Quelle suprême ironie !

0
402

Les événements clarifient toujours certaine situation politique et délimitent avec une parfaite netteté les camps pour les remettre à leur juste place.

A l’instar du candidat à la présidence Moise Jean-Charles, avec sa percée noiriste, démagogique au monument abandonné de Vertières ; puis la proposition contradictoire de sortie de crise de l’Opposition du Secteur démocratique et populaire de Marjorie Michel, Schiller Louidor et André Michel, c’est la course électorale qui commence déjà.

L’évolution de la mobilisation populaire demandant des comptes sur l’utilisation des fonds de l’aide vénézuélienne à Haïti est certes impressionnante. Elle avait suscité pourtant de notre part des inquiétudes majeures d’autant que le leadership de ce mouvement d’exigence de reddition de comptes était totalement inconnu. Il ne s’était jamais identifié. C’était une sorte de nébuleuse impossible à appréhender.

Aujourd’hui, la logique que poursuivent actuellement les choses vient d’évoluer vers une voie plus ou moins claire puisque la tête, pour ne pas dire le cerveau de ce mouvement qui tient en haleine le pays depuis quatre mois, vient de s’identifier publiquement par son lancement officiel, le 11 novembre dernier.

Ce qui frappe et surprend le plus, c’est l’infrastructure et l’impressionnant matériel de travail dont cette organisation est dotée

On ne sait quel laboratoire le commandite, mais ce mouvement animant la revendication  « où est passé l’argent de Petro Caribe » serait chapeauté par une organisation toute neuve qui a pris naissance justement après le soulèvement populaire du mois de juillet, soit le 14 juillet 2018. Il s’agit d’une organisation politique dénommée mouvement #AyitiNouVleA qui s’est empressée de prétendre qu’elle n’est ni un parti politique ni une organisation non-gouvernementale (ONG).

Mais  vers quoi tend réellement cette organisation ? Elle se présente « en tant qu’un mouvement social pour le changement en Haïti. Un groupe de citoyens et citoyennes engagés qui sont décidés à mettre leur compétence et leur expertise ensemble de façon à proposer un nouveau modèle de société en Haïti où tous les haïtiens pourront vivre avec dignité. Basée sur 3 principes fondamentaux : Respect, engagement et solidarité. 

Et ces principes correspondent aux 3 réalités suivantes : faiblesses de nos institutions, la problématique de la justice sociale et le financement pour le développement d’Haïti. » L’organisation continue dans sa présentation pour dire : « si quelqu’un croit qu’Haïti peut changer, sa place est avec nous » (Voir youtube #AyitiNouVleA)

Que ces propos semblent alléchants au premier naïf venu! Mais alors quelle main invisible, quelle main de renard se cache derrière ce bavardage? A lire le guide « Idée avant Leader » du mouvement #AyitiNouVleA, on est bien édifié. Comportant 9 propositions basées sur 3 axes, il conclut en dernière analyse qu’il se prépare pour les prochaines élections. Bah !

La suprême ironie à propos de ce mouvement qui ne se veut pas politique est d’apprendre, de façon indirecte, que le mouvement #AyitiNouVleA aurait pour dirigeants (encore dans les coulisses) le recteur de l’Université Quisqueya  Jacky Lumarque, ex-candidat à la présidence de la plateforme Vérité de René Préval, Madame Michèle Duvivier Pierre-Louis, Premier ministre du même Préval, Reginald Boulos, un des grands décideurs politiques œuvrant dans l’ombre; Jacky Vorbe et la professeure Patricia Camilien.

Il se pourrait bien que le dernier Premier-ministre de Préval, Jean-Max  Bellerive, impliqué de façon présumée dans la dilapidation des fonds Petro Caribe soit un membre influent de ce mouvement. Mais attendons de voir l’évolution au grand jour de cette organisation qui pue le bourgeois.

Ce qui frappe et surprend le plus, c’est l’infrastructure et l’impressionnant matériel de travail dont cette organisation est dotée alors qu’elle vient à peine de prendre naissance. D’où viennent les fonds qui alimentent cette entreprise manifestement cossue ? Qui pis est, c’est que ni l’Opposition du Secteur démocratique et populaire, ni #AyitiNouVleA, ni Pitit Dessalines n’ont  fait aucune référence que ce soit à la lutte des classes, n’ont fait allusion, dans leurs interventions respectives, au niveau de vie scandaleuse des classes privilégiées, véritable handicap à l’avancement des laissés-pour-compte. Ces trois engeances politiques n’ont rien soufflé de la domination impériale du pays.

Ces mystificateurs qui viennent tromper les masses font bien partie des couches ou des classes dirigeantes qui lient leur sort à l’Occident capitaliste et pratiquent une politique de duperie néfaste à l’avancement de la cause haïtienne. Leur optique générale est injuste puisqu’elle n’est guère conforme aux intérêts du peuple opprimé et exploité. En fait, ce petit cartel de larrons a voulu faire d’une pierre deux coups : utiliser les masses populaires comme tremplin et parallèlement enfourcher le mouvement PetroCaribe, leur cheval de bataille, de façon à réformer l’Etat pourri et corrompu.

En attendant, la seule conclusion qui s’impose à notre esprit est que le véritable objectif que poursuivent les maitres à penser de nos conspirateurs locaux qui ont toujours prouvé concrètement leur engagement à l’égard de l’impérialisme ne pouvait être que le souci et la détermination de désorienter les masses défavorisées qui elles-mêmes sont en train de combattre avec sincérité la corruption dans une perspective de vraie justice et d’un lendemain meilleur.

Les masses populaires doivent rester fermes, avec la volonté de ne point céder, de résister à tous les projets de l’impérialisme et de démasquer ses desseins et ses conspirations contre les peuples qui le gênent.

Seuls les opportunistes et les naïfs peuvent être dupes des menées de la bourgeoisie cachée derrière cette jeunesse qu’hypocritement complimentait récemment le Core group.  L’ironie    suprême, c’est que leur dernier-né, #AyitiNouVleA, tout en se déclarant n’être pas un truc politique, n’en est pas moins truffé de vieux renards politiciens. Que les mystificateurs prennent garde !

 

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY