Non à l’intervention et aux sanctions des États-Unis et de l’ONU en Haïti (le temps de la révolution ?)

Par le Mouvement socialiste de la voix des travailleurs

0
1694
Les impérialistes à l'origine des sanctions ont clairement peur que le peuple haïtien s'apprête à prendre en main l'avenir de son pays.

En Haïti, l’appel à la révolution devient de plus en plus fort alors que des centaines de milliers de personnes descendent dans les rues pour mettre fin au gouvernement criminel d’Ariel Henry, installé par les États-Unis, et exigent « les États-Unis. Hors d’Haïti ! Les manifestants ont barricadé les routes en réponse aux hausses de prix dictées par le Fonds monétaire international (FMI), rendant le carburant incroyablement cher pour la plupart de la population. Les travailleurs ont mené des grèves massives dans les usines de confection à partir desquelles les entreprises américaines amassent des millions de profits tout en supprimant les salaires à 7,50 $/jour.

Les gangs de Wall Street saignent les Haïtiens pour le profit

Désespérés de consolider le gouvernement néocolonial de leur marionnette Henry, les États-Unis et le Canada ont fourni du matériel militaire et des conseillers. L’armée et la police d’Henry – dont beaucoup ont été formées par les États-Unis – répriment brutalement et emprisonnent les manifestants tandis que des gangs paramilitaires liés à la police terrorisent la population.

Les États-Unis n’ont jamais sanctionné les Volontaires de la Sécurité Nationale (Tonton Macoute) de Duvalier.

Étant donné que même ces mesures n’ont pas réussi à maintenir les masses haïtiennes au plus bas, les États-Unis ont ordonné à leur marionnette Henry de demander un accord américain/ONU, l’invasion et l’occupation d’Haïti. La « demande » d’Henry pour des troupes aurait tout aussi bien pu provenir d’une salle de réunion de la Citibank, dont les investisseurs ont également « demandé » l’invasion et l’occupation sanglantes d’Haïti par les Marines américains en 1915.

Les voleurs capitalistes décrivent toujours ceux qui les combattent comme des criminels

Au nom des millionnaires américains, l’administration Biden, dégoulinant du sang du peuple haïtien opprimé, déguise ses véritables objectifs avec le vieux mensonge selon lequel la « violence des gangs » doit être traitée par l’intervention américaine. Biden cherche désespérément à dissimuler la vérité selon laquelle l’impérialisme américain est la véritable cause de la crise humanitaire en Haïti.

Chaque lutte des travailleurs et des opprimés fait ressortir les calomnies les plus viles des super-riches. Ceux qui résistent à l’exploitation et à l’oppression sont qualifiés de criminels. Les grévistes sont qualifiés de « voyous syndicaux », causant des difficultés à la population. Il en va de même pour les combattants antifascistes, des Black Panthers aux manifestants du BLM, des Suffragettes aux manifestants anti-guerre. Que nous frappions des mineurs ou des défenseurs de l’eau, nous sommes tous des criminels aux yeux des capitalistes qui considèrent que c’est du vol lorsque les travailleurs obtiennent une augmentation, un droit du travail ou civil, ou arrêtent un pipeline qui détruit la planète. Par-dessus tout, leurs lois, leur police et leurs tribunaux protègent la propriété privée de quelques-uns tout en criminalisant les actions justes du plus grand nombre.

Notre boulot c’est d’arracher les masques de l’impérialisme, et ne pas supporter leurs mensonges

Le 21 octobre, les États-Unis ont imposé des sanctions au Conseil de sécurité de l’ONU sur la base de leurs mensonges racistes sur les «gangs» haïtiens. Les sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU contre les “gangs” haïtiens ne ciblent pas les escouades terroristes de la police nationale qui travaillent avec la CIA américaine. (Après tout, les États-Unis n’ont jamais sanctionné les Volontaires de la Sécurité Nationale  (Tonton Macoute), les escouades terroristes qu’ils ont utilisées pour soutenir la dictature de Papa Doc Duvalier.  Au lieu de cela, les sanctions imposées par les États-Unis ciblent Jimmy “Barbecue” Cherizier et l’organisation Force Révolutionnaire FRG9, qui ont mobilisé bon nombre des masses les plus opprimées appelant désormais ouvertement à la révolution sociale. Les impérialistes à l’origine des sanctions ont clairement peur que le peuple haïtien s’apprête à prendre en main l’avenir de son pays. Comme Cherizier (Barbecue) le dit, se référant au héros national et combattant de la liberté d’Haïti, Jean-Jacques Dessalines : « Si Dessalines vivait aujourd’hui, il lui serait difficile de faire la Révolution et de libérer ce pays. Dès que votre discours défendra les aspirations et les revendications populaires des opprimés, l’impérialisme vous traitera automatiquement de bandit, de criminel, de terroriste. »

Adhérant à la criminalisation de la lutte haïtienne, certains « progressistes », voire certains « gauchistes », soutiennent les sanctions. Plus soucieux de leur image et de leur financement, ils vantent le travail des ONG capitalistes et financées par la CIA qui freinent le peuple et défendent le statu quo. Ces soi-disant progressistes s’alarment lorsque les plus pauvres, les déchaussés et les “sans instruction” s’unissent. Ils sont alarmés lorsque des organisations de quartier ou des partis politiques armés s’organisent pour mettre fin au terrorisme des riches, qui tentent de maintenir les habitants des bidonvilles en guerre les uns contre les autres plutôt que de retourner leurs armes contre l’oppresseur. Ils condamnent l’action directe de masse et, en fin de compte, ils condamnent la révolution elle-même. Après tout, lorsque le peuple haïtien se libérera de l’esclavage salarié et de la dictature capitaliste, ces ONG et leurs dirigeants bien payés n’existeront plus.

L’intérêt des travailleurs américains est avec la révolution haïtienne

Chaque travailleur doit se tenir aux côtés du peuple haïtien dans sa lutte pour l’autodétermination. Nous devons dénoncer haut et fort l’occupation brutale d’Haïti et la surexploitation de nos collègues travailleurs par les capitalistes américains, Wall Street et le FMI.

Nous faisons partie d’une classe ouvrière mondiale. Notre travail, exploité par les mêmes capitalistes, est acheté et vendu sur le marché capitaliste mondial. Si les capitalistes peuvent payer 7,50 dollars pour une journée de travail en Haïti ou forcer les travailleurs incarcérés à travailler gratuitement, toute la classe ouvrière est dans une situation pire. Lorsque les capitalistes utilisent des gouvernements fascistes comme celui de l’Ukraine pour abroger les lois du travail ou lorsqu’ils utilisent leurs politiciens et leurs médias pour faire des immigrés des boucs émissaires afin qu’ils puissent les payer moins, nos salaires chutent avec les leurs. Qu’est-ce que l’impérialisme ? C’est la recherche capitaliste criminelle et mondiale de payer le moins, de voler le plus de ressources et d’empêcher les travailleurs et les paysans de se lever pour améliorer leur vie et déterminer leur propre avenir.

Nous devrions dire : « Pas un centime pour le militarisme américain ou l’occupation d’Haïti. Sanctionner les conglomérats pétroliers et alimentaires pour avoir engrangé des profits records alors que 345 millions de personnes sont menacées de famine. Les prix de l’essence et de la nourriture et les frais d’assurance ont été réduits. Décréter un moratoire sur les hausses de loyer et les intérêts sur les prêts hypothécaires et les cartes de crédit. Dépensez de l’argent pour faire face aux effets du changement climatique, pas pour renforcer l’armée américaine, dont le but est de sécuriser les profits des banques et des entreprises qui torturent le peuple haïtien.

A bas l’occupation américaine et onusienne en Haïti

Laissez les travailleurs haïtiens reprendre les biens volés des vrais gangsters – les banques américaines, canadiennes et françaises, les entreprises de vêtements et les sociétés minières qui les ont saignés à sec. Les travailleurs haïtiens ont droit à cette richesse qu’eux seuls ont créée. D’un autre côté, nous devons nous opposer catégoriquement aux sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU et aux saisies de biens. Les sanctions sont une guerre contre le peuple. Rien qu’en Irak, les sanctions ont tué plus d’un demi-million d’enfants, un fait fièrement admis par Madeline Albright, l’ancienne ambassadrice des États-Unis à l’ONU.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé les guerres, les occupations et les sanctions les plus horribles pour le profit capitaliste, notamment en Irak, en Afghanistan et en Libye. Il n’y a pas la moindre once de légitimité à leur revendication d’intérêt humanitaire alors qu’ils ont condamné à mort des millions de personnes et soutenu la répression la plus brutale pour le profit.

Les États-Unis n’ont pas renoncé à l’idée d’une invasion d’Haïti, qu’ils essaient ou non de passer par le Conseil de sécurité de l’ONU. Outre la protection des entreprises américaines à but lucratif dans le pays, ils ne veulent pas que l’exemple d’une révolution se propage. La classe dirigeante américaine n’a jamais pardonné à l’héroïque peuple haïtien sa victoire historique mondiale sur les esclavagistes de 1804, une victoire qui a inspiré de nombreuses personnes ici aux États-Unis à se battre pour la défaite éventuelle du système américain d’esclavage mobilier. Le peuple haïtien en difficulté continue d’être un phare pour les peuples opprimés du monde entier.

Soutenir la révolution et l’autodétermination du peuple haïtien

Rejeter les fausses justifications racistes de l’intervention américaine

Victoire à la lutte du peuple haïtien pour l’autodétermination !

Les États-Unis et leurs marionnettes sortent d’Haïti ! Non à l’invasion impérialiste, aux sanctions et à l’occupation !

Annulez la dette d’Haïti, payez des réparations pour le vol colonial de la richesse nationale d’Haïti !

Orinoco Tribune 25 octobre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here