Nouvelles pernicieuses de Trujillo et Balaguer en République Dominicaine

0
74
Le régime d’Abinader, avec l’aide extraordinaire de la pensée trujillista-balaguerista est devenu un facteur facilitateur par excellence de la tâche néofasciste…

« Ces nouvelles formes de fascisme élargissent la privatisation des biens et services publics et intègrent à grande échelle la privatisation de la nature non humaine. »

Ici, l’idéologie dominante – notamment en ce qui concerne le pouvoir autoritaire, le néocolonialisme, le racisme et la xénophobie dans les relations dominicaines-haïtiennes – repose sur l’appropriation et la reproduction par le sommet de la pyramide sociopolitique de la pensée ultra-conservatrice du tyran Trujillo et de ses héritiers et, si l’on veut remonter un peu plus en arrière, à la pensée de Santana, Báez et leur intellectualité annexionniste.

Si l’on sort des sentiers battus, les idées qui ressortent le plus dans la pensée et les actions des despotes créoles et de leurs héritiers sont inspirées par Hitler, Mussolini et leurs idéologues européens.

Chez tous, enseignants et étudiants, ce qui est commun dans leurs plates-formes idéologiques respectives est la xénophobie et le racisme ; appliqué contre les Juifs en Europe et contre les Haïtiens et leurs descendants ici.

Dans les pays dépendants, s’ajoute une forte dose de colonialisme, d’annexion, de néocolonialisme et de fatalisme géographique.

Mais pas seulement. En outre, il existe un mélange de racisme anti-haïtien, de machisme, de fondamentalisme religieux, de xénophobie, d’homophobie, de classisme, de présidentialisme et d’autoritarisme.

Au cours des dernières décennies, ce « paquet idéologique » a été déployé dans le cadre de la stratégie néolibérale et ultra-néolibérale, dans une phase de déclin du capitalisme impérialiste occidental.

Les dictateurs Rafael L. Trujillo et Joaquín Balaguer

Une phase dans laquelle la pensée néolibérale et privatisatrice intègre dans son arsenal les différentes idéologies d’oppression et de discrimination précapitalistes et les met à l’œuvre dans son désir passionné d’arrêter leur déclin et de garantir la domination culturelle de sociétés qui n’existent pas, ils sont indépendants ou résistent au déclin du contrôle occidental.

Cela donne lieu à de nouvelles formes de fascisme et de régimes ultra-conservateurs, dans lesquels des pans importants de l’État sont supprimés pour être transférés directement à des entreprises et entités à grand capital transnational et local, qui à leur tour dominent le marché intérieur et l’insertion sur le marché international.

Ces nouvelles formes de fascisme élargissent la privatisation des biens et services publics et intègrent la privatisation de la nature non humaine à grande échelle.

Ils annulent la laïcité et mélangent la religion avec la politique et le pouvoir.

Ces processus idéologiques continuent de progresser, non seulement en Europe, mais aussi aux États-Unis et dans la région des Caraïbes latines.

Milei, Bolsonaro, Noboa, Uribe et Bukele… sont les plus hautes expressions de notre sous-continent.

Ici, le régime d’Abinader, avec l’aide extraordinaire de la pensée trujillista-balaguerista – enracinée dans le parti au pouvoir et dans l’opposition traditionnelle – est devenu un facteur facilitateur par excellence de la tâche néofasciste… jusqu’à décimer et isoler la pensée de Duarte et Luperón, de Bosch et Hostos, des héros de juin 59 et avril 65.

Ces jours-ci, je vous ai donné comme exemple les implications néfastes de la “promo” “DE PURA CEPA”, avec son racisme caché et sa falsification incisive de l’histoire.

Cette “promo” manipule l’affirmation de María Trinidad Sánchez, ignorant que Santana lui a tiré dessus ainsi que Francisco del Rosario.

Santana – cela vaut la peine d’en parler – en plus d’être un meurtrier de patriotes et de matriotes, il était un “pur” représentant annexionniste, justifié et honoré par la classe dirigeante dominante dominicaine.

Je leur ai également parlé du livre « LA ISLA AL REVÉS » de Balaguer et de la façon dont ses idées centrales prédominent dans le traitement des relations dominicaines-haïtiennes ; soulignant que ses influences néfastes, basées sur la falsification de l’histoire, sont reproduites par ce gouvernement et par toutes les composantes de sa superstructure intellectuelle, sans être contrecarrées de manière adéquate par le monde universitaire et scientifique. Quelque chose d’extrêmement grave et coupable.

Pour sa loyauté, pour sa solidarité, pour son amour de notre patrie, le peuple dominicain vouera à Jacques Viau une éternelle reconnaissance. Il est le ciment qui un jour solidifiera l’amitié haïtiano-dominicaine.

Silences compliqués

Dans l’un des récents Target Shooting, j’ai souligné que dans son livre « L’Île à l’envers », Balaguer dynamite verbalement l’idée de partager harmonieusement cette belle île avec Haïti et trace la ligne d’hostilité contre le peuple haïtien, en proclamant que : « Ce que Saint-Domingue-RD veut, c’est préserver sa culture et ses coutumes en tant que peuple espagnol et éviter la désintégration de son âme et la perte de ses traits distinctifs. »

Le despote éclairé soutient encore que les Haïtiens « sont directement issus de la race éthiopienne » ; tandis que -selon lui- les Dominicains sont supposés « héritiers de l’hispanité en Amérique, avec des croisements minimes avec les noirs »

Ces idées ont servi à justifier le massacre haïtien perpétré en 1937 par le tyran Trujillo.

Les gouvernements de Guzmán, Jorge Blanco, Leonel, Hipólito, Danilo et Abinader ont continué à s’abreuver et à se nourrir de cette source raciste… Même les dirigeants du PRSC, du PRD, du PLD, du FP, du PRM… et du PN, de la FFAA et du CONEP… .

La dictature médiatique du capital privé a choisi d’être organique à cette vision colonialiste et hispanophile.

Le Kenya est un instrument des États-Unis : des envahisseurs noirs avec des masques blancs

Tous répondent à la réhabilitation et au renouveau de l’ultra-conservatisme comme source du néofascisme créole, à une époque de crise majeure du capitalisme impérialiste occidental et de l’impact néfaste et dégradant de sa stratégie néolibérale au centre et à la périphérie du système.

Mais ce n’est pas le pire, puisqu’ils sont les détenteurs de facto des pouvoirs et des institutions étatiques supervisées par les États-Unis, et on ne peut pas demander des mangues banilejo au guasábara ou au cambron.

Ce qui rend cette voie dangereuse encore plus dangereuse et plus dommageable, rendant difficile le renversement de cette vague ultra-conservatrice, c’est le silence des académies. De l’Académie d’Histoire, du Chapitre d’Histoire de l’Académie des Sciences, de l’UASD en tant que principal centre d’enseignement supérieur du pays.

De sa Faculté des Sciences Humaines et de son École d’Histoire, des autres universités, de l’ADP, des différentes associations professionnelles, de nombreux intellectuels dominicains…

Où est la conscience critique ?… Où est l’engagement historique de l’UASD, de son Mouvement du Renouveau, héritage de la révolution d’Avril 65 ?

Il semble enterré par un certain nombre de recteurs, d’autorités enseignantes et de dirigeants d’enseignants et d’étudiants ; maintenant par un recteur et une majorité du Conseil universitaire qui répondent à Abinader et ont peur de l’ambassade américaine et du chantage néo-fasciste qui a attaqué même l’Institut Duartiano et l’Ateneo dominicain en toute impunité.

Des académies avec des historiens et des « spécialistes des sciences sociales » qui craignent que leurs visas Américains ne leur soient retirés et qui gardent honteusement le silence face à toutes les expressions d’intervention gringo sur l’île : Southern Command, USAID, DEA, CIA, FBI IMF. Port de Manzanillo, invasion d’Haïti soutenue par le président du pays voisin.

Que se passe-t-il avec FLACSO ?, et avec le constitutionnalisme et un certain progressisme d’Avril 1965, si passif face à ces affronts.

Pourquoi sont-ils si confus sur la question de la souveraineté… ne se souviennent-ils pas du commandement haïtien dans la guerre patriotique, ni de Jacques Viau, ne savent-ils plus comment crier Yankee Hors Quisqueya et Haïti ?

Qu’arrive-t-il aux communicateurs du soi-disant progressisme, où ont-ils mis la langue ?

Ne voient-ils pas que le Kenya est un instrument des États-Unis : des envahisseurs noirs avec des masques blancs ?

Ont-ils cédé à la logique dépendante de la participation citoyenne et d’autres ONG et fondations financées par l’USAID et d’autres agences impérialistes ?

Leur dépendance à l’égard de patrons puissants, détenteurs de la « liberté de la presse » et des affaires, les pousse-t-elle à l’autocensure ?

N’y a-t-il pas un moyen de s’unir, de lutter de manière cohérente pour affirmer la dignité nationale face à la censure et à l’exclusion néocolonialistes et oligarchiques ?

Nous sommes confrontés à un devoir irresponsablement éludé. QUELQUE CHOSE IMPARDONNABLE !

Soit ils le rectifient, soit ils resteront comme des « déchets intellectuels » devant l’histoire.

Aporrea 5 Juillet 2024

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here