Privert fait place à Jovenel Moïse !

0
1122
Le Président provisoire Jocelerme Privert accueillant le Président élu, Jovenel Moïse au Palais National le vendredi 6 janvier 2017

Le lundi 9 janvier 2017, jour de la rentrée parlementaire de la première session ordinaire de l’année 2017, le président provisoire Jocelerme Privert, a tout bonnement annoncé avec une satisfaction personnelle que : « Le 3 janvier dernier, le CEP a donné les résultats définitifs des élections du 20 novembre 2016, consacrant la victoire au premier tour de M. Jovenel Moïse en tant que 58e Président élu de la République d’Haïti. Je saisis cette occasion pour le féliciter, encore une fois et pour lui souhaiter du succès dans le cadre des lourdes responsabilités qui l’attendent. J’ai d’ailleurs pris l’initiative, tout de suite après la publication des résultats consacrant sa victoire dans le journal officiel le Moniteur, de lui proposer la mise en place immédiate d’une commission mixte de passation de pouvoir, ce qu’il a accepté.

Je félicite également tous les autres élus issus de ces joutes et souhaite bonne chance aux candidats encore en lice »

De gauche à droite le Président Provisoire Jocelerme Privert, au centre le Président élu Jovenel Moise et le Premier ministre intérimaire Enex Jean-Charles
De gauche à droite le Président Provisoire Jocelerme Privert, au centre le Président élu Jovenel Moise et le Premier ministre intérimaire Enex Jean-Charles

Bien avant cette Assemblée Nationale, le président Provisoire accompagné de son Premier ministre provisoire Enex Jean-Charles avait rencontré le président élu, Jovenel Moïse au Palais National le vendredi 6 janvier 2017. Au cours de cette réunion, les deux protagonistes ont agréé de mettre en place une équipe de transition spéciale chargée de préparer la passation de pouvoir de sorte que le pouvoir du PHTK entre en fonction le 7 février prochain par la prestation de serment de Jovenel Moïse afin qu’il devienne le 58e président du pays.

Dans l’esprit de préparer cette transition, le président Jocelerme Privert a désigné son chef de cabinet et ancien Premier ministre de Préval,  Jean-Max Bellerive, Mariedès Ménager actuelle secrétaire générale de la Primature ainsi que d’anciens ministres tels que  Joanas Gué, André Lemercier Georges et Hebert Docteur.

Pour sa part,  le président élu annonce les couleurs ; vu que son équipe est dirigée par l’ancien ministre de l’industrie et du Commerce, de l’Économie et des Finances Wilson Laleau, assisté de Gerd Pasquet, Christine Jacques, Ardouin Zephirin et  de Jean Walnard Dormeval.

Il nous faut signaler que depuis la fin de mandat du régime de Martelly, le nommé Laleau était recherché par la justice et il était même bruit qu’il avait pris la poudre d’escampette en s’exilant lui-même du pays.

lEn prenant cette position, Jocelerme Privert, celui sur lequel le courant Lavalas avait totalement compté pour leur assurer le pouvoir, est en train de préparer le retour des hommes de Michel Martelly et il a même eu le culot de s’adresser aux partis contestataires en ces termes : « Je formule le vœu que tous les déçus des résultats des joutes du 20 novembre 2016 fassent le grand sacrifice patriotique d’organiser une opposition pacifique, démocratique et constructive face aux nouveaux élus quelque soit leur niveau. Haïti doit être pour chaque citoyen, chaque citoyenne le candidat perpétuellement et indéfiniment gagnant »
lEn un sens, Privert a donné un coup de grâce aux revendications de Fanmi Lavalas, Pitit Desalin et Lapeh en disant : « Je me prépare à remettre, le 7 février 2017, au nouvel élu, un pays politiquement apaisé et socialement plus serein, fort de la confiance retrouvée dans les institutions et dans les autorités », dans son discours au Parlement.
lEn Haïti, la politique est un jeu de coquins et d’individus mesquins. Alors que Privert avoue la victoire de Jovenel Moise, le rapport de l’UCREF  qui accuse Jovenel Moise de transactions dont il aurait été l’auteur  pour la période allant du 5 mai 2007 au 31 mai 2013, qui avait vu le jour depuis le mois d’Aout 2016, puis jeté dans l’oubli depuis lors, vient de reparaitre sur la scène politique, à quelques semaines de la prestation de serment du principal concerné. Il a été bruit que le commissaire du gouvernement Jean Danton Léger n’a jamais eu ce rapport. De façon inopinée,  il a déclaré le lundi 9 janvier 2017 au quotidien le Nouvelliste : « J’ai reçu le rapport et estimé qu’il faut approfondir l’enquête. Si je ne me m’abuse, le dossier a été confié au juge Jean-Wilner Morin » Il semblerait pourtant que le dossier est en train d’être géré plutôt par le juge Breddy Fabien. Or,  le  Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH)  par la filière de son coordonnateur Pierre Espérance semble s’inquiéter de ce dossier et exige qu’il « fallait agir rapidement pour clarifier la situation parce qu’un président doit être au-dessus de tout soupçon » Ainsi, le président élu sera-t-il entendu par la justice avant le 7 février date de son investiture, ou bien sera-t-il arrêté tout comme le sénateur élu Guy Philippe ? Il n’est que d’attendre !

Par ailleurs, dans le cadre de préparation de son inauguration, le président élu commence

Jovenel Moise et le Président Dominicain Danilo Medina
Jovenel Moise et le Président Dominicain Danilo Medina

déjà à faire l’actualité dans la presse étrangère. Il a laissé le pays le lundi 16 janvier à bord d’un vol de la Sunrise Airways en compagnie d’Ardouin Zéphirin et de Cristine Coupe, deux membres de son équipe politique ainsi que des entrepreneurs haïtiens notamment Charles Jumelle Appolon, Eddy Salomon, Jean Marc et  Giovanni Gardere pour une visite privée et de travail de deux jours  en République Dominicaine.

Il a été reçu à l’aéroport international La Isabela  par le ministre dominicain des Affaires étrangères Miguel Vargas Maldonado, l’ambassadeur dominicain en Haïti Rubén Silié et l’ambassadeur haïtien en République dominicaine, Idalbert Pierre-Jean. Une chose est certaine, rien ne sera dit sur le cas des haïtiens vivant dans ce pays. Cette rencontre comme les précédentes sera indifférente aux vagues de déportation  des milliers de Dominicaines et de Dominicains d’ascendance haïtienne, dénationalisés par l’arrêt TC-168-13, adopté par la Cour constitutionnelle dominicaine en date du 23 septembre 2013.

Assurément, Jovenel Moise est à Santo-Domingo pour rassurer que son pays continuera à être dépendant de l’ile voisine pour le commerce et au cours de sa  rencontre avec le président Danilo Medina, il en a profité pour l’inviter à assister aux cérémonies de sa prestation de serment.

NO COMMENTS