Le devoir de vaincre !

0
364

L’année 2021 s’achève en Haïti comme elle avait commencé, dans la politique du pire.  Rien n’a été résolu. Loin de là ! Tous les rapports politiques et sociaux dominants demeurent : ceux du paternalisme et du clientélisme, des cliques et des clans, des magouilles et de l’arrose-qui-peut.

L’absence de tout programme sociopolitique susceptible d’enrayer la crise structurelle, de freiner l’inflation grimpante, reste de la responsabilité des dirigeants. Le taux de chômage dépasse les prévisions ; ses répercussions sont insupportables pour les masses défavorisées incapables de faire face à la hausse incessante des produits de première nécessité. Tous ces facteurs n’ont pas empêché le pouvoir de facto d’augmenter en cette fin d’année les prix du carburant sous l’applaudissement du FMI (Fonds Monétaire International). Ce gouvernement ne devrait pas exister. Et pourtant, il est bel et bien en place !  Au point où en sont les choses, toutes ces constatations démontrent que le système sécrète lui-même les germes de sa propre destruction.

Pour la retarder, on change les visages, les chapeaux, mais tout en conservant en sourdine le même corps hideux.  L’empire américain a le plein contrôle de la conjoncture politique haïtienne. Tout dépendra de son humeur. Washington se contente pour l’instant de jouer un double jeu, soutenant tantôt le gouvernement dit provisoire dirigé par Ariel Henry, tantôt ses adversaires de l’Accord du 30 août qui ne sont que des pièces de rechange indispensables. Une tactique sournoise à double face pour assurer son dessein : la poursuite de sa politique de domination.

La main, de toute évidence, qui brouille les cartes et se complait dans les manœuvres déstabilisatrices et les complots en tout genre pour freiner, retarder ou empêcher toute évolution de la résistance populaire, est la même prêchant et encourageant d’accorder les accords. Sans doute, pour les renforcer en une seule arme contre le peuple. De véritables tentatives scélérates de leurre et de duperie dans le seul but de neutraliser et de paralyser la lutte des masses.

Le train du renouveau haïtien a beaucoup de chemin à parcourir avant d’arriver à bon port. Puisque tant que ce système qu’on s’efforce de maquiller n’aura pas été démonté, nous ne pouvons rien espérer. Tant que les forces capitalistes n’auront pas été complètement chassées et leurs manœuvres d’agression et d’ingérence déjouées, nous ne connaitrons jamais la paix !

Nous ne sommes pas proches de la sortie du tunnel. Loin s’en faut. Et le peuple haïtien n’a pas encore retrouvé son angle d’action. Il poursuit inlassablement son combat, sa résistance ; et sa détermination de vaincre demeure sa seule boussole.

À l’orée de cette nouvelle année et comme le veut une tradition désormais établie, la fin  de celle qui s’achève est toujours marquée par des vœux. Nous n’allons pas, comme à l’accoutumée, formuler des vœux pieux, puisqu’aucun de nos souhaits des années précédentes n’ont été atteints ou sont en voie de l’être.

Nous voulons simplement renouveler notre plus profond attachement, notre indéfectible appui à la très longue, laborieuse et douloureuse lutte de libération des masses haïtiennes dont nous sommes solidaires aujourd’hui, demain et plus que jamais tout en pensant de mettre en accord la théorie et la pratique. En cette nouvelle année qui s’approche Haïti Liberté continuera à faire son devoir, tout son devoir et rien que son devoir.

Il s’agit d’accompagner les masses populaires dans leur lutte, particulièrement, les ouvriers, les paysans, les laissés pour compte vivant dans les ghettos, déguenillés, affamés, pour les aider à prendre conscience de leurs conditions sociales de sorte qu’ils puissent s’organiser pour arriver à défendre, un jour, convenablement, leurs droits les plus élémentaires à l’existence et pourquoi pas à la victoire.

Quoi qu’il advienne, Haïti Liberté continuera à prendre ses responsabilités historiques pour contribuer au renversement de la politique capitaliste qui fait d’Haïti un pays d’exploitation de ses richesses, un pays sous-développé, de travailleurs exploités, un pays éternellement dépendant. Nous ne reculerons point devant le devoir de vaincre ce système injuste. Nous renouvelons également notre effort militant, révolutionnaire, internationaliste et honnête pour démasquer les fossoyeurs du peuple. Aucun secteur de la bourgeoisie, quels que soient sa puissance et le degré de sa platitude envers les américains, en dépit du soutien de la fausse gauche, ne peut prétendre remplacer le peuple dans son rôle incontestable d’arbitre de la situation.

Nul ne peut arrêter le cours de l’histoire. Elle est là pour témoigner des luttes et sacrifices que mène le peuple haïtien. Aujourd’hui, demain c’est une suite d’événements irréversibles jusqu’à la liberté contre le régime réactionnaire qui, en fait, est le satellite de l’impérialisme refusant d’admettre les réalités présentes qu’aspire le peuple haïtien !

Nous tenons enfin à remercier toute l’équipe du journal, nos sympathisants, nos lectrices et lecteurs, les collaborateurs, etc ; pour l’effort conjugué dans cette lutte !

Notre seul leitmotiv : le devoir de vaincre ! 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here