PetroCaribe : Mutisme complice des intellectuels GNB

Liste des Conzé de 2004

0
1095
Le GNBiste Lyonel Trouillot, fertile comme lui seul, qui, pour inciter la haine contre le peuple a eu le cynisme particulier de qualifier les quartiers à forte concentration populaire de zones de non droit ?

En an de zan pase nan Sid fin anvlope.
Nonm nan pat konsène ka se vòle li ye.
Yon ti pati nan yon chante Manno Chalmay

Afin que toute la postérité soit informée du cynisme et du niveau de traitrise de ces intellectuels san ren san fyèl san zantray, que le pays a connus, le journal reproduit comme chaque année san manke yon vigil la liste des Konze (voir p. 13) telle qu’apparue dans les colonnes du Nouvelliste en date du 2 octobre 2003. Ces sousous hommes et sousous femmes extraordinaires se sont complus à ingurgiter jusqu’à la lie, l’ignominie la plus abjecte pour compromettre la célébration du bicentenaire de l’indépendance de cette nation qui leur a permis de voir le jour juste pour plaire aux anciens colons et occupants. Pour s’être laissés manipulés aussi facilement par les experts en déstabilisation des ambassades occidentales, ils ont droit à l’infamie exemplaire du peuple, et ce pour tous le temps et l’éternité.

Simple pierre par le redoutable Laurent Salvador Lamothe a couté aux pauvres contribuables haïtiens la somme de dix millions (10.000.000,00) de dollars.

Ainsi, les noms de ces chenapans du pire genre doivent être inscrits en lettres majuscules et affichés aux frontons des égouts de l’histoire. Pour que la postérité se souvienne à jamais de la laideur de leurs entreprises de renégats et en guise de sévères damnations pour le sale boulot qu’ils ont tenté d’accomplir se pou tout moun konn non yo pakè. 

Des intellectuels komokyèl

Ce 1er janvier ramène le 214ème anniversaire de la bataille de Vertières. Ce devrait être l’occasion propice pour les militants conséquents du monde entier de vénérer la bravoure des esclaves en guenille qui ont pu vaincre les appétences intarissables de l’impérialisme inhumain. Certes l’histoire n’a su rapporter que les noms des principaux héros et non de l’ensemble des soldats qui constituaient l’armée indigène. C’est une façon de dire que notre pays a donné naissance à des hommes ki gen anpil zantray, anpil kouray, anpil ren ak anpil fyèl asye. Voici qu’à l’occasion du bicentenaire de cette unique épopée que le monde ait connu l’impérialisme est parvenu à cloner entre autres GNB, les intellectuels du Collectif NON qui n’est qu’un repère de gwo reyaksyonè.

Le Collectif NON fonctionnant à l’enseigne d’ « intellectuels » n’est qu’un sous-traitant d’une structure globale baptisée GNB elle-même composée essentiellement de la mafia syro-libanaise constituant cette oligarchie de contrebandiers à la solde du capitalisme international. Le monde entier est informé que cette mafia syro-libanaise au chiffre d’affaires de 2.4 milliards de dollars l’an uniquement dans la contrebande sans compter les trafics de stupéfiants, d’arme à feu et autres négoces illicites. Cet agencement entre gangs de tous ordres comprend des sycophantes, des lâches, des parjures et d’autres pirates de tous bords programmés exclusivement pour compromettre toute tentative de changement dans ce pays qu’ils ont assiégé depuis la parricide du Pont Rouge.

Déclarations du Collectif NON

« Les conditions d’existence révoltantes de huit millions d’haïtiens et d’haïtiennes ne font que se détériorer, face à l’incapacité et l’inaction d’un gouvernement qui dilapide, gaspille les fonds publics et détruit la structure administrative. De plus, ce gouvernement installe à dessein la société haïtienne dans l’insécurité aux seules fins de se perpétuer au pouvoir : les vols, les viols, les disparitions, les harcèlements et les assassinats sont en effet le lot quotidien de la population ». Déclaration des sans principe du Collectif NON à l’occasion de la célébration du bicentenaire de l’indépendance. On les comprend aisément, car toute personne douée d’un reliquat d’humanité devrait se sentir interpellée par les cris de désespoir des intellectuels du Collectif NON ki tèlman gen kè nan men !!!

« Face à cette dérive totalitaire, nous, artistes, écrivains (nes), intellectuels-elles, éducateurs-trices déclarons refuser de nous associer à des célébrations officielles à travers lesquelles le gouvernement ne vise qu’à rechercher une impossible légitimité. Ne pas nous associer au
gouvernement, ce n’est pas nous opposer à l’unité haïtienne, c’est au contraire la défendre ». Pawòl tenten zentèlektyèl tenten. Non satisfaits d’y apposer leur signature, ils ont invité d’autres Konze à les rejoindre dans leur entreprise de déstabilisation. «Pour ceux qui ont exprimé le souhait d’adjoindre leur signature à cette première liste, nous leur indiquons l’adresse électronique suivant ».

« Sou chak senk mil entelektyèl, Kat mil nèf san nan komokyèl. Yon bann tchoul ki san ren k san fyèl ». Manno Chalmay, ki fèk sot travèse retounen anba dlo, a si bien marqué son temps. Ce sanba s’est transformé en psychanalyste pour s’infiltrer dans chaque millimètre du subconscient de nos intellectuels pour afficher leur puanteur à la face du monde. Mais Manno, malheureusement ils sont devenus pires que tu l’aurais imaginé au point qu’ils sont en constante putréfaction sans pour autant s’en rendre à la moindre évidence. Et, à date, personne n’est parvenue à déceler de métaphores accommodées pouvant décrire leur pestilence à sa juste dimension.

Yo pa bon ditou ditou ditou. Si w li sa yo te ekri nan deklarasyon yo a nan lane 2003 a fò w ta mande pouki jounen jodi a youn pa menm di kwik  pou jan Lespwa, Inite ak Tèk Kale fè va sou 4 milya fon Petwo Karibe a!!! Manno, pat gen yo youn ki te vin nan lantèman w. Ne soyez nullement étonné d’apprendre qu’ils ont nié d’avoir signé un document dont ils n’ont pas eu la capacité pour appréhender la portée historique de leur attitude de lâches, de traitres et de réactionnaires ki pa gen okenn pwoblèm pou krache sou memwa Zansèt nou yo poutèt nonm Apèd la te mande yo sa. Sans mémoire, ils oublient trop vite : tou manti pa janm fon vre.

Fonds Petro Caribe : Quel mutisme ?

Zentèlektyèl Kolektif NON yo ak awousa an kostim ki piye kòb Petwo Karibe a se kòn ak zago. Gason Manno t ap di yo se menm malpwòpte yo. Des intellectuels sans mémoire et ignorant au point d’ignorer que leurs écrits resteront à jamais dans les annales de l’histoire sont plus dangereux que des terroristes ineptes disposant de la terreur des armes nucléaires. N’est-ce pas ce Lyonel Trouillot, fertile comme lui seul, qui, pour inciter la haine contre le peuple a eu le cynisme particulier de qualifier les quartiers à forte concentration populaire de zones de non droit ?  Pour leur gouverne, nous venons de reproduire les sommes d’insanités qu’ils ont eus l’indécence d’accoucher en 2003 pou te ka fè patwon yo, kolon franse aksepte ba yo kòb pou kèk ti kontra fatra.

Ironie du sort, onze ans après aucun d’eux n’a eu le courage de piper mot sur la dilapidation des 4 milliards des fonds Pétro Caribe. Pire encore, ils ne s’encombrent guère de retenue pour s’afficher publiquement avec ces dilapidateurs patentés qui raillent quotidiennement la justice de leur propre pays. Yo ekri lèt pou yo epi konseye yo monte desann nan tout radyo pou al radote nan figi moun serye. Epi se yo menm menm ki pare pou fè manifestasyon si lajistis ta rele yo vin bay detay sou pil lajan ki fè fon nan fon dyakout Awousa ak kostim yo. Il convient de se rappeler qu’un professeur de la faculté d’Ethnologie a osé soutenir que Clifford Brandt est subitement atteint de démence. Il voulait ainsi exploiter ce subterfuge pour disculper cet élément de l’oligarchie condamné pour enlèvement et séquestration. Se 5 estasyon radyo sèlman nan peyi a ki pa sou pewòl la reyaksyon. Radyo Tele Ti Moun, Radyo Tele Zenith, Radyo Kiskeya, Radyo Solidarite ak Rdyo Twopik. Deklarasyon Jean Pierre Bahi sou radio Tele Zenith senmenn pase a nan emisyon An n pale.

Entelèktyèl san memwa pi mal pase sida ak kolera. Avec ces sommes d’insanités qu’ils ont eus l’indélicatesse d’accoucher en 2003, ces intellectuels à qui il échappe toutes normes d’intellectualité, se sont ralliés aux assaillants sans foi ni loi commandés par Ravix Rémisssainthe et Guy Philippe. Partant du fait que ce dernier vient d’être condamné aux Etats Unis pour trafic de stupéfiants, que sont-ils de ses complices du Collectif NON et des autres tentacules GNB. Pourtant, onze ans après, ils ne pipent mot sur la dilapidation des 4 milliards de Petro Caribe. Pire encore aucun d’eux ne se gêne de s’afficher avec les dilapidateurs patentés

Ces intellectuels aliénés du Collectif Non, pleinement satisfaits d’avoir atteint les abimes vertigineux de l’abjection la plus méprisable pour satisfaire leurs tuteurs de l’occident, appuient toutes les dérives de l’actuel pouvoir commises quotidiennement. Ces mêmes intellectuels qui se sont montrés aussi indélicats au point de ne pas se gêner d’être les principaux artisans de la déstabilisation du pays ont pleinement droit au mépris de l’ensemble de la population. Car, ils se sont faits complices de toutes les élites qui ont convergé leurs méchancetés inimaginables pour garder Haïti rivée dans les abimes du sous développement chronique sur fond d’injustice sociale et de misère infrahumaine.

Les complices de Petro Caribe

Rien que la pause d’une simple pierre par le redoutable Laurent Salvador Lamothe a couté aux pauvres contribuables haïtiens la somme de dix millions (10.000.000,00) de dollars. Et cet élan de toupets n’a rien dit aux intellectuelles du Collectif NON, en dépit du fait que la conclusion du rapport sur les fonds Pétro Caribe mentionne noir sur blanc les noms de tous les dilapidateurs. En 2004, ils étaient les principaux pourfendeurs du régime en place à qui ils reprochaient sa proximité avec les laissés pour compte des bas-fonds. Au cours de son passage en Europe au tout début de décembre 2017, le président Jovenel Moise lui-même inculpé, a confirmé qu’il a usé de tout son pouvoir pour bloquer la tenue de la séance au Sénat de la République devant procéder à la validation du rapport d’enquête sur les fonds Pétro Caribe dont plusieurs de ses collaborateurs y sont épinglés.

Cette mortification au bon sens et à la décence n’a suffi pour éveiller les mêmes globules de révolte chez les intellectuels GNB dont leur seule et unique réalisation consiste en la dénonciation et la tentative de boycottage de la commémoration du bicentenaire de l’indépendance du pays. Pourtant les lois de la république font du président le garant patenté de la bonne marche de toutes les institutions publiques. Nulle part, il n’est mentionné que Monsieur Jovenel Moise peut s’arroger le droit d’empêcher à ses proches collaborateurs de répondre de leurs forfaits par devant la justice.

Actuellement, de par le monde, c’est une lutte sans merci contre les corrupteurs, les corrompus et leurs  complices. De par le monde, tous ceux et celles soupçonné/es de corruption, de vols, de détournement de fonds publics sont pourchasé/es dans leurs derniers retranchements. Rassurées du mutisme complice de ces intellectuels  pacotilles du Collectif NON, évoluant dans le sillage du pouvoir et des organismes internationaux, les dilapidateurs des fonds Petro Caribe baladent au grand jour dans les stations de radio pour clamer leur nonsense. Parallèlement dans les cellules putrides de ces prisons surpeuplées pourrissent des milliers de compatriotes incarcérés uniquement sur la base de leur faciès.

Leur mutisme complice face aux milliers de morts provoqués par la pandémie du choléra importée en Haïti par la soldatesque onusienne traduit bien l’état d’esprit de ces zenglendos intellectuels, toujours disposés à collaborer avec leurs mécènes de l’international pour déstabiliser leur pays comme ce fut le cas en 2004. Les pseudos intellectuels du Collectif Non dont leur ventre et leur bas ventre constituent l’unique justification de leur existence, auront ils suffisamment de couilles pour revendiquer que leurs matchòpwèl dilapidateurs des fonds Petro Caribe soient jugés et condamnés et les milliards détournés, volés ou pillés restitués ? An nou tann pou n wè !!!

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY