transportée d’urgence dans un hôpital aux États-Unis.

L’enquête médico-légale a déterminé que Moïse a reçu au moins 12 balles dans l’abdomen, la poitrine et la tête, et n’a pas survécu à l’attaque.

Parmi les présumés responsables, 18 sont détenus au pénitencier national, ainsi qu’une dizaine de policiers qui composaient la garde présidentielle et trois agents de sécurité.

Le médecin Emmanuel Sanon, accusé de paternité intellectuelle, reste également arrêté, tandis que l’homme d’affaires Samir Handal et l’ex-militaire colombien Marco Antonio Palacios, inculpés de meurtre et de vol à main armée, ont été capturés respectivement en Turquie et en Jamaïque.

Les auteurs ont pillé la chambre et le bureau du président, emportant avec eux le serveur de caméras de surveillance de la résidence, des centaines de milliers de dollars et d’autres objets.

Une enquête récente du journal américain The New York Times, a assuré qu’en plus ils avaient volé une liste qui comprenait des personnalités puissantes, prétendument liées au trafic de drogue, dont Michel Martelly qui a conduit Moïse à la présidence.

Mais cinq mois plus tard, il y a plus de questions que de réponses.

Les autorités n’ont pas encore publié les images de sécurité, et n’ont pas non plus été en mesure de relier l’affaire aux bailleurs de fonds présumés ou de déterminer la violation de la sécurité de sorte que des citoyens étrangers connaissant peu la langue locale et sans aucune confrontation sont entrés dans l’un des manoirs les plus gardés du pays.

Depuis lors, des voix influentes telles que l’ancien chancelier Claude Joseph, ou l’ancien ministre de la Justice Rockefeller Vincent, ont pointé du doigt l’actuel Premier ministre Ariel Henry, qui aurait même parlé avec l’un des présumés planificateurs de l’assassinat.

Tremblement de terre mortel

Toujours en pleine crise des assassinats, et en pleine lutte pour la succession du pouvoir, Haïti tremblait à nouveau comme il y a 11 ans avec un séisme dévastateur, cette fois dans sa zone sud, qui a touché le Sud, les Départements des Nippes et de la Grand Anse.

Plus de 2 200 morts, 12 700 blessés, 130 000 maisons détruites et près d’un million de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire d’urgence, c’est le bilan du séisme de magnitude 7,2 sur l’échelle de Richter qui s’est produit le 14 août, 40 %, plus intense qu’en 2010.

Des dizaines de milliers de personnes ont dû déménager dans des abris de fortune précaires, après la disparition de leurs maisons à cause du tremblement de terre et à cause de la peur des répliques du tremblement de terre qui était perceptible dans les pays voisins tels que la République dominicaine, Cuba et la Jamaïque.

Les autorités et les Nations Unies ont estimé que près d’un million de personnes avaient besoin d’assistance, tandis que les réseaux de distribution d’eau potable de la région ont subi de graves dommages, ainsi que les installations hospitalières.

Les sauveteurs de divers pays ont travaillé pendant plus d’une semaine pour sortir les victimes des décombres, à un moment où la solidarité internationale grandissait de la part des pays qui ont envoyé des dizaines de tonnes d’aide.

Encore une fois, comme en 2010, des médecins cubains se sont déployés dans la zone sinistrée, ont mis en place des hôpitaux de campagne et soigné les blessés, tout en poursuivant le travail de prévention pour éviter l’incidence de maladies comme le choléra.

Les autorités ont reconnu que le séisme a causé des pertes de 1,2 milliard de dollars et que près de deux milliards sont nécessaires pour la reconstruction de la région dévastée.

Défier la nature, l’insécurité et la migration

Comme si le tremblement de terre ne suffisait pas, deux jours plus tard, la tempête tropicale Grace a frappé la même région, avec de fortes pluies et des vents violents, et de fragiles abris temporaires installés à l’extérieur.

Des inondations ont été enregistrées dans des villes du département du Sud-Est comme Jacmel, Les Cayes et Marigot, tandis que les autorités ont appelé à la solidarité pour abriter les personnes dans le besoin.

Au moins deux autres personnes sont mortes à la suite de la tempête tropicale qui est devenue plus tard un ouragan de catégorie trois, affectant la Jamaïque, Cuba et le Mexique.

Au milieu de ce scénario, les bandes armées ont étendu leur contrôle sur des zones stratégiques, poussé quelque 20 000 personnes à abandonner leurs maisons et bloqué la distribution de carburant.

Les enlèvements ont augmenté de 20% par rapport à 2020, y compris l’enlèvement par les médias de 17 missionnaires des États-Unis et du Canada, et des centaines de personnes ont été tuées par des tirs croisés entre les gangs, qui ont même menacé le Premier ministre.

Pour compléter le sombre tableau, plus de 15 000 Haïtiens ont tenté d’atteindre la frontière sud du Mexique, avec des images sombres du traitement des policiers, et la grande majorité ont été rapatriés, malgré les vives critiques internationales.

La situation tendue augure d’un scénario complexe pour 2022, en raison d’élections présidentielles lointaines et de l’absence d’un accord politique inclusif avec les forces vives de la nation comme le souhaitent les Etats-Unis.

De plus, la débâcle économique, avec une troisième année consécutive de contraction, dilue les petits espoirs du pays caribéen.

 

Source: Prensa Latina

Résumé latino-américain 24 décembre 2021

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY