Premier colloque de SALCONH

0
599
De gauche à droite Jean Raynold, Gael Painson, Yvenert Foesther Joseph, Rospide Pétion, Ralph Beauvoir et Junior César

Nul n’est sans savoir que les mauvaises qualités de services fournis aux consommateurs en Haïti tout aussi bien que les produits avariés encore exposés sur les étagères, constituent une source de rentrée sure pour les entrepreneurs malhonnêtes, mais une ruine pour les nombreuses victimes. C’est ainsi que cette situation du moins insoutenable a interpellé des membres de la société civile. Ils ont décidé de mettre sur pied un outil pratique dont l’objectif primordial consiste à adresser cette problématique en bonne et due forme tout en se faisant le devoir de proposer des éléments de solution.

Solidarité Active à la Lutte des Consommateurs Haïtiens (SALCONH), ainsi se nomme cette structure de défense des droits des consommateurs qui s’est donnée pour mission de veiller à la bonne qualité des produits de consommation tout aussi bien que des services offerts sur le marché local. La ligne 8222 et le courriel plaintes@salcon-haiti.org, sont deux créneaux priorisés pour recueillir les doléances et les plaintes des citoyens et du coup atteindre son objectif de façon professionnelle, scientifique et rationnelle.

SALCONH se divise en sections pour mener à bien ses multiples
missions. Investigation et Sécurité, Plaintes et Actions, Laboratoires, Coordination Régionale, Relations Internationales et Développement. Ces structures sont toutes ouvertes et accessibles à tout un chacun. En outre la structure dispose de plusieurs appareils modernes et autres instruments adaptés leur permettant de mener à bien les contrôles de la qualité des produits sur le marché haïtien.

Premier Colloque

« Encourager les consommateurs haïtiens à adopter un comportement responsable pour éviter d’être victimes dans l’acquisition des biens et  services ». Ce thème, suffisait amplement à Yvenert Foesther Joseph jouant le rôle de porte-parole de SALCONH, pour justifier la tenue de ce premier colloque. En effet, outre des activités de sensibilisation organisées depuis son lancement en mai 2017, la Solidarité Active pour la Lutte des Consommateurs Haïtiens (SALCONH), a lancé, mercredi dernier à l’Hôtel le Plaza au centre de Port-au-Prince son 1er colloque international.

Pendant deux jours, soit les 14 et 15 mars 2018, l’ensemble des interventions ont eu à tabler largement autour de la problématique de la consommation en Haïti. « Je dois reconnaitre que les consommateurs haïtiens sont notamment exposés au matraquage publicitaire intensif, à des produits falsifiés et au manque d’information sur la traçabilité des biens ». Ainsi a eu le courage de s’exprimer le ministre du commerce et de l’industrie, Pierre Marie Du Meny, qui faisait partie du nombre des intervenants.

Quelques membres de Salconh

Le premier colloque international sur la problématique de la consommation en Haïti lancé par SALCONH verra des émissaires de pays amis y prendre part. Mr Jason Robin Kissoon, Ministre du Développement Rural représentait la République du Trinidad et Tobago. La Caricom de son coté a délégué Monsieur Stéphen Farquharson. Et, le diplomate Peterson Noël ambassadeur représentant d’Haïti à la Caricom était du nombre des convives en provenance de l’étranger.

Les secteurs public et privé, par l’entremise de plusieurs institutions ont appuyé d’une façon ou d’une autre cette activité importante dans le cadre de la défense des droits des consommateurs en Haïti tout en tenant compte de la qualité des services fournis aux contribuables et aux clients. Le premier jour, Monsieur Nesmy Manigat, ancien ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle, accompagné du représentant du directeur général de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Monsieur Jean Miguelite Maximé, commissaire divisionnaire, composaient le panel.

« La PNH est une institution pourvoyeuse de ce service indispensable à la paix dans la cité que nous appelons Sécurité et qui peut être considérée comme étant un besoin qui vient tout juste après les besoins physiologiques. Avec un policier pour 900 personnes, le sous-effectif de la PNH est à la base de la carence et parfois même de l’absence des services offerts par l’institution dans plusieurs sections communales. Cependant, des efforts sont en train de se réaliser au sein de l’institution afin d’améliorer la qualité des services ». C’est ce qu’a promis le directeur de cabinet, Jean Miguelite Maximé.

La 2ème  journée du colloque de SALCONH coïncide avec la journée internationale des droits des consommateurs soit le 15 mars 2018.

«  Ce serait selon moi plus rationnel de mettre l’accent sur l’importance de la formation des consommateurs et des usagers. C’est un atout pour la compétitivité, synonyme de l’amélioration de la qualité de service. Dans le cadre de ce combat, Salconh aura à faire face à trois grands défis. Il s’agit du cadre légal et institutionnel qui inclut l’exécutif, le législatif, l’office de protection du citoyen, la société civile, de l’informalité du commerce, des exigences de la mondialisation et du e-commerce ». De cette façon, l’ex Ministre Manigat a jugé opportun de formuler ses points de vue.

Monsieur Gary Bodeau, dans son costume de président de la Chambre des députés, a voulu rassurer les initiateurs du colloque qu’il va poursuivre les discussions avec le président du Sénat pour le vote du projet de loi sur la consommation afin de doter le pays d’un outil juridique pouvant garantir la protection des consommateurs haïtiens. « Je formule la promesse  de tout tenter pour parvenir à convaincre mes collègues de faire le nécessaire pour que ledit projet de loi soit voté », a rassuré le parlementaire de la 50ème législature.

En signe de sa ferme volonté de renouveler son plein appui à Salconh, le titulaire du Commerce a fait ces révélations. « Une vingtaine d’agents de contrôle sont en train de recevoir des formations nécessaires. Ils seront déployés sur le terrain dans le but de faire le travail de contrôle de qualité. En ce sens, l’État haïtien s’engage à mener les actions nécessaires en rapport avec la loi afin de protéger les consommateurs. Et, la lutte pour la protection des consommateurs, c’est un pari que nous devons gagner », a fait savoir Pierre-Marie Du Mény, Ministre du Commerce et de l’Industrie.

Journée internationale des droits des consommateurs

La 2ème  journée du colloque de SALCONH coïncide avec la journée internationale des droits des consommateurs soit le 15 mars 2018. Après les interventions de Roro Pharel, Simon Saint-Hubert, Fred Brutus, Gary Victor, et Israel Jaky Cantave, des ateliers ont été organisés en vue de débattre sur les normes et politiques commerciales de l’importation, la situation générale de la qualité des biens et services dans le monde, la question de dollarisation du marché haïtien, l’accréditation et conformités dans la CARICOM et l’état des structures de contrôle de qualité en Haïti.

Parallèlement, à l’Oasis Hôtel à Pétion-Ville, l’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH), organisation haïtienne d’Observation, de Promotion et de Défense des droits humains condamne l’attitude de l’Etat haïtien qui privilégie ses intérêts et ceux de ses alliés au détriment des intérêts des consommateurs haïtiens, lit-on dans un communiqué de presse portant la signature de Me. Joinet Merzius. Le Spécialiste en droit International des droits de l’homme et Coordonnateur Général de l’OHDH, rappelle que les droits fondamentaux des consommateurs incluent le droit à la sécurité, le droit à l’information, le droit de choisir et le droit d’être entendu.

L’OHDH regrette que les droits des consommateurs haïtiens soient systématiquement violés par l’Etat haïtien qui ne se soucie guère de ce que la population locale consomme et de la qualité de ces produits. Par ailleurs, l’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) a condamné les mauvais services fournis par les compagnies de téléphonie mobile et d’internet qui ne peuvent plus répondre aux attentes de la population haïtienne et qui, de façon malicieuse, soutirent de l’argent des consommateurs.

Dans ce communiqué, l’Observatoire dénonce la complicité de l’Etat haïtien et fustige son comportement via le Conseil National des Télécommunication (CONATEL) qui ne protège pas les utilisateurs des téléphonies mobiles et qui ne rend pas effective la Portabilité comme cela devait être dans une société respectueuse des droits fondamentaux de la personne humaine.

Tout en saluant la lutte et le réveil des citoyens haïtiens pour le respect des droits des consommateurs à l’occasion de la journée internationale des droits des consommateurs, ce 15 mars 2018, l’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) invite la population à se mobiliser pour le respect de ses droits, et exhorte le parlement à légiférer sur la question en vue de faciliter la « justificabilité » des droits des consommateurs en Haïti et enjoint l’Etat haïtien, garant des droits fondamentaux de la personne humaine, à prendre ses responsabilités en agissant dans l’intérêt des consommateurs haïtiens.

En marge de cette activité, un journaliste de radio Scoop FM s’est fait tchwipé par Pierre Espérance. Pierre lui a gratifié de ce geste méprisant en guise de réponse à la question selon laquelle ce défenseur des droits de l’homme ne serait pas habilité à lapider les dilapidateurs patentés des 4 milliards de Pétro Caribe. Car lui aussi il en fait partie intégrante pour avoir bénéficié de plusieurs millions de gourdes via le BMPAD sous la présidence de Jocelerme Privert.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY