Révélations du Juge Maximin Pierre

C’est lui-même en tant que juge d’instruction qui avait procédé à l’arrestation de Sherlson Sanon le 1er juillet 2013.

0
1100
Le juge Pierre Maximim a clarifié pour la société, le vrai visage du RNDDH, une organisation de receleurs qui se réclame des défenseurs de droits humains

Chaque jour apporte une nouvelle et sensationnelle révélation. Au cours de l’émission Boukante Lapawòl du mercredi 1er mars dernier, l’un des magistrats du groupe des 28 non certifiés par le Conseil supérieur du Pouvoir judiciaire (CSPJ), Maximin Pierre, a non seulement apporté des clarifications importantes contre une association de malfaiteurs fonctionnant dans le pays  sous la couverture de défense des droits humains, mais en a profité aussi pour épingler les membres du CSPJ en leur demandant de lui prouver les raisons de sa non-certification.

Il révèle qu’aucun enquêteur du CSPJ ne l’a jamais contacté sur son dossier avant de rendre publique la liste des magistrats non-certifiés. Et pour cela, il demande au Conseiller de ne rien cacher de son dossier. Il aimerait savoir les raisons qui les ont portés à prendre telles décisions à son encontre.

Il demande recours au CSPJ, il veut connaitre la vérité.  Il a vu son nom sur une liste sur les réseaux sociaux. Personne ne m’a jamais convoqué ! J’aimerais que la société connaisse la vérité, toutes les malversations portées contre moi. Si je suis un corrompu, ou non, si je suis un voleur!  Faites-moi honte devant la société. Avilissez-moi publiquement !

Le Juge Maximin Pierre

A une question de son interlocuteur Guerrier Henri, est-ce que vous avez eu des problèmes politiques ou déçu certaines personnalités de la classe politique ?

Le juge a révélé que c’est lui-même en tant que juge d’instruction qui avait procédé à l’arrestation de Sherlson Sanon le 1er juillet 2013. Ce dernier s’était présenté dans son bureau avec deux témoins Pierre Esperance et Marie Yolène Gilles, qui tous deux, en ce temps- là, faisaient parti du Réseau National des droits humains (RNDDH).

Après avoir écouté les aveux de Sherlson, le magistrat avait jugé bon de le maintenir en attendant qu’il mène certaines enquêtes sur ces déclarations. Selon les mots du magistrat : Soudain Sherlson a commencé à pleurer au moment des policiers lui mettaient des menottes.

Et Pierre Esperance d’intervenir pour lui dire : Sonsonn ou pa bezwen kriye ! Tu n’as pas besoin de pleurer, Sonson !

Sherlson Sanon

Et puis les deux membres du RNDDH ont demandé au juge un « huis-clos » et se sont ainsi adressé à lui:

Magistrat, ce dossier c’est un dossier qui nous a pris plus de 3 mois pour le monter. Pour éviter qu’on assassine Sherlson puisque sa vie est menacée, nous étions obligés de lui payer un hôtel de façon à assurer sa sécurité. Il ne peut pas aller à Jacmel. Nous n’aimerions pas que ce dossier soit avorté !

Vous nous connaissez, n’importe quand vous auriez besoin de Sherlson, nous vous l’emmènerons au tribunal. Vous n’avez pas besoin de l’arrêter, c’est une victime !

En fait, le magistrat Maximin a pris cet exemple pour indiquer la probabilité que Pierre Esperance pourrait être à l’origine de sa mise à l’écart dans le système judiciaire. Selon le magistrat : « certaines organisations de droits humains en Haïti sont puissantes, toutes puissantes. Je ne devrais pas incarcérer Sherlson Sanon ».  

Pierre Esperance

« Le citoyen appelé Pierre Esperance possède de puissantes forces au sein du CSPJ actuellement » a indiqué l’ancien magistrat.

Par ailleurs, il faut signaler que l’un des conseillers du Conseil supérieur du Pouvoir judiciaire (CSPJ), Nadert Désir est le premier individu qui a posé le premier acte dans le scénario de Sherlson Sanon. Vu qu’il avait procédé à l’arrestation de Sanon chez sa belle-mère vers les 8h 30 du soir au mois de mai 2013 à Jacmel. En lui faisant savoir : vous n’avez pas de respect pour Joseph Lambert et Edwin Zenny en tant que maitres de la ville. Vous aviez pris Moise Jean Charles et essayiez de lui remettre la ville. Ils ne vont pas accepter cela de vous.

C’est cette arrestation que Pierre Esperance allait utiliser pour dire à Sherlson lors de leur première rencontre le 19 juin 2013 que sa vie était en danger. Il lui a laissé comprendre que :

Marie Yolène Gilles

« Ce jour-là, c’est par la grâce de Dieu vous n’êtes pas mort, puisque vous devrez mourir le jour même de cette arrestation

Comme ce n’était pas une action secrète, c’est pour cela qu’on ne vous a pas éliminé, ce jour-là.

Je suis informé de cet incident en tant que défenseur de droits humains. Je trouve inacceptable pour une personne d’être incapable d’exercer sa volonté librement.

-Je veux vous aider, mais je ne sais pas si vous voulez vous aider vous-même.

– Mon cher, il y a un plan d’assassinat qu’on prépare contre vous dans le Sud-est. 

Ce sont deux gens tous puissants qui sont les maîtres de la ville et du Département qui le préparent contre vous. »

Il n’y a eu aucun reportage de presse fait après cette arrestation de Sanon à Jacmel par le juge de paix d’alors Nadert Désir, comment Pierre Esperance avait-il pu bâtir cet épisode pour convaincre Sanon s’il n’y avait aucune complicité entre le juge de paix et lui ?

Nadert Désir est actuellement l’un des conseillers du Conseil supérieur du Pouvoir judiciaire (CSPJ),

Sans doute ce n’est pas une simple et drôle coïncidence!

On savait bien que certaines de ces organisations sont des antennes ou des tentacules des puissances exploitantes et de leur système criminel, le capitalisme. Mais, on ne s’attendait pas à constater ce haut niveau de criminalité de ces individus agissant comme des hors la loi à l’instar des gangs et des bandits de grand chemin. En fait, la différence entre eux est très minime pour ne pas dire qu’il n’y en a aucune.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here