Rassemblement et marche du 1er juillet pour rendre hommage aux enfants autochtones, dénoncer le génocide et réclamer justice

0
56

Dans le contexte de l’identification de centaines de tombes anonymes d’enfants autochtones à proximité d’anciens pensionnats autochtones – y compris la plus récente découverte de 751 tombes anonymes par la Première Nation de Cowessess, en Saskatchewan – un rassemblement et une marche se dérouleront à Montréal, le jeudi 1er juillet, pour honorer ces enfants autochtones disparu-e-s, condamner le génocide et exiger que justice soit rendue.

L’ancien pensionnat autochtone Marieval était situé à proximité de la Première Nation de Cowessess. Il a été administré de 1901 à 1979 par des membres des Sœurs de Saint-Joseph, une congrégation religieuse basée à Saint-Hyacinthe, au Québec. Le pensionnat a été fermé en 1997.

Le rassemblement et la marche de Montréal font partie de douzaines d’événements demandant d’annuler la Fête du Canada (#CancelCanadaDay) partout au pays, le 1er juillet prochain. À Montréal, l’événement débutera à 14 h au Parc Jeanne-Mance (au Monument Cartier). Après les discours, la cérémonie, la musique et les tambours, les personnes rassemblées seront invitées à marcher jusqu’au site de la statue renversée de John A. Macdonald Statue, Place du Canada (près de l’intersection Peel et René-Lévesque). Des arrêts symboliques auront lieu à différents endroits au centre-ville, dont le lieu de la mort de Raphaël André. Un convoi de véhicules de Kanehsatake se rendra à Montréal et se joindra au rassemblement pour commémorer les enfants disparus dans les pensionnats indiens. 

Selon Nakuset du Foyer pour femmes autochtones de Montréal, co-organisatrice du rassemblement : « Ma mère a fréquenté un pensionnat en Saskatchewan ; ces enfants pourraient être des membres de ma famille. Nous organisons ce rassemblement pour créer un espace de rencontre, de partage de notre douleur et tristesse, et puiser de la force dans la sagesse de nos aîné-e-s et aînées. »

Jen Jerome, survivant du système de protection de l’enfance et membre de la communauté Mi’kmaq de Gesgapegiag participe à l’organisation de l’événement et affirme : « Nous voulons que les Canadiens reconnaissent à quel point notre peuple a souffert dans le passé et souffre toujours aujourd’hui. Se rassembler, le 1er juillet, est une façon d’honorer et de commémorer les générations de nos peuples qui ont été éliminées sur ces terres volées. Ce que nous ressentons est bien au-delà des mots. »

Nakuset ajoute : « Les enfants des pensionnats autochtones étaient enlevé-e-s et emmené-e-s loin de leurs communautés natales pour qu’ils ne puissent pas se sauver et y retourner ; la dissimulation des crimes est incroyable. Quiconque célèbre le Canada ce 1er juillet célèbre l’oppression. » 

Le rassemblement du 1er juillet, à Montréal, respectera toutes les directives de la zone verte en matière de COVID-19 qui exigent le port du masque et le maintien de la distanciation physique au cours des manifestations extérieures.

Le rassemblement débute officiellement à 14 h, mais les porte-parole auprès des médias seront disponibles sur place à partir de 13 h 30.

 

Le rassemblement de Montréal s’inscrit dans le mouvement des protestations visant à annuler la Fête du Canada (#CancelCanadaDay) partout au pays.

Date : Jeudi 1er juillet 2021

Heure : 14 h (les porte-parole auprès des médias seront sur place dès 13 h 30)

Lieu : Parc Jeanne-Mance (près du Monument Cartier).

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY