Pourquoi Haïti doit suivre l’exemple politique actuel de l’Afrique francophone

Haïti a souffert des occupations occidentales et de l’ingérence dans ses affaires. Le peuple de cette nation lutte pour se libérer de cette domination et peut se tourner vers les mouvements de masse en Afrique francophone.

0
586
Des manifestants au Kalfou Rezistans exigeant la destitution du Premier ministre Ariel Henry à Port-au-Prince, en Haïti, le 7 septembre 2022.

Il y a eu neuf coups d’État au cours des trois dernières années dans les anciennes colonies françaises d’Afrique : Mali, Guinée, Burkina Faso, Tchad, Niger, Tunisie et récemment Gabon. Certains en Afrique francophone ont réalisé quelque chose que les Haïtiens savaient il y a plus de 200 ans sous la direction de Jean Jacques Dessalines : l’ingérence dans les affaires d’une nation indépendante ne sera pas tolérée simplement parce que la domination de cette nation est sous le contrôle de personnes non-blanches. Cela est particulièrement vrai des peuples du Sud qui ont été pillés par les élites parasites d’Europe et leur progéniture occidentale depuis l’époque de Colomb.

En tant qu’Haïtien, je comprends à quel point la puanteur du colonialisme français persiste dans ses anciennes colonies. La malédiction de cette langue française dans l’esprit de ses anciens colonisés rend les victimes de ces chiens français amoureux de l’idée d’être acceptées comme des suceurs de sang français. Et plus encore, il n’y a pas de Noir à l’esprit colonisé pire qu’un Noir à l’esprit colonisé parlant français. Franz Fanon a évoqué ces réalités du colonialisme français dans son ouvrage classique : « Peaux noires, masques blancs ». En fait, je dirais que ce qui a contribué à la brillante compréhension de Fanon de la nature horrible du colonialisme était le fait qu’il était un psychiatre noir élevé dans une colonie des Caraïbes françaises. Beaucoup de ses déclarations rappellent celles de l’un des plus grands polémistes haïtiens sur la nature du colonialisme : le baron De Vastey, principal écrivain intellectuel et consultant politique du roi Henri Christophe d’Haïti.

Le nombre de pays candidats aux BRICS a déjà doublé.

Les Africains francophones ont compris qu’on ne peut pas faire confiance à la France et à ses alliés de l’OTAN. Des pays comme le Niger, qui n’ont quasiment pas d’électricité, mais qui fournissent à la France des quantités massives d’uranium, garantissent l’abondance de l’électricité française. Toute l’Afrique francophone est prise au piège du système du franc CFA qui paupérise 14 nations. Ces réalités ont amené l’Afrique francophone à comprendre qu’elle devait rompre avec la France et rechercher des alliances avec la Russie et la Chine. Une telle solution ne semble radicale qu’aux Occidentaux tellement imprégnés de propagande qu’ils ne se rendent pas compte du nombre de pays candidats à rejoindre les nations BRICS, dont la Russie et la Chine sont les forces dominantes. Le nombre de pays candidats aux BRICS a déjà doublé. Le Sud global pivote vers l’Est, y compris ses rivaux l’Arabie Saoudite et l’Iran. Ils réalisent qu’ils ne peuvent plus faire face à la mascarade de la démocratie libérale, de la pseudo-justice et des soi-disant « droits de l’homme » parrainés par l’Amérique et ses alliés de l’OTAN.

Pourquoi Haïti devrait-il faire confiance à l’une de ces nations parasites suceuses de sang du Core Group, en particulier les États-Unis, le Canada et la France ?

Pour l’Afrique francophone, la France a été le fléau de leur existence. Ce n’est que l’attrait toxique de la culture française, payé avec le sang colonial, qui empêche de nombreux membres de la diaspora noire américaine de réaliser à quel point les Français sont racistes, même comparés aux Britanniques. En fait, ce lien vous mènera à une excellente ressource YouTube intitulée : « La différence entre le colonialisme britannique et français en Afrique ».

Haïti doit pivoter

Depuis l’occupation américaine d’Haïti entre 1915 et 1934, Haïti est en fait un pays sans souveraineté, à l’exception de la présidence de Dumarsais Estime : 1946-1950, probablement le plus grand président qu’Haïti ait eu au 20ème siècle. Tous les grands présidents suivants : Magloire, Papa Doc et Baby Doc ont joué une danse de la guerre froide uniquement pour se ranger du côté des Américains et écraser tout mouvement socialiste ou communiste en Haïti. Aristide était l’ennemi public numéro un du monde occidental après que la chute de l’Union soviétique ait rendu l’ordre capitaliste international tellement ivre de pouvoir que même la légère théologie de la libération d’Aristide a servi de base à un coup d’État soutenu par les États-Unis en 1991.

Ce qui est problématique, c’est qu’à son retour en 1994, Aristide a signé, à la demande de Bill Clinton, des plans d’ajustement structurel qui privatisaient les actifs de l’État et permettaient à plusieurs amis de Clinton de piller les coffres d’Haïti. Aristide a également signé un accord qui condamnait les Haïtiens à perpétuité. À la demande de Bill Clinton, qui voulait tuer la production de riz d’Haïti pour inonder le marché haïtien de riz de l’Arkansas, Aristide a abaissé les droits de douane sur le riz haïtien produit à l’échelle internationale de 50 % à 3 %. Cela a permis à Haïti d’être inondé de riz bon marché de l’Arkansas, ce qui a provoqué l’effondrement complet de la production de riz haïtienne jusqu’à ce jour. Haïti, autrefois l’un des plus grands producteurs de riz des Caraïbes, est désormais obligé de mendier auprès des étrangers pour pouvoir s’acheter du riz.

Haïti, le premier État-nation noir d’Occident, souffre de la menace d’une invasion étrangère depuis son indépendance en 1804. L’idée d’anciens esclaves noirs battant militairement le trio de l’Empire espagnol, de l’Empire britannique et enfin de la France napoléonienne, pour se libérer de l’esclavage et de l’indépendance, a toujours été trop difficile à accepter pour la « soi-disant » civilisation occidentale d’après Colomb. .

Cependant, en 2003, un nouveau type de démon a été rassemblé pour refuser aux Haïtiens une célébration du bicentenaire et leur donner un deuxième coup d’État d’Aristide mené par une coterie des élites noires haïtiennes les plus traîtres, unissant leurs forces à l’oligarchie haïtienne internationale composée principalement d’éléments syriens et moyen-orientaux descendants qui constituent une classe tampon de parasites en Haïti depuis le début du 20e siècle. Indépendamment de la myriade d’erreurs d’Aristide, se rangeant du côté des ennemis traditionnels d’Haïti qui ont donné naissance à l’Initiative d’Ottawa de 2003 qui a créé le groupe CORE composé de la France, des États-Unis, du Canada, de l’Union européenne, de l’Allemagne, du Brésil et de l’Organisation des États américains, C’était un acte de trahison digne d’un peloton d’exécution, si de telles choses étaient légales.

Regardez combien de dégâts le Core Group, avec les États-Unis, la France et le Canada à la barre, a causé à Haïti depuis 2004, en particulier après le tremblement de terre de 2010. Toutes ces interventions étrangères que le Core Group et les États-Unis ne cessent de réclamer, de la MINUSTAH à la demande actuelle de soldats kenyans, ne sont que des prétextes. Surtout quand ce sont les oligarques haïtiens, qui ont toujours travaillé dans le passé à la demande du Département d’État américain, qui parrainent les gangs et les arment en Haïti. Le Canada a « sanctionné des oligarques haïtiens d’origine moyen-orientale pour avoir prétendument vendu des armes à feu à des gangs en Haïti. » Pourtant, aucune arrestation n’a eu lieu. Tout cela est fait parce que le Core Group, comprenant les États-Unis et le géant minier Canada, veut purger Haïti des Haïtiens, tout comme le permet le nouveau programme de visa de Biden, afin de pouvoir capturer toutes les ressources souterraines qui ont été découvertes en Haïti depuis les années 1990.

Les masses haïtiennes, qui n’ont jamais rien reçu de l’État depuis 1806 et qui n’ont cessé de protester contre l’impérialisme américain et occidental, sont sur la bonne voie.

Le Canada exploite déjà de l’or en Haïti. Et juste après le tremblement de terre de 2010 en Haïti, des contrats pour l’iridium et le pétrole ont été signés pour l’exploitation du Core Group. Pourquoi Haïti devrait-il faire confiance à l’une de ces nations parasites suceuses de sang du Core Group, en particulier les États-Unis, le Canada et la France ? C’est pourquoi les Haïtiens doivent formuler la première revendication intelligente pour Haïti depuis la révolution de 1946. Les Haïtiens doivent suivre l’exemple de l’Afrique francophone et se tourner vers la Russie et la Chine pour obtenir de l’aide. Les deux pays ont déjà tenté de bloquer les demandes d’intervention américaine en vue d’une occupation militaire étrangère d’Haïti depuis l’assassinat de Jovenel Moise, qui a été tué, probablement avec l’aide américaine, parce qu’il demandait de l’aide aux Russes. « The Intercept » a déjà écrit des articles faisant allusion à l’implication des États-Unis dans l’assassinat.

Haïti est l’un des quatre pays des Caraïbes qui reconnaissent même Taiwan. Cela a été fait sous le vice-président Nixon, allié du noyau dur et anticommuniste du président Paul Magloire, pendant la guerre froide de 1956. Cette politique doit devenir obsolète et Haïti doit embrasser à la fois la Russie et la Chine, mais la Chine en particulier a déjà recherché Haïti comme allié, comme discuté dans cet article.

Les masses haïtiennes, qui n’ont jamais rien reçu de l’État depuis 1806 et qui n’ont cessé de protester contre l’impérialisme américain et occidental, sont sur la bonne voie. Qu’en est-il des autres secteurs en Haïti et dans toute la diaspora ? Ces gens doivent suivre la bonne voie de leadership des masses haïtiennes et cesser d’être les pions de nos ennemis du Core Group. Haïti doit pivoter vers les BRICS, en particulier la Russie et la Chine. La nation de Dessalines était autrefois à la tête du monde dans une politique de libération radicale. Aujourd’hui, après 32 ans d’humiliation, Haïti doit suivre ses frères africains francophones vers la liberté.


*Pascal Robert est co-animateur du podcast THIS IS REVOLUTION et rédacteur en chef du magazine Sublation.

​Traduit de l’article en anglais dans le
Black Agenda Report 27 septembre 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here