Période pascale et subventions au Parlement ?

0
624
Ainsi au cours de la semaine sainte, les honorables mal-élus sénateurs et députés ont empoché chacun une rondelette somme : un million de gourdes à chaque sénateur et 400 mille gourdes à chaque député. Quelle malversation !

Alors qu’on annonce la famine dans la Grand’Anse et même dans plusieurs autres villes du Sud particulièrement aux environs des Cayes, une subvention a été accordée aux parlementaires pour prendre en charge leurs petits amis et petites amies ; alors que des gens du pays dorment à la belle étoile ou dans des grottes et n’ont rien à manger. Incroyable !

La famine annoncée ! Jovenel Moise et Guy Lafontant visitant la Grand’Anse

Outre leur salaire régulier, sans oublier les frais alloués pour l’essence, les cartes de téléphone, les per diem et autres privilèges exorbitants,  les parlementaires sont de temps à autre arrosés de millions de gourdes venant des fonds de l’Etat haïtien.

Le président du Sénat Youri Latortue

Ainsi au cours de la semaine sainte, les honorables mal-élus sénateurs et députés ont empoché chacun une rondelette somme : un million de gourdes  à chaque sénateur et 400 mille de gourdes à chaque député. Quelle malversation !

On comprend maintenant le pourquoi de tous ces actes de corruption au sein de l’appareil électoral où des postes ont été chèrement achetés par des candidats convoitant un siège au  parlement.

Le coordonnateur général de l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh) Josué Mérilien

L’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh) lors d’une conférence de presse, le lundi 17 avril 2017, par le truchement de son coordonnateur général, Josué Mérilien, a  dénoncé vertement ces subventions accordées aux sénateurs et députés alors que la population croupit dans la misère et la pauvreté.

L’Unnoh demande aux parlementaires de restituer l’argent reçu, qui pourrait servir à payer une partie des arriérés de traitements des enseignantes et enseignants, ainsi que des agents de la voirie et des places publiques. Ces fonds publics pourraient également aider à appuyer des projets dans les quartiers populaires pour les populations nécessiteuses.                                      Qui pis est, pour le président du Sénat Youri Latortue, c’est un acte légal n’ayant rien qui tienne de la corruption, alors qu’il dévoile par la suite qu’il y a au moins cinq subventions accordées aux parlementaires par an.                                                                                                       Le peuple ne doit pas rester les bras croisés, il doit gagner les rues pour réclamer ses droits légitimes à la santé, à l’école, au travail et au pain etc. et du même coup conspuer ces parlementaires parasites. Le pays en a marre !

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY