New-York : «N’extradez pas Assange!»

0
679
Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant le consulat britannique au 885 Second Avenue à Manhattan le lundi 24 février, jour où a commencé le procès à Londres du fondateur et éditeur de WikiLeaks, Julian Assange. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté.

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant le consulat britannique au 885 Second Avenue à Manhattan le lundi 24 février, jour où a commencé le procès à Londres du fondateur et éditeur de WikiLeak, Julian Assange. Ce fut une demande de rassemblement mondial pour exiger la non-extradition d’Assange.

Un tribunal britannique décidera dans les prochains mois pour donner suite à une demande d’extradition du gouvernement américain, qui a accusé Assange d’espionnage pour avoir publié des révélations sur ses crimes de guerre.

Dans un virage particulièrement démagogique, le gouvernement américain a également accusé Assange d’avoir risqué la vie de défenseurs des droits humains américains en publiant d’informations classifiées.

Cette manifestation a été l’une des plus de 25 à travers le monde à exiger la liberté de Julian Assange et de Chelsea Manning, un soldat de l’armée américaine  une dénonciateur (actuellement incarcérée) qui avait divulgué des documents et des vidéos classifiés à WikiLeaks.

«C’est l’un des cas les plus importants de notre vie», a expliqué l’avocate d’Assange, Deborah Hrbek. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté.

Parmi les conférenciers présents à l’événement figurait l’avocate des droits civiques Margaret Kunstler, qui a co-édité le livre «En défense de Julian Assange». Deborah Hrbek, membre de l’équipe juridique de WikiLeaks; le journaliste Ben Norton de The Grayzone; John Tarleton, rédacteur en chef de The Indypendent; le journaliste Kim Ives d’Haïti Liberté; l’écrivain et acteur John F. O’Donnell; et Marty Goodman de Socialist Action.

Ce rassemblement a été organisé par NYC Free Assange et présidé par Chuck Zlatkin, le directeur politique de la New York Metro Area Postal Union (APWU).

« Fournir un vrai journalisme est une entreprise risquée aux récompenses incertaines », a déclaré Margie Kuntsler de la Fondation Courage dans une allocution d’ouverture accueillant les manifestants. « La vérité est devenue une chose révolutionnaire. Assange a été attaqué à distance pour dénoncer les crimes de guerre, la torture et les mensonges. Ce pays [les États-Unis] n’accepte aucune frontière nationale lorsqu’il s’agit d’appliquer le droit pénal national. Pourtant, c’est le même pays qui exige l’impunité car il rejette le droit international qui autorise les Nations Unies à enquêter sur les violations des droits de l’homme ».

John Tarleton, de l’IndyPendent , a noté que ce qu’Assange « fait depuis 15 ans fait l’un des plus importants travail du journalisme au monde ». Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

En novembre, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, a constaté qu’Assange semblait souffrir d’une «exposition prolongée à la torture psychologique» et a accusé le «Royaume-Uni de n’avoir pris aucune mesure d’enquête, de prévention et de réparation requise par le droit international». Melzer a décrié qu’Assange «continue d’être détenu dans des conditions oppressives d’isolement et de surveillance, non justifiées par son statut de détention».

«C’est l’un des cas les plus importants de notre vie», a expliqué l’avocate d’Assange, Deborah Hrbek. «Au moment où nous parlons, les arguments d’ouverture sont en cours dans l’affaire d’extradition de Julian à Londres. L’audience d’extradition elle-même aura lieu en mai. Les prochaines semaines sont vitales. Les voix du public américain s’opposant à l’extradition doivent être entendues haut et fort outre-Atlantique ».

Mme. Hrbek a expliqué comment les 18 chefs d’accusation de Washington contre Assange « pouvait le conduire à une peine de prison de 175 ans. 17 des 18 chefs d’accusation relèvent de la loi sur l’espionnage, qui n’a pas de défense d’intérêt public. En cas de succès, cette affaire criminalisera les activités de journalisme d’investigation de routine de la part des journalistes et des éditeurs ».

Hrbek a déclaré que « la loi sur l’espionnage remonte à 1917 – elle a été promulguée pendant la Première Guerre mondiale – pour lutter contre les espions et les saboteurs. Rendre compte et publier des actes du gouvernement – même des actes embarrassants ou des crimes de guerre – n’est pas de l’espionnage. Ce n’est pas de la trahison. C’est du journalisme d’investigation. Jamais la loi sur l’espionnage n’a été utilisée pour poursuivre un journaliste ou un éditeur en relation avec son travail. C’est une grave utilisation abusive de cette loi et cela crée un dangereux précédent pour tout journaliste ou publication partout dans le monde qui ose rapporter ou publier des informations que le gouvernement américain juge nuisibles à ses intérêts ».

John Tarleton, de l’IndyPendent , a noté que ce qu’Assange « fait depuis 15 ans fait l’un des plus importants travail du journalisme au monde ».

« Merci, WikiLeaks », a déclaré Kim Ives, qui a expliqué comment WikiLeaks s’est associé à Haïti Liberté en 2011 en fournissant au journal quelque 2 000 câbles secrets du Département d’État qui sont devenus la base d’une série d’articles mettant à nu les complots et les manœuvres impériales américaines secrètes en Haïti. « Comme Julian l’a dit, le courage est contagieux … Le courage que Julian a montré à tous de nous, pour nous lever et dire la vérité au pouvoir, c’est un exemple que nous devons défendre bec et ongles. Sinon, nous sommes perdus ».

« Il s’agit d’une journée d’action internationale », a déclaré Ben Norton de la Grayzone dans ses remarques, « car en ce moment Julian Assange subit un tribunal de kangourou, un procès injuste…». Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

« Il s’agit d’une journée d’action internationale », a déclaré Ben Norton de la Grayzone dans ses remarques, « car en ce moment Julian Assange subit un tribunal de kangourou, un procès injuste; ils l’ont jeté en prison pour le crime de dire la vérité … WikiLeaks nous a fait un cadeau non seulement ici aux États-Unis, mais aussi aux gens du monde entier ».

« C’est ridicule et injuste l’idée d’Assange d’être extradé ici où il ne pourra jamais obtenir un procès équitable », a expliqué John F. O’Donnell, qui est bien connu de l’émission d’humour politique de RT “Redacted Tonight”. « Il ne mérite pas d’être extradé. Il ne mérite pas de se battre pour sa vie. Il mérite une médaille ».

« Les mensonges et la suppression de la vérité sont sans fin sous le système capitaliste, qui prétend être basé sur la démocratie », a déclaré Marty Goodman de Socialist Action dans son discours, « mais il n’y a pas de démocratie comme nous le voyons dans le cas d’Assange et Chelsea Manning ».

Pendant le rassemblement de 11 h à 13 h, ont pris la parole plusieurs autres militants travaillant à NYC Free Assange, une coalition ad hoc qui s’est formée pour promouvoir la conscience et le soutien autour du cas de Julian. Ils tiennent une veillée dans le hall principal de la gare Grand Central tous les jeudis de 16h30 à 17h30. Tous les amoureux de la liberté sont encouragés à y assister.

Pour plus d’informations, contactez le groupe à :  NYCFreeAssange@gmail.com ou visitez leur page Facebook: NYCFreeAssange.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY