Migrants haïtiens accidentés au Pérou, au Panama et au Mexique !

0
859
L'accident du mercredi matin 15 février 2023 au Panama, à Gualaca, dans la province de Chiriqui: 39 morts et 23 blessés

En l’espace de moins d’un mois, des migrants haïtiens ont été victimes de 3 accidents mortels dans 3 pays différents.

Le premier a eu lieu au Pérou, le samedi 28 janvier 2023, où au moins 24 personnes sont mortes lorsqu’un bus transportant 60 passagers, dont un nombre indéterminé d’Haïtiens, a plongé du haut d’une falaise dans le nord-ouest, a indiqué la police. Ils avaient auparavant indiqué que le bilan dans la province de Piura était de 25, avant de le corriger à 24. Le bus, appartenant à la compagnie Qorianka Tours, était parti de Lima et se rendait à Tumbes, à la frontière avec l’Équateur, lorsqu’il est sorti de la route près de la ville d’Organos, selon la police.

La police présente sur les lieux a déclaré aux médias locaux que l’accident s’était produit à un endroit difficile connu sous le nom de “courbe du diable”, mais elle a précisé que la cause de l’accident faisait toujours l’objet d’une enquête. Un nombre inconnu de passagers blessés ont été transportés vers les hôpitaux d’El Alto et de Mancora, des stations balnéaires populaires situées à environ 1 000 kilomètres au nord de Lima.

Accident d’un bus dans la région péruvienne de Piura, au nord de Lima, le 28 janvier 2023.

Comme au Pérou, le mercredi matin 15 février 2023 a eu lieu au Panama, précisément à Gualaca, dans la province de Chiriqui, à environ 400 km à l’ouest de la capitale, un grave accident d’un bus venant du Darien (jungle frontalière avec la Colombie, très montagneuse et marécageuse de 266 km de long) pour se rendre vers un centre d’accueil de migrants près de la ville de Gualaca.

Les débris du bus accidenté au Panama le 15 février 2023

Une auberge préparée par le gouvernement panaméen en coopération avec des agences d’aide humanitaire de l’ONU et des ONG, pour venir en aide aux migrants à leur sortie du Darien. Et c’est vers ce centre qu’ils se rendaient avant de se rendre au Costa Rica en route pour leur destination finale : les États-Unis.

Bilan de cet autre drame catastrophique : 66 migrants qui se trouvaient dans le bus, dont 22 Équatoriens, 16 Haïtiens, 11 Vénézuéliens, 6 Brésiliens  5 Colombiens et 4 cubains, ainsi que deux chauffeurs. 39 d’entre eux sont morts dont l’un des chauffeurs et au moins trois enfants.  Le nombre des blessés s’élève à 23.

Le président panaméen Laurentino Cortizo n’est pas resté indifférent, il a rapidement tweeté «Cette nouvelle est déplorable pour le Panama et pour la région. Le gouvernement présente ses condoléances aux proches des personnes mortes dans cet accident et réaffirme son engagement à continuer d’apporter une aide humanitaire et des conditions dignes aux migrants »

Dans un télégramme daté du 16 février, au cardinal José Luis Lacunza Maestrojuán de David, dont le diocèse comprend le site de l’accident, le pape François a exprimé sa tristesse pour les victimes de cet accident par l’entremise du secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, qui a déclaré : « Le Saint-Père a reçu avec une profonde tristesse la nouvelle de l’accident de bus … dans laquelle plusieurs migrants ont perdu la vie et d’autres ont été blessés. »

Le télégramme poursuit : “Sa Sainteté, (le pape) François, se joint au chagrin des familles et des amis du défunt et prie pour le prompt rétablissement des blessés”.

Le gouvernement haïtien du Premier ministre de facto Ariel Henry n’a pas songé à dire un mot concernant ses citoyens en difficulté. Pourtant, on peut constater la grande différence de réaction de la part du gouvernement socialiste de Cuba qui dans un tweet indique que : « Le membre du Bureau politique du Parti et ministre des Relations extérieures de Cuba, Bruno Rodríguez Parrilla, envoie, ses condoléances aux proches des victimes du malheureux accident de la circulation à Gualaca, au Panama, impliquant des migrants irréguliers, dont des citoyens Cubains. »

Le dimanche 19 février, un autre accident s’est produit dans le sud du Mexique vers 4 heures de l’après-midi.

Dans les mêmes circonstances de calvaire des migrants, le dimanche 19 février, un autre accident s’est produit dans le sud du Mexique vers 4 heures de l’après-midi. Au moins 13 migrants ont été tués. 4 femmes et 7 hommes tués sur le champ et deux autres personnes justes après et 38 blessés.  Les victimes identifiées sont des ressortissants d’Haïti, du Venezuela et de la Colombie.

C’est la calamité de ce peuple qui arpente le monde à la recherche d’un lendemain meilleur, puisque son pays non seulement appauvri et pillé par les puissances exploiteuses mais  est aussi livré à une insécurité bien ordonnée. Il est temps que le peuple sache, le seul et unique moyen de transformer sa vie est de lutter pour reprendre en main la destinée de sa patrie. Autrement, tout continuera dans le sens du malheur et des calamités à n’en plus finir.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here