Parade d’hommes armés ou d’anciens militaires ?

0
671

Depuis la déclaration, récemment, du chef bandit Guy Philippe, on soupçonnait que quelque chose allait se passer. C’est ainsi que, à la surprise de plus d’un, le vendredi 5 février dernier, justement à deux jours de la fin du mandat du Président Michel Martelly, un contingent d’hommes habillés en vert olive et armés jusqu’aux dents circulaient en Jeeps, en voitures et à bord de motocyclettes dans plusieurs rues de la capitale, notamment à Delmas, et à Pétionville. « On nous a demandé de sortir. L’armée est une institution légale », a signalé à l’agence HPN un homme se présentant comme un ex-sergent.

Cette provocation des alliés de Guy Philippe qui se réclamaient d’être des anciens militaires démobilisés, allait causer une grande panique dans les rues de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Signalons que ces hommes armés ne cachaient pas leur solidarité et leur attachement à Michel Martelly arrivé à la fin de son mandat.

1La mission de L’oeaLes échanges ont été violents quand ils ont croisé des manifestants opposés à Michel Martelly, aux abords du Champ de Mars. Les soi-disant militaires ont tiré en l’air à balles réelles ; mais les manifestants ont réagi avec de nombreux jets de pierres.

La situation s’est ensuite empirée à la rue Lamarre, lorsque l’un de ces individus au cours d’une échauffourée avec des manifestants contre le pouvoir a été sauvagement maltraité au point de perdre la vie. La victime, un ancien militaire âgé de 78 ans, est restée sur le macadam, abandonnée de ses collègues qui l’ont tous laissée seule à son sort.

11Le lendemain, à l’Arcahaie, un autre grave incident causé par des hommes en tenue militaire a été également rapporté avec de graves perturbations de la circulation.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY