Position de la CATH sur la crise Haïtienne

0
442
Centrale Autonome des Travaileurs/euses Haïtiens/nes (CATH)

La Centrale Autonome des Travaileurs/euses Haïtiens/nes (CATH) exprime sa vive préoccupation face à cette situation de misère que sont contraintes de subir les masses populaires opprimées et d’une façon toute particulière les Ouvriers/ères du Secteur Textile Haïtien. Ces rudes Travailleurs/ses soufrent quotidiennement dans leur âme et dans leur corps subséquemment aux révoltantes conditions inhumaines qu’ils/elles subissent tant sur leurs lieux de travail que dans les rues et qui s’est aggravée au cours des dernières semaines.

La CATH condamne l’assassinat crapuleux de 3 camarades tombées récemment sous les balles de criminels sans foi ni loi dont une dans la ville du Cap et deux autres dans la capitale haïtienne. Comme l’on devrait s’y attendre, aucune des Autorités Etatiques n’a jugé nécessaire d’adresser même un mot de sympathie à leur famille éplorée par ces pertes voir de les supporter. Alors, la population toute entière s’est rendue à l’évidence que ces responsables irresponsables font tout pour trainer le pays jusqu’aux confins des bas-fonds du sous-développement abject. Certes, les Travailleurs/euses en seront les premières victimes des conséquences des attitudes manifestement inconséquentes de ces suppôts du capitalisme mondial.

Ainsi, la CATH croit que c’est plus que nécessaire de tirer la sonnette d’alarme pour éviter que la barque nationale ne chute sur les récifs de cette politique d’appauvrissement à outrance pratiqué par ce gouvernement fantoche déterminé à satisfaire à la lettre les moindres caprices du Fond Monétaire International (FMI) visant à répondre aux exigences inacceptables et anti-ouvrières à travers des décisions aussi irrationnelles qu’impopulaires notamment l’augmentation à la pompe du prix de l’essence à plus de 120%. Ces mesures suicidaires et criminelles adoptées en dehors de la loi sont venues compliquer encore le quotidien déjà dramatique des Travailleurs/euses qui triment pour une pitance, tout aussi bien que les Masses Populaires qui gisent dans une oppression pesante. A un moment où la Population entière se retrouve coincée entre les serres aciérées de la misère, de l’insécurité, des enlèvements contre rançon tandis que parallèlement les membres du Gouvernement ne cessent de patauger au vu et au su de tous et de toutes dans la marre puante de corruption qui fait la une de toutes les actualités. Et, la CATH estime qu’enfin c’en est trop. « Se twòp atò ».

La CATH prend acte de la note du secteur privé des affaires qui s’aligne à la décision criminelle du gouvernement de facto dans sa politique injuste, inhumaine et insensée de décapitalisation des couches économiquement plus faibles. Ainsi, si vous voulez qu’on vous prenne au sérieux, la CATH vous exhorte à ajuster ipso facto le salaire minimum de 150% selon le voeu de votre propre note en attendant que le pays soit doté d’un gouvernement responsable capable d’adresser tous les problèmes auxquels la Population fait face. En outre, la CATH condamne sans la moindre réserve l’incident regrettable survenu le jeudi 29 septembre dernier, où à l’appel des dirigeants de la CODEVI, des militaires dominicains avec des chars de guerre ont foulé le sol sacré de Dessalines en faisant irruption sur le territoire haïtien à Ouanaminthe. Ces brutes ont martyrisé plus d’une trentaine d’Ouvrirer/ères tout en portant de graves affronts à notre souveraineté en violation de la Constitution Haitienne ainsi que les Normes Internationales du Travail. En ce sens, la CATH, en tant que Syndicat de lutte de Classe et de Masse sollicite la Solidarité du Mouvement Ouvrier Classiste International UISTEXGAL et la FSM pour nous aider à dénoncer la politique d’oppression à l’encontre de ces Travailleurs/euses victimes de graves agressions physiques et morales jugées révoltantes.

Fort de toutes ces considérations, la CATH exige du Premier Ministre de facto Ariel Henry le retrait sans délai de cette décision injuste qui consiste à augmenter d’une façon inconsidérée le prix du carburant à la pompe. Nous invitons les forces vives du Pays à mettre en place un gouvernement à caractère socialiste qui prendra en compte toutes les désiderata de la Population entière. Ainsi la CATH exige du Gouvernement de :

Mettre fin à l’application de toute politique dictée par le FMI,

Adopter une stratégie visant à réinstaurer un climat de sécurité sur l’ensemble du territoire national,

Cesser les violations policières contre la population qui défend ses droits légitimes à travers des manifestations pacifiques,

Adopter des dispositions visant à combattre la vie chère et l’inflation,

Fournir des explications claires et précises sur les 3 milliards ainsi que les 135 millions destinés initialement à soulager la misère des couches les plus vulnérables de la Population

Accorder des subventions substantielles aux couches vulnérables de la Population en général et d’une façon toute particulière aux Travailleurs/euses.

Annuler sans condition le circulaire 114 de la BRH qui permet aux riches de s’enrichir plus encore avec le dollar provenant des transferts (remèt Pèp la kòb US li jan yo voye l pou li a).

Sur cette base, si le gouvernement refuse de répondre aux revendications légitimes de la Population, la CATH va continuer, aux côtés d’autres organisations de base et des Masses Populaires ainsi que les Travailleurs/ses à prendre part activement à toutes les formes de mobilisation ayant pour objectif à forcer le premier ministre Ariel Henry à se démettre de ses fonctions et ce, san délai.

Vive la lutte des Masses Populaires !

Vive la CATH !

Vive AYITI !

Vive la FSM !

À bas le FMI !

À bas le Capitalisme et l’Impérialisme !

 

Pour le Comité :                                                                                                           

Fignolé ST-CYR
Secrétaire Général

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here