Pour une utilisation partagée, juste et durable de la rivière Massacre

Non à la fermeture de la frontière qui nuit aux deux peuples ! Réouverture des frontières maintenant ! Pour une utilisation partagée, équitable et durable des rivières binationales ! Pour la défense des fleuves binationaux contre la prédation capitaliste ! Unigold et Barrick Gold hors des frontières ! Contre l’agitation de droite des deux côtés de la frontière ! Non à la xénophobie et au racisme, aux travailleurs et à l’unité populaire ! Puisse la Nappe Binationale inclure les organisations populaires, ouvrières, paysannes et académiques !

0
673
Le peuple haïtien mobilisé doit garantir que le nouveau canal n'est pas privatisé, mais qu'il est d'intérêt collectif,

Le 15 septembre 2023 a commencé l’exécution des mesures annoncées dans l’ultimatum du lundi 11 par le Président Abinader, concernant la construction d’un canal d’irrigation en Haïti sur la rivière Dajabón ou Massacre, un fleuve binational. La frontière a été fermée et militarisée, l’octroi de visas a été suspendu, des sanctions individuelles ont été appliquées aux citoyens haïtiens et de nouveaux travaux ont été annoncés pour capter l’eau du fleuve et empêcher son utilisation par Haïti, dans une attitude qui violait ouvertement le traité binational de 1929.

Nous nous joignons aux voix des écologistes, des socialistes et des religieux qui, avec dignité, bon sens et courage, ont appelé à abandonner ces mesures agressives et à respecter le droit du peuple haïtien à accéder à l’eau des rivières binationales, et à nouer des liens de coopération et de solidarité à une utilisation rationnelle et durable d’une ressource menacée des deux côtés de la frontière par le réchauffement climatique, la déforestation et la surexploitation agro-industrielle, animale et méga-minière.

Abinader annonce la fermeture de la frontière avec les militaires

Abinader a annoncé qu’il construirait le barrage Don Miguel et rouvrirait la prise d’eau de La Aduana, en soustrayant une quantité importante d’eau pour la réincorporer dans la rivière en aval du canal haïtien. Lors de sa conférence de presse de lundi, Abinader a déclaré que dans le cadre de ses représailles, il construirait unilatéralement un barrage sur le fleuve Artibonito, qui prend sa source en République Dominicaine mais est le principal fleuve d’Haïti, et a précisé que le barrage Don Miguel ne serait pas construit à usage binational, mais exclusivement dominicain.

Les mesures du gouvernement dominicain ont été précédées par la mobilisation de matériel militaire et de machinerie lourde du côté dominicain de la frontière, ce qui a généré une importante mobilisation populaire du côté haïtien. Les mesures d’Abinader démontrent qu’il a l’intention de priver le peuple haïtien de ses droits à tout prix, y compris en ruinant économiquement les communautés frontalières dominicaines avec la fermeture de la frontière. Nous le rejetons et exigeons la reconnaissance de l’égalité des droits entre les deux peuples.

Le traité de 1929 soutient le droit d’accès à l’eau des rivières binationales

Le gouvernement dominicain interprète le Traité de paix, d’amitié perpétuelle et d’arbitrage de février 1929 comme s’il lui accordait un droit de veto sur tout projet haïtien d’utilisation des rivières binationales. Cette interprétation est écartée dans le texte du traité lui-même. L’article 10 établit que les deux États s’engagent à « n’effectuer ni consentir aucun ouvrage susceptible de modifier le débit » des cours d’eau ou de modifier « le produit de leurs sources ». Le même article précise : « Cette disposition ne peut être interprétée dans le sens de priver aucun des deux États du droit d’utiliser, d’une manière juste et équitable, dans les limites de leurs territoires respectifs, lesdits fleuves et autres cours d’eau pour l’irrigation des terres et à d’autres fins agricoles et industrielles ». Le traité ne peut pas être interprété comme le fait Abinader. L’article 3 établit un mécanisme pour résoudre les différends, qui n’est pas l’application de fermetures de frontières ou de sanctions collectives, comme le souhaite Abinader, mais plutôt l’arbitrage, après épuisement des voies diplomatiques. Cet article est également violé par Abinader.

Luis Abinader flanqué de ses militaires annonce la fermeture de la frontière

Abinader a lancé son ultimatum avant les négociations diplomatiques, qui ont eu lieu mercredi 13 et jeudi 14. Tant l’ultimatum que les négociations détruisent le faux argument selon lequel le gouvernement haïtien désavoue le travail mais n’exerce pas de contrôle sur ce territoire. Si cette déclaration était vraie, à qui Abinader a-t-il adressé son ultimatum, sur qui compte-t-il faire pression avec les sanctions et avec qui négociait-il les 13 et 14 ? Abinader a admis que le canal avait été conçu par DINVAI, une entreprise d’État cubaine, en 2011. Selon Olgo Fernández, ancien directeur de l’INDRHI, des Haïtiens ont demandé l’approbation du gouvernement dominicain pour les travaux en 2013, 2015 et 2017. le gouvernement les a rejetées à trois reprises, alors qu’il disposait de onze prises d’eau du côté dominicain. Cette injustice évidente a été soulignée par des secteurs du service jésuite en République dominicaine, qui ont appelé le gouvernement dominicain à reconnaître qu’il s’agit de ressources binationales et qu’elles doivent être partagées. Par ailleurs, dans une lettre du ministre des Affaires étrangères Roberto Álvarez en juillet 2021 à son homologue haïtien, l’État dominicain reconnaît avoir créé sans consultation les nombreuses prises d’eau dominicaines sur la rivière Massacre.

Comme on le sait, au cours des trois dernières années, le gouvernement Abinader a exigé auprès de l’ONU et de l’OEA l’invasion et l’occupation militaire étrangère d’Haïti, et en insistant sur le fait que le conflit n’est pas avec l’État haïtien mais avec des individus, il instrumentalise le conflit par le canal d’irrigation pour continuer à exiger une intervention militaire impérialiste.

Le gouvernement Abinader a reconnu que le canal d’irrigation haïtien n’a pas détourné le fleuve en 2021

En mai 2021, l’INDRHI a publié un rapport, repris dans la presse dominicaine, dans lequel elle reconnaissait que le canal haïtien exigerait 1,5 mètre cube d’eau par seconde, « en dessous des prélèvements effectués du côté dominicain », ajoutant que près de 70 % « des terres agricoles sur le sol dominicain ont leurs ouvrages de captage situés en amont du point de dérivation projeté pour le canal », et ne seraient pas affectées. Concernant cette caractérisation technique, le gouvernement dominicain a signé le 27 mai la déclaration binationale dans laquelle il reconnaît que « les travaux commencés sur la rivière Dajabón ou Massacre pour la collecte de l’eau ne consistent pas en une dérivation du lit de la rivière ». Dans la déclaration, il a été convenu de former une nappe phréatique binationale pour élaborer un protocole technique pour la gestion coordonnée de tous les bassins hydrographiques transfrontaliers et garantir la gestion conjointe des ressources, faisant appel à une assistance technique internationale. Il n’a pas été convenu dans cette déclaration commune d’arrêter la construction du canal.

Mobilisation des troupes le 15 septembre 2023. Photo: Gordy Reyes

Pourquoi le gouvernement d’Abinader a-t-il fait un virage à 180 degrés sur la question et parle-t-il désormais d’un prétendu détournement du fleuve si cela était démenti par l’INDRHI ? Les néo-Trujillo et les secteurs d’extrême droite ont critiqué le gouvernement en 2021 pour avoir accepté que l’État haïtien tire l’eau de ce fleuve binational. Face aux critiques de ces secteurs, Abinader a adapté son discours et sa politique. Fin mai 2021, il a minimisé ce qui avait été convenu dans la déclaration binationale, affirmant que la seule chose convenue était la formation d’une commission technique. Abinader a pris une position agressive, exigeant que les travaux sur le canal soient arrêtés unilatéralement et sans condition, violant la lettre et l’esprit du traité de 1929. De cette manière, la table technique a été boycottée, qui ne s’est donc jamais réunie.

Contre l’agitation de droite et les méga-pillages miniers, solidarité entre les peuples

Nous rejetons le climat d’hystérie de droite qui menace de prévaloir dans le débat public dominicain, sous les harangues démagogiques d’un président qui entend se faire réélire en faisant appel aux sentiments xénophobes et racistes les plus bas, à la manière de Trump et de Bolsonaro. La tension frontalière a été précédée de trois années de violences racistes contre les travailleurs immigrés haïtiens, notamment des expulsions massives et des détentions arbitraires de femmes enceintes et de nourrissons non accompagnés, entre autres crimes graves, avec le silence complice des gouvernements de facto de Jovenel Moïse et d’Ariel Henry. .

Un exemple récent de cette violence anti-haïtienne systématique a été la formation de groupes paramilitaires à Dajabón, dirigés par le maire Santiago Riverón, du même parti qu’Abinader, et l’expulsion de nombreux travailleurs haïtiens et de leurs familles de leurs maisons dans cette zone, y compris le retrait des enfants haïtiens des écoles sous les menaces de mort de gangs néofascistes opérant avec le soutien officiel. Tout cela après qu’un groupe de criminels ait assassiné quatre personnes dans une ville rurale frontalière. Bien que les autorités et la presse aient initialement déclaré que le crime avait été commis par un « gang haïtien », la police nationale a ensuite admis que le chef du groupe criminel était un citoyen dominicain, David Cruz Jiménez. Nous nous souvenons et rejetons également les événements répressifs brutaux survenus au complexe industriel de Codevi, qui ont coûté la vie à plusieurs travailleurs haïtiens ces derniers mois. Bien que marginalisés et persécutés, il y a toujours eu des secteurs du peuple dominicain qui ont rejeté ces politiques racistes et répressives, se montrant solidaires de leurs frères de classe haïtiens.

Ni le gouvernement de facto d’Ariel Henry ne représente le peuple haïtien, ni la droite néo-Trujillo ne représente le peuple dominicain. Bien qu’ils se déguisent en nationalistes, nous n’oublierons jamais que la droite dominicaine a soutenu l’invasion et l’occupation américaine de 1965 et, dans le cas de la droite haïtienne, a soutenu l’occupation militaire de la MINUSTAH entre 2004 et 2017. Face aux tentatives des deux bourgeoisies qui servent l’impérialisme pour diviser et affronter la classe ouvrière des deux pays, nous appelons à ne pas tomber dans leurs manipulations. Nous devons plus que jamais renforcer les liens de solidarité entre nos peuples, car tous deux subissent déjà les effets négatifs de la fermeture des frontières. Les deux peuples ont le droit à l’autodétermination et à l’utilisation des ressources nécessaires à leur vie. Luttons ensemble pour que les critères scientifiques et judiciaires prévalent enfin dans la gestion des rivières binationales, pour parvenir à une utilisation de l’eau basée sur la coopération et de manière écologiquement durable.

Le peuple haïtien mobilisé doit garantir que le nouveau canal n’est pas privatisé, mais qu’il est réellement d’intérêt collectif, et le peuple dominicain doit résister aux tentatives du gouvernement Abinader d’imposer une nouvelle loi privatisant l’eau, main dans la main avec la compagnie israélienne Mekorot, et céder de vastes territoires frontaliers à des méga-entreprises minières qui consomment et contaminent d’énormes quantités d’eau, bien plus importantes que celles qui seraient utilisées par le canal haïtien au centre du conflit.

Au milieu de la crise environnementale et climatique mondiale, les deux pays insulaires sont très vulnérables aux événements extrêmes tels que les sécheresses et les inondations. Pour cette raison, il est nécessaire d’unir nos forces pour préserver les bassins fluviaux, les reboiser et empêcher les plans criminels du gouvernement dominicain d’avancer pour approfondir les méga-exploitations minières au service du capital impérialiste canadien. En mars 2023, le gouvernement Abinader a accordé à la société Unigold une concession d’exploitation d’or dans la municipalité frontalière de Restauración, dans la province de Dajabón, qui affecterait non seulement les rivières dominicaines mais aussi les rivières binationales comme l’Artibonite et la rivière Massacre. Unigold s’est associé au canadien Barrick Gold pour exploiter la concession Neita Norte, de plus de dix mille hectares, et est en train d’obtenir une autre concession, Neita Sur, de plus de neuf mille hectares.

La droite pseudo-nationaliste dominicaine, tout en faisant campagne contre l’haïtienisme, soutient la capitulation d’Abinader et le pillage minier. L’alliance des travailleurs insulaires, des paysans et des communautés est nécessaire pour résister à ces plans de pillage et de destruction de l’environnement, car les deux peuples ont des ennemis communs.

C’est pourquoi nous disons :

Non à la fermeture de la frontière qui nuit aux deux peuples ! Réouverture des frontières maintenant !

Pour une utilisation partagée, équitable et durable des rivières binationales !

Pour la défense des fleuves binationaux contre la prédation capitaliste ! Unigold et Barrick Gold hors des frontières !

Contre l’agitation de droite des deux côtés de la frontière ! Non à la xénophobie et au racisme, aux travailleurs et à l’unité populaire !

Que la Nappe Binationale intègre les organisations populaires, ouvrières, paysannes et académiques !

MST, 17 septembre 2023

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here