Quand l’ambassade US remplace l’État haïtien !

0
1081
L’ambassadeur américain en Haïti ne pouvait être plus clair de la main mise officielle des Etats-Unis sur le pouvoir haïtien. Qu’est-ce qui leur reste encore à contrôler ?

Pour la troisième année consécutive, l’ambassade des Etats-Unis en Haïti a pris le contrôle de certains jeunes du pays en les invitant à un quelconque atelier dénommé « Tech Camp Solèy » qui s’est déroulé du 9 au 12 mai 2019 à l’hôtel Visa Lodge.

En effet, c’est sous le thème de la promotion de l’entrepreneuriat et de l’expansion de réseaux de jeunes entrepreneurs professionnels en Haïti que l’ambassade en partenariat avec Digicel et le EPower a, cette année, invité 30 jeunes sans doute triés sur le volet dans les quartiers populaires pour ne pas dire dans les zones de non-droits tels que Cité Soleil, Bel-air et Martissant.

L’Ambassade des États-Unis a investi dans plusieurs programmes dans le pays tels que Haiti Tech Summit, Tech Camp Okay et l’Initiative des Jeunes Dirigeants des Amériques (YLAI) sous prétexte d’encourager l’entreprenariat et la croissance économique.

Au cours de ce séminaire de quatre jours, d’autres sujets ont été abordés par exemple sur la gestion de déchets dans les rues, le phénomène du banditisme, la grossesse précoce, la violence généralisée et l’avenir incertain de la population.

L’ironie dans tout cela c’est que lesdits sujets sont le résultat de l’exploitation de nos richesses par ceux-là mêmes qui nous offrent des opportunités en fait programmées pour notre ruine, pour une déstabilisation systématique assurée par une domination centenaire. Voilà pourquoi, ils nous imposent des gouvernements fantoches, de sorte qu’à travers leurs ambassades, ils se laissent percevoir comme des bienfaiteurs et même en guérisseur de maux qu’ils ont eux-mêmes créés et pour lesquels ils n’ont pas de vrais remèdes.

« Tech Camp Solèy » du 9 au 12 mai 2019 à l’hôtel Visa Lodge

Et ce n’est pas par hasard que ce sont ces jeunes qui ont eu cet honneur de sorte qu’ils puissent être orientés justement dans la direction du bienfaiteur. Ce qu’ils disent ouvertement, ce n’est jamais en réalité ce qu’ils font. Idéologiquement, ils préparent nos jeunes à servir leur propre cause comme l’illustre cette déclaration du chargé d’affaire de l’ambassade, Madame Robin Diallo dans son discours de clôture de la journée du dimanche 12 mai : « Les objectifs sont atteints à 150%. C’est une réussite totale. Je pense que tout le monde doit travailler ensemble. Si on travaille ensemble, on va trouver de la vie »…. « Il ne faut pas demander ce que le gouvernement peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays ».

L’Ambassadeur des États-Unis en Haïti, Michele Sison, pour sa part a déclaré sans rougir, lors du lancement du Tech Camp Solèy le 9 mai écoulé : « La plus grande ressource d’Haïti sont ses jeunes. L’Ambassade des États-Unis est fière de lancer Tech Camp Solèy, où le secteur privé et la société civile s’emploient à faire en sorte que les jeunes entrepreneurs de Cité Soleil, de Bel Air et de Martissant bénéficient du soutien nécessaire pour contribuer à la croissance économique d’Haïti » Pour signaler ensuite le lancement dans le pays de nouvelles initiatives du Département d’État telles que « l’Académie des femmes entrepreneurs » (AWE), conçue pour fournir les ressources, le mentorat et un soutien aux femmes entrepreneurs en Haïti.

Trente jeunes sans doute triés sur le volet dans les quartiers populaires pour ne pas dire dans les zones de non-droits tels que Cité Soleil, Bel-air et Martissant autour de l’ambassadeur US Michele Sison.

Quelle mensonge et quelle impudence quand l’ambassade prétend par la filière de nos jeunes réduire la violence dans les quartiers populaires, dissiper la criminalité dans les zones de non droits, sensibiliser la jeunesse haïtienne contre la gestation prématurée et aider la population à combattre le chômage par l’entrepreneuriat. Non, l’ambassade prend-il les Haïtiens pour des canards sauvages ? Franchement…

Quels sont les vrais objectifs de l’ambassade de la puissance exploiteuse, dont nous ne sommes présentement rien qu’une colonie, une victime ? Actuellement, les Etats-Unis d’Amérique, l’impérialisme affectant un visage humain, prennent en main nos jeunes pour les former à leur goût sur la situation sociogéographique du pays qui se dégrade de plus en plus et est même considéré comme une catastrophe écologique.

N’est-ce pas à une sorte de substitution au rôle de l’État haïtien que joue l’ambassade des Etats-Unis dans le pays ? Elle a tout étalé le projet LEVE de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), qui soutient plus de 1.000 entreprises, qui ont créé plus de 27.000 emplois dans des secteurs tels que l’agroalimentaire, la construction, le textile et l’habillement. Parlant en pays conquis, elle annonce: « nous sommes fiers de sponsoriser le Sommet des Technologies en Haïti – Haiti Tech Summit – et encourageons les entrepreneurs haïtiens à travers le pays à appliquer pour participer au Sommet des Technologies d’Haïti de l’année 2019, qui se tiendra du 20 au 22 juin ».

Par ailleurs cette même diplomate lors du forum de l’Association des Magistrats Haïtiens (Anamah) n’avait-elle pas pris tout bonnement le contrôle de l’Etat Haïtien en affirmant: « Nous sommes tous conscients qu’un système judiciaire qui ne fonctionne pas en toute indépendance ouvre la porte à la corruption et est incapable de poursuivre efficacement les acteurs corrompus. Une justice sans éthique professionnelle limite l’accès à la justice, favorise l’impunité et érode la confiance du public dans l’équité et l’objectivité de ces décisions »

Cela ne nous étonne guère si la justice du pays est sous la férule des Etats-Unis. Sison nous apprend que : « Le gouvernement haïtien, avec l’appui du gouvernement des États-Unis, a mis en place une Commission Technique de Certification (CTC) et une Direction de l’Inspection Judiciaire au sein du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) » Et que le gouvernement américain collabore avec le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) et le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique pour élaborer un plan d’évaluation et un plan de carrière des juges et des magistrats. Ces processus d’évaluation sont nécessaires pour éviter les promotions et les révocations arbitraires » a fait savoir l’ambassadeur.

Par ces déclarations, l’ambassadeur américain en Haïti ne pouvait être plus clair de la main mise officielle des Etats-Unis sur le pouvoir haïtien. Qu’est-ce qui leur reste encore à contrôler ?

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY