Quand l’ex-Président Aristide revient dans l’actualité politique (2)

(2e partie)

0
37
Manifestation afin de réclamer le retour de Jean-Bertrand Aristide au Palais national pour diriger la transition

(Première partie)

La cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), madame Helen La Lime, s’est bien rendue à la résidence de l’ancien Président, Jean-Bertrand Aristide, pour avoir son avis sur la situation et si nécessaire lui demander de faire des propositions pour une sortie de crise et combattre la criminalité qui sévit dans le pays. Il en est de même de la visite, non moins spectaculaire le mardi 21 juin 2022, du Premier ministre a.i, Ariel Henry, chez le Coordonnateur à vie du Parti Fanmi Lavalas, toujours dans le cadre de la recherche de solution pour sortir le pays du guêpier dans lequel tous les acteurs se sont pris. Ces visiteurs de premiers ordres ne cachent pas leur contentement d’avoir été reçu par un ancien chef de l’Etat qui ne boude pas non plus son plaisir de voir que, 18 ans après son renversement du pouvoir, ses adversaires n’ont pas fait mieux que lui, sinon bien pire.

Dans la mesure où, durant ses deux mandats, certes écourtés, jamais la capitale, en dépit des aléas et soubresauts politiques, n’était arrivée à ce niveau d’insécurité. Certes, les partisans et fanatiques du régime semaient la panique à Port-au-Prince et dans ses faubourgs à l’encontre des opposants, mais l’affaire restait du domaine politique, jamais il n’y a eu des attaques criminelles. Le déferlement des gangs armés sur l’ensemble du territoire jusqu’à ce qu’ils arrivent à contrôler pratiquement toute la ville de Port-au-Prince en faisant fuir des pans entiers de la capitale, entre autres, le Bicentenaire, Martissant, l’on est là à un point de non-retour. La prise de contact avec l’ancien Président de la République semble motiver les lavalassiens du pays. Depuis ce qu’on considère comme étant les premières rumeurs jusqu’à ce que les nouvelles soient confirmées par les demandeurs eux-mêmes et non par le Président de l’Université de la Fondation Dr Jean-Bertrand Aristide lui-même qui n’a pas non plus démenti les nouvelles, de toute part dans le pays les citoyens s’interrogent.

Et dans tous les foyers, y compris dans les salons sur les hauteurs de Pétion-Ville où certains observent avec intérêt ces prises de contact avec l’ancien homme fort d’Haïti des années 90.  D’ailleurs, cela n’a point échappé aux militants et sympathisants lavalas du pays qui ont vite marqué le coup. Ainsi, dès le jeudi 16 juin 2022, les lavalassiens du département du Sud, tout particulièrement ceux de la ville des Cayes et ses environs, se sont rappelés des bons vieux temps de la puissance lavalassienne. Ils ont organisé une manifestation afin de réclamer le retour de leur idole à la tête du pays. Ces fanatiques croient que la présence de Jean-Bertrand Aristide au Palais national pourra résoudre tous les problèmes, tout au moins, apporter la paix dans le pays. Une manifestation soutenue par les dirigeants du Parti depuis Port-au-Prince puisque, le lendemain 17, la direction du parti Fanmi Lavalas a émis une Note de presse dans laquelle elle disait applaudir cette initiative et encourager d’autres activités de ce genre à travers les dix départements du pays afin de réclamer le changement et la sécurité pour la population.

Manifestation des militants et sympathisants lavalas

Toujours dans la lignée de ce coup de projecteur braqué sur le leader historique et national du parti politique Fanmi Lavalas par la Communauté internationale et par Ariel Henry lui-même, une autre activité a été organisée, cette fois à Port-au-Prince au siège du BAI (Bureau des Avocats Internationaux) à l’avenue John Brown (Lalue), où des militants lavalas ont organisé une Conférence de presse le mardi 21 juin 2022. Que réclament-ils ces militants et partisans du l’ancien Président ? D’après ces sympathisants arborant des pancartes et autres affiches à l’effigie de Jean-Bertrand Aristide réclamant du travail et la fin de l’insécurité entre autres, celui-ci serait, en cette conjoncture, le seul homme politique capable d’assurer la Transition et conduire des négociations avec les oppositions afin de trouver un consensus pour organiser les élections dans le pays. Ils ne sont pas les seuls à penser ainsi. Un des membres du Directoire du parti Fanmi Lavalas, Joël Vorbe, se faisant leur Porte-parole n’en pense pas moins.

Dans un long entretien accordé à Le Nouvelliste le mardi 28 juin 2022, il a défini sans nuance la pensée de ces militants et peut-être celle de son chef quand il a déclaré à propos de ces manifestations : « Aujourd’hui la population réalise que malgré les alertes qui ont été lancées pour demander de combattre l’insécurité, les difficultés restent inchangées. Ces difficultés ont suscité la nécessité de rassembler autour de ce thème. Ainsi, la population commence à se lasser et ne peut pas continuer à s’ériger en posture de spectateur. Elle exige des actions concrètes. Mais, si les manifestants protestent en ce sens, c’est parce qu’il y a un problème. Ils ont besoin de personnes qui peuvent poser des actions. Ils ont déjà vu les actions entreprises par Jean-Bertrand Aristide par le passé, notamment dans le domaine de l’éducation. Il a la capacité de consentir des efforts intellectuels afin de maintenir une vision permettant d’aller d’un point à un autre. Il a la capacité de rassembler, d’être un leader pour une majorité de personnes. C’est ce qu’ils réclament.

 C’est ce dont nous avons besoin dans le pays. Nous avons besoin d’un leadership éclairé pouvant nous aider à sortir de cette crise aiguë dans laquelle nous nous trouvons. La crise dans laquelle nous sommes est une crise multidimensionnelle qui nécessite une personne intègre, compétente qui pourra nous en extirper. Il a cette capacité, il n’y a pas de doute. Il reste et demeure un leader historique qui peut nous aider ou nous accompagner à sortir de cette crise. Si on veut prendre en compte ses conseils, je vous donne la garantie qu’il donnera les conseils qu’il faut. Mais, il faut des hommes. Même si on avait les meilleurs conseillers du monde, s’il n’y a pas d’hommes pour les appliquer, le projet n’aboutirait nulle part.» Le dimanche 26 juin 2022, en compagnie d’autres organisations sociopolitiques, ils étaient encore plusieurs milliers sur le macadam de Port-au-Prince et en région pour protester contre le gouvernement d’Ariel Henry et surtout pour réclamer le retour au pouvoir de Titide.

Depuis le carrefour de l’aéroport à Delmas 17 jusqu’aux portes de la résidence du JBA dans la commune de Tabarre, les manifestants ont exprimé leur souhait de voir leur idole rempiler au Palais national. « Cette marche est le fruit de l’entente de plusieurs organisations. Nous venons supplier M. Aristide de ne pas refuser notre demande. Le peuple en a assez de souffrir. Les Haïtiens souffrent en Haïti, en République dominicaine, au Chili, au Brésil, etc. Le peuple a toujours rêvé votre retour aux commandes. Vous n’êtes pas libre de vos mouvements, vous appartenez au peuple haïtien qui n’a jamais cessé de vous aimer. On vous attend » a lancé une des organisateurs de la manifestation et Porte-parole des manifestants qui ont attendu vainement sous un soleil de plomb que le Duc de Tabarre vienne les saluer.

Le même jour, dans l’après-midi, Maryse Narcisse, Joël Vorbe, Jean Myrto Julien et Anthony Dessources du Comité exécutif du Parti Fanmi Lavalas ont, dans une Note de presse, remercié le peuple haïtien au nom de l’ancien chef de l’Etat: « Qui a exprimé sa grande manifestation d’amour au Président Aristide (…) Le Président vous remercie et vous renouvelle son amour (…) » disent-ils dans la note. Est-ce le retour des grandes heures de Lavalas qui s’annonce ? Rien n’est moins sûr. En fait, un retour à la case départ. Quant à Jean-Bertrand, il savoure sa revanche sur ses adversaires. Puisque la situation politique d’Haïti vingt ans après est tellement exécrable dans tout les sens du terme, ce sont ceux-là même qui l’avaient enterré vivant qui ont été l’exhumer pour leur venir en aide. Quelle revanche ! Attention tout de même pour ne pas susciter de faux et de nouvel espoir chez des Lavalassiens en sommeil !

(Fin)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here