Le complot permanent de la déstabilisation

1
1071

Nul ne sait ce qu’il va se passer dans les prochains mois en Haïti, puisque la porte est ouverte aux plus grandes et sinistres aventures. Sous domination des puissances impérialistes, le pays n’est plus maître de sa destinée et sa situation va en s’aggravant à cause de l’impunité persistante d’une justice collapsée par les forces corruptrices régnantes.

Cette semaine, les rues du pays sont malheureusement empruntées dans le sens d’un défoulement carnavalesque sur fond d’une insécurité grandissante, un crime organisé qui nous enfonce davantage dans le chaos.

L’actuel gouvernement et son Premier ministre de facto imposé ne demandent pas plus, car le climat d’insécurité fait bien leur affaire. L’entreprise d’enlèvement contre rançon aide Ariel Henry à maintenir le cap du pouvoir pour une durée encore indéterminée de façon à prolonger et alourdir davantage les souffrances du peuple et conduire le pays dans une situation intenable.

Il est également intéressant de signaler que le mal qui gangrène la vie politique haïtienne est l’enrichissement de la classe politique et de la bourgeoisie bureaucratique avec son corollaire : la corruption. Cette affaire de sanctions que prennent les grandes puissances, c’est pour faire dormir les enfants, car ces pays impérialistes sont les principaux facilitateurs de ce produit via leur système pourri et corrompu du capitalisme dégradant.

la principale revendication populaire depuis le Programme Biden, est l’obtention d’un passeport.

Jamais les menaces de sanctions qui s’accumulent depuis des mois n’avaient été aussi pressantes ; et cela pour paraphraser Ariel Henry lui-même, va beaucoup l’aider. En un sens, les puissances dominantes renforcent de plus en plus son régime. Elles ont aplani le terrain politique de sorte qu’il reste le seul maître à bord, sans aucune forme d’opposition concrète et sérieuse. Même les mobilisations populaires ne sont pas à l’ordre du jour, le carrefour de la résistance est déserté. Si vous cherchez une foule maintenant, vous ne la trouverez que devant les bureaux du service d’Immigration où de nombreux jeunes de la classe ouvrière se bousculent pour l’obtention d’un passeport dans l’espoir de fuir le pays.

C’est une déstabilisation programmée qui est en cours de façon à dénaturer notre conscience nationale. D’ailleurs, il existe dans le pays – y compris dans l’appareil d’État – des forces qui encouragent au départ en masse de nos jeunes cadres. La manœuvre est classique : leurs parents étant au chômage et eux-mêmes n’ont aucun boulot de survie. Les familles se disloquent sous les coups de la misère et de la décomposition sociale.  Voilà pourquoi pour enfoncer le clou dans la plaie béante, le grand bienfaiteur n’a trouvé d’autre solution pour nous encadrer, que de nous offrir au début de cette année un cadeau migratoire.

Ce programme qui vient d’entrer en scène, apparait comme une aubaine, en réalité, c’est  une  arme de destruction massive. C’est un coup de grâce temporaire à la lutte du peuple haïtien que lui adressent les responsables, les architectes de notre chaos, en un mot nos oppresseurs. Ce momentum risquerait d’ouvrir beaucoup plus grande la voie à des opérations de déstabilisation vu que la situation socioéconomique du pays ne fait qu’empirer.

Dans ce puzzle d’événements complexes en constante et rapide évolution, le gouvernement de facto a reçu une grande bouffée d’oxygène lui permettant non seulement de résister mais de faire aussi d’une pierre deux coups : aller jusqu’au bout de son œuvre destructrice tout en désamorçant la colère du peuple.

Justement, la principale revendication populaire depuis le Programme Biden, est l’obtention d’un passeport. Il y a longtemps, qu’on ne voit plus surgir des manifestations contre le régime, la hausse des prix, la misère, le chômage et autres. Même les femmes et les hommes servant dans la Police Nationale, tout comme des techniciens d’autres filières professionnelles commencent à disparaitre les uns après les autres, en tournant le dos au pays. C’est le chaos organisé pour une déstabilisation permanente !

C’est là une donnée tangible et il est nécessaire de dissiper des confusions qui détournent l’attention de la question centrale. Toute cette gymnastique est de ramener le débat non à des questions de changement fondamental et radical à quoi devrait rêver les masses défavorisées mais à des solutions palliatives qui ne briseraient guère la spirale d’un effondrement social bien organisé par les capitalistes et leurs laquais locaux.

La politique des puissances capitalistes à l’égard d’Haïti reste la même dans leurs objectifs comme dans leurs moyens. Détourner l’attention populaire du monumental gâchis dont elles sont responsables de façon à laisser les mains libres à leur marionnette Ariel Henry, le rendre confortable, car il est prêt à tout détruire sur son passage. Un fait qui pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’avenir. L’aboutissement d’un tel projet avec la mise en place du Haut Conseil de la Transition avec trois figurants employés par le Bureau Intégré des Nations-Unies (Binuh) porterait sans nul doute un coup sévère et grave aux acquis démocratiques du pays.

A ce stade, il est important que le peuple se lève et dise qu’une autre forme de société et de gouvernement sans le contrôle des puissances dominantes exploitantes est possible. Et c’est à nous de la construire dans l’unité populaire, le garant de toute volonté de progrès, de changement et d’indépendance.

Non au complot du Triumvirat impérialiste Etats-Unis, Canada, France qui administre  Haïti à travers leurs délégués au sein du Core Group !

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here