« Pleins Feux Sur » : Eddy Prophète (Port-au-Prince 1934 ?)

0
105
Eddy Prophète « Un claviériste aux multiples références »

« Un claviériste aux multiples références »

 

Élevé dans un entourage épris du sortilège des claviers, Eddy s’est évertué très tôt à étaler ses fugues pianistiques et ses capacités d’accordéoniste. Ce qui lui permit d’être sous les feux de la rampe parmi quelques prétendants de choix. Entre les collaborations éphémères, ce claviériste prodige fit son baptême de feu au sein de l’« Orchestre Latino » à la fin des années 1950, au sein duquel il mit en œuvre son toucher florissant. Après la dissolution de ce groupe, il est repéré avec le trépidant « Super orchestre de Wébert Sicot », formé sous les cendres du « Latino ». C’est alors que Eddy a continué sa ronde de jeune pianiste et d’accordéoniste, en y mettant en valeur son style extasié, imbibé d’échappées arythmiques ; contribuant de ce fait à la montée de la méringue-kadans rampa.

Ultérieurement à ses fructueuses randonnées avec ‘’La Flèche d’or’’ avec laquelle il a engrangé tant de données. Spécialement au cours des tournées interminables de la bande à Sicot. On l’a repéré par la suite dans les Antilles Françaises où il s’est bâti une solide renommée de claviériste inspiré et d’un élaborateur plausible qui y laissa sa marque indélébile ; avant de se fixer au Canada. Pianiste aux racines multiples : populaire, classique, contemporain, jazz, il reconnait l’influence de ‘’Nono’’ Lamy qui fut, sur la scène nationale, son maitre à penser, et dont il a maintenu le sens de la perfection. Ainsi que celle du fameux Marius Cultier, son compagnon durant son séjour à la Guadeloupe. Tandis que avec McCoy Tyner, c’est l’amour du jazz qui les a liés.

Avec une carrière bien remplie, Eddy demeure dans son style très fécond, un grand pianiste contemporain qui intègre tout à son univers. On n’a qu’à auditionner son c.d ‘’Katso’’ pour sentir comment il a incorporé de nouvelles perspectives aux anciennes traditionalités, avec une touche agrémentée de slaloms et de paraphrases, tout en renonçant à toute uniformité. Il a su créer par l’intensité de son jeu, une atmosphère faite d’accumulation des vibrations et de réitérations provoquées par des martèlements lumineux. Tandis que, dans l’œuvre :’’ Jazz à la rencontre’’, il s’est employé à bâtir des sommets et des accommodements d’une rare pureté, de clarté et de swing. A travers des excursions jazzistiques, dans lesquelles, il investit toutes les métaphores, en effectuant une relecture des standards.

quelle maestria, au comble de forzando et de cette syncopation qu’il exhibe en galvanisateur aux multiples repères.

Autant de palettes permettant de situer ce pianiste accompli, dont la magie est sans cesse demandée dans les milieux locaux et à l’étranger. Sa réalisation : ‘’Interculturel-Entèkiltirèl- Intercultural’’ nous renvoie aux sources initiales, avec ses coups d’éclat, ses innovations éclectiques, ses arrangements sophistiqués et sa saveur latine. Au comble d’un piano ultra-lyrique et d’une musique dansante, mais d’une quintessence intelligente. Prouvant que toute musique d’ambiance n’est pas forcément préconçue. Vers la fin des années 1990, il s’est implanté comme le plus actif musicien haïtien de musique conceptuelle ; devenant un régal pour le public nippon comme l’a démontré l’œuvre :’’ Kreyol jazz in Japan’’, produite en tandem avec l’immortel samba Azor.

Œuvre instillée d’une prolixité inouïe et d’une chaleur ardemment fusionnée ; faisant jaillir un torrent de paramètres à la fois contrastés et fascinants. Une approche en fait cérébrale dans l’élaboration du jazz à l’haïtienne. Ses critiques parlent à son sujet de cette retenue du blues, qui ramène sa musique à une ronde joyeuse, a placiere ; en manque de glissando. Il est vrai que le fait pour lui d’être aussi prolifique peut-être une cause de situer sa singularité. Mais, qui peut lui tenir rigueur d’être aussi créatif et si demandé pour son savoir-faire, ici et ailleurs. De plus, quelle maestria, au comble de forzando et de cette syncopation qu’il exhibe en galvanisateur aux multiples repères. Compositeur, Eddy s’est aussi établi en arrangeur et claviériste établi de la compagnie ‘’Mini Records’’. Pour laquelle, il mit son empreinte dans les productions : ‘’Haitiando’’, lesquelles il faut le dire pèchent par assimilation dans une approche trop latine des grands succès locaux.. Cependant, il demeure à coup sûr, l’un des rares de son environnement à s’imposer par le triomphe de qualité. Continuant à travers le monde à faire briller le fumet pianistique du terroir natal.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY