Qu’ils retirent leurs pattes de nos ressources !

« Nous n’avons pas besoin d’aide humanitaire, ce dont nous avons besoin c’est qu’ils ne fassent pas main basse sur nos ressources »

0
467

Le leader populaire haïtien Jean Clebert Eloius raconte la crise déclenchée dans les rues de Port-au-Prince qu’il qualifie de « planifiée ». Après avoir survécu aux trois balles qu’il a reçues il y a quelques jours, il assure : « Ils financent le chaos ». Et il détaille une histoire de violence dans laquelle les États-Unis sont les protagonistes.

Plongé dans ce que le monde décrit comme une crise sociale, politique et sanitaire suite à une épidémie de choléra, le peuple haïtien occupe depuis deux mois les rues de sa capitale, Port-au-Prince. « La crise est multidimensionnelle et elle empire chaque jour, mais les gens doivent comprendre que la crise est créée, elle a été très bien planifiée par l’impérialisme. C’est à leur avantage qu’il y ait de l’instabilité dans le pays, ils financent le chaos ». Les mots sont de Jean Clebert Eloius, un militant social, une référence à l’organisation Mundo Haïti et au Collectif 18 novembre1803, faisant référence à la date de la dernière bataille des forces révolutionnaires haïtiennes.

Et c’est qu’Haïti a été la première nation du continent à obtenir son indépendance et, selon Eloius, elle souffre encore de son audace. « Haïti continue de payer le prix fort pour cela. Cette petite nation noire a non seulement acquis son indépendance, mais a également changé l’histoire du monde moderne. Parce que l’indépendance d’Haïti a été contagieuse », soutient-il en dialogue avec Canal Abierto.

Malgré cela, Haïti est aujourd’hui considéré comme le pays le plus pauvre des Amériques et l’un des plus pauvres du monde, en grande partie grâce au fait que son histoire récente est criblée de violences que le leader populaire pointe comme implantées et qui, tous les jours, irriguent de sang les rues du pays.

Jean Clebert Eloius

« Ce qui s’est passé dans la nuit du 6 juillet 2021 à la résidence du président Jovenel Moise n’était pas seulement un assassinat, c’était un coup d’État, et ceux qui ont fait ce coup d’État sont ceux qui sont actuellement au pouvoir », détaille-t-il. [Ils font partie du] gouvernement, où le premier ministre (Ariel Henry) est l’un des assassins présumés de l’ancien président. Et ce qui aggrave la situation, c’est que la communauté internationale, notamment les États-Unis, la France et le Canada, soutient ce gouvernement que le peuple ne reconnaît pas, et rejette. Ce sont eux les responsables et ceux qui veulent qu’il y ait une instabilité permanente en Haïti. Ils en ont besoin pour nous priver de nos ressources, car pour que le pillage n’attire pas l’attention du monde, il faut qu’ils créent le désordre ».

L’assassinat auquel Eloius fait référence a aggravé une crise qui durait depuis de nombreuses années. Ce jour-là, un commando d’une trentaine de personnes pénètre dans la chambre du président et l’assassine. Bien que plus d’un an plus tard il y ait une quarantaine de détenus liés à l’assassinat, et que les dirigeants politiques n’aient pas encore été identifiés, il a été possible d’établir que le commando avait été engagé par l’agence de sécurité CTU, basée à Miami.

Un chaos planifié

Depuis lors et de plus en plus, ce que l’on appelle les “affrontements de gangs” a déjà fait des centaines de morts, dont beaucoup de dirigeants populaires, et plus de 50 viols collectifs de femmes. En août, l’ancien sénateur Yvon Buissereth a été brûlé vif dans un quartier de la capitale. Le Collectif des médias de communication en ligne (CMEL) dénonce le meurtre de huit journalistes dans l’exercice de leurs fonctions depuis le début de l’année. Et, selon Eloius, « il y a beaucoup plus de morts que ce qui est rapporté dans les nouvelles ».

Et c’est que, cerise sur un dessert explosif, l’annonce en septembre par la direction d’Henry d’une augmentation significative du carburant a généré davantage de mécontentement social et des manifestations quasi quotidiennes qui réclament la création d’un gouvernement de transition qui appelle à des élections.

Loin d’entendre la revendication, Henry a demandé une aide internationale. En octobre, les États-Unis et le Canada ont envoyé des véhicules blindés qui ont déclenché un rejet encore plus populaire.

Début novembre, Eloius lui-même a reçu trois balles lorsqu’il a été intercepté par des gangs armés alors qu’il se rendait à l’aéroport international Toussaint Louverture. Deux de ses compagnons sont morts dans cette attaque.

« Le peuple est au milieu d’un complot, il s’en rend compte et c’est pourquoi les voix dissidentes sont réduites au silence. On tue les opposants, ceux qui demandent de meilleures conditions de vie et de bien-être pour les masses, pour les plus vulnérables. Notre premier ennemi est l’ambassade américaine. Ariel Henry n’est que sa marionnette », dit-il, pointant la complicité de l’oligarchie haïtienne, qu’il décrit comme « cinq familles qui ont toutes les ressources ».

Dans les rues

Le 18 novembre —à l’occasion du 219e anniversaire de la bataille qui a chassé l’armée de Napoléon Bonaparte d’Haïti—, le peuple a manifesté dans les rues, devant le Palais National et le Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) en refus des troupes étrangères, dont il soupçonne les intentions.

Car, depuis le milieu des années 70, diverses études ont pointé le grand potentiel minier qui existe dans le sous-sol haïtien : pétrole, gaz, or et iridium, un minéral très rare utilisé dans la technologie spatiale.

« Ils financent le chaos, ils financent les groupes armés. Il n’y a pas d’industrie d’armement en Haïti, la police ne peut pas acheter d’armes parce qu’il y a un blocus, l’État ne peut pas acheter d’armes pour l’armée, mais des milliers d’armes arrivent quotidiennement par le port de Miami pour les gangs. Les États-Unis n’ont-ils pas le contrôle de leurs ports » ? Éloius explique : « Les bandits sont des gens qui ne voyagent pas, qui n’ont pas de passeport, ce sont des gens qui ne savent même pas lire, qui n’ont nulle part où vivre. Ils n’ont pas assez à manger mais ils ont une arme qui coûte entre 7 000 et 10 000 dollars. Ils sont victimes du système, ils les utilisent ».

« Nous ne voulons pas d’intervention, nous ne voulons pas de ce gouvernement. Le peuple haïtien veut prendre son destin en main. Il sait ce qu’il veut et nous postulons une nouvelle alternative sociale et politique. Ce qui reste du Sénat haïtien, seulement dix sénateurs, ont rejeté la décision d’Henry et le peuple ne la reconnaît pas non plus. Il est important que les gens ouvrent les yeux sur les informations qui viennent des médias impérialistes et fassent preuve de solidarité avec le peuple haïtien dans ses revendications qui sont justes », souligne-t-il.

Et il termine : « Ce que nous voulons, c’est que les forces impérialistes partent et nous laissent prendre en main le destin de notre pays. Nous voulons que les ressources de la terre soient au service du peuple haïtien. Nous ne demandons pas d’aide, Haïti n’est pas ce qu’ils veulent faire croire. Elle a des terres très fertiles, nous pouvons produire la nourriture dont nous avons besoin. Nous n’avons pas besoin d’aide humanitaire, comme le monde est amené à le croire, nous sommes autosuffisants. Ce dont nous avons besoin, c’est qu’ils ne fassent pas main basse sur nos ressources. Le peuple haïtien préférera toujours mourir plutôt que de vivre dans une situation déshumanisante. »

Canal Abierto, 24 novembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here