L’Interview de Gacheke Grachihu avec le journal brésilien Brasil de Fato

0
119
Gacheke Gachihi, responsable du Centre de justice sociale Mathare à Nairobi, Kenya Photo : Pedro Stropasolas

« L’envoi de policiers en Haïti n’était pas une décision du Kenya, c’était celle d’un président réactionnaire », déclarent les dirigeants populaires du pays.

La Cour suprême du Kenya a temporairement interdit le déploiement des forces de sécurité en Haïti. La mission internationale avait été approuvée par les Nations Unies au début du mois. La décision de la Cour suprême, prolongée le 24, fait suite à la pression des mouvements populaires et à un procès intenté par le leader de l’opposition Ekuro Aukot, qui affirmait que le déploiement des forces de police était inconstitutionnel.

Pour mieux comprendre cette problématique, Brasil de Fato s’est entretenu avec Gacheke Gachihi, leader du Mathare Social Justice Center, un mouvement populaire situé dans la zone urbaine de Nairobi, capitale du Kenya, et qui articule d’autres mouvements populaires dans le pays. L’organisation milite pour les droits humains, la justice sociale, le droit à l’eau et participe également à la lutte pour la transformation démocratique dans ce pays africain.

Les mouvements populaires haïtiens manifestent depuis des mois contre une nouvelle intervention militaire dans le pays. Cette position est motivée par l’évaluation négative de l’héritage de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation d’Haïti (Minustah), dirigée par le Brésil entre 2005 et 2017 et qui a contribué à l’affaiblissement de l’État haïtien et à la dépendance économique étrangère.

L’interview dans toute son intégralité :

Brasil de Fato : Que se passe-t-il au Kenya ? Que pouvez-vous nous dire sur la mission militaire conçue par le président William Ruto en Haïti ?

Gacheke Gachihi : La situation dans laquelle se trouve le Kenya est horrible. Un nouveau régime a pris le pouvoir dans le pays il y a près d’un an. Le président est un réactionnaire. Il a été élu par les Églises évangéliques, la droite chrétienne et les fondamentalistes. C’est un néolibéral. Ce président, William Ruto, n’est pas très différent de Bolsonaro. Ils viennent du même milieu politique et historique. Et il a été coopté par l’impérialisme américain pour travailler pour eux.

Le Kenya a son histoire avec les forces impérialistes. Nairobi est comme une arrière-cour de l’impérialisme. Nous venons d’une colonie britannique et nous bénéficions d’une grande influence militaire américaine au Kenya.

Ainsi, la position du président consistant à envoyer un millier de policiers kenyans en Haïti n’était pas une décision du Kenya, c’était une décision d’un président réactionnaire, et cela était clair lorsqu’il s’est rendu à la réunion de l’ONU, l’Assemblée générale. Il a déclaré qu’il enverrait un millier de soldats en Haïti en réponse à ce qui s’y passait. Mais le problème d’Haïti est un problème des États-Unis, qui ont amené la violence armée en Haïti. C’est une crise de l’impérialisme qui a conduit à la violence en Haïti.

Haïti et l’Amérique latine entretiennent un lien très puissant en raison de la révolution haïtienne qui a inspiré Simón Bolívar. Nous nous sentons donc très mal, en tant que Kenyans et Africains, d’avoir un président réactionnaire qui a pris cette décision.

Dans notre Constitution, le président n’a pas le mandat d’envoyer l’armée ou la police dans un autre pays sans l’approbation du Parlement. Et cette décision n’a pas été adoptée par le Parlement. De plus, un parti avec lequel nous avons une alliance, qui travaille avec nous et s’organise autour de ce sujet, et des camarades des mouvements de défense des droits de l’homme sont allés en justice et ont obtenu l’ordre de cesser d’envoyer des policiers en Haïti si nous ne le faisons pas. Parlement, après ce que dit la Constitution. La décision du président est inconstitutionnelle. Cela n’est pas soutenu par la loi kenyane.

C’est une initiative populiste de ce président et il l’a défendue à New York, à l’Assemblée générale de l’ONU. Il y a également eu une protestation et une pétition au Kenya affirmant que cette décision était une mauvaise décision et que le président William Ruto agissait comme une marionnette des États-Unis.

Et beaucoup de gens sont heureux de voir les Haïtiens manifester aux États-Unis et condamner les actions du président kenyan William Ruto, qui est une marionnette des forces impérialistes. Et la décision que vous avez prise n’est pas la nôtre.

Brasil de Fato : Gacheke, y a-t-il environ un millier de policiers au total ?

Gacheke Gachihi : Oui, mille. Et ce qui suit se produit. Lorsqu’il y a une crise de l’impérialisme, ils utilisent les pays du tiers monde pour nettoyer leurs dégâts. Nous sommes contre cela. C’est pourquoi nous menons une protestation, une campagne et une pétition contre cette décision, déjà désavouée par notre Justice et notre Parlement.

Brasil de Fato : Pourquoi cette mission est-elle si intéressante pour les États-Unis ? Que pouvez-vous dire de cette relation entre les États-Unis et le Kenya ?

Gacheke Gachihi : Le Kenya est un État client des États-Unis. C’est pourquoi ils veulent utiliser le Kenya et ils ont déjà utilisé d’autres pays pour créer des machines et combattre comme en Irak ou en Libye. C’est la même chose. Maintenant, ils demandent directement si nous pouvons envoyer notre police pour accomplir cette tâche en Haïti. Ils procèdent toujours de la même manière. Ce sont des appendices de l’impérialisme : militarisation, fascisme. Et le problème d’Haïti est une création américaine. Maintenant, ils viennent vers nous.

Le Kenya n’est que l’un des pays où la police participe à une formation militaire pour procéder à des exécutions illégales. Cela se produit également au Brésil, où la police assassine de nombreux pauvres. La même chose se produit au Kenya, ce sont des exécutions illégales. La police est formée par Israël et les États-Unis. Pourquoi les entraînent-ils ainsi ? Pour qu’ils soient connectés et puissent être envoyés, car ils ont été formés par eux. Ce n’est pas différent de ce que font les États-Unis en Colombie.

C’est le même manuel qui utilise la violence d’État pour tenter de résoudre les problèmes politiques qu’elle crée. Parce que le problème d’Haïti est une création américaine. Et ce n’est pas une question qui nécessite une solution militaire.

Le problème d’Haïti nécessite des solutions politiques. Mais précisément parce que les États-Unis ne veulent pas quitter Haïti et résoudre le problème politique de la construction d’institutions démocratiques, de l’économie et du pays, ils décident de créer un conflit militaire, un conflit policier en Haïti. Et ainsi continuer à créer du sectarisme et de la violence.

C’est la même chose qu’ils font depuis de nombreuses années en Amérique latine, en Colombie, au Guatemala, au Salvador. C’est la même chose. Le scénario est le même. C’est ce qu’ils font.

Brasil de Fato : Les mouvements populaires ont protesté contre cette mesure et ont joué un rôle central dans le blocage du déploiement des troupes. Quelle est la relation entre le gouvernement et les mouvements au Kenya ?

Gacheke Gachihi : Le Mathare Social Justice Centre dirige des mouvements sociaux au Kenya parce que nous sommes situés en périphérie, dans les bidonvilles, dans des quartiers informels. Nous documentons des cas d’exécutions illégales depuis sept ans.

Le gouvernement n’est donc pas content parce que nous pétitionnons, protestons et marchons, et nous écrivons également des lettres à la communauté internationale pour dire que la décision de ce gouvernement n’est pas différente de ce qu’il fait à notre peuple. Et nos policiers sont les pires possibles parce qu’ils sont violents, ils sont un outil d’oppression.

Et comme je l’ai dit, elle a également été formée par les États-Unis et Israël pour mener des exécutions et des activités policières illégales. Ils ne nous aiment pas parce que nous documentons les violations des droits de l’homme. Mais nous bénéficions toujours du soutien populaire et cette décision a été rejetée par de nombreuses personnes. Sur Internet, de nombreuses personnes ont écrit que c’était une mauvaise décision.

En outre, il y aura notre protestation et notre campagne contre la décision. L’État kenyan n’a jamais été de notre côté. Il sape toujours notre travail et, même maintenant, il a préparé une lettre disant que nous devrions cesser de défendre les droits de l’homme et de documenter ces violations.

Ainsi, la question d’Haïti a été la cible de critiques au Kenya de la part de nombreux mouvements sociaux, forces politiques et partis. C’est une alliance puissante qui s’oppose à cette décision. Et les choses ne resteront pas ainsi.

Ce que nous pouvons dire, c’est qu’il est important d’avoir une demande unifiée de solidarité entre Haïti, le MST et les mouvements sociaux du Kenya, pour lancer une campagne internationale qui dénonce non seulement cette décision, mais aussi la manière dont les États-Unis utilisent les pays du tiers monde comme le Kenya pour former et créer des mécanismes destinés à déstabiliser d’autres pays.

Brasil de Fato : Pour conclure, pensez-vous que le président kenyan échouera dans cette mission ?

Gacheke Gachihi : Vous ne réussirez pas. Tout d’abord, elle a été répudiée au niveau international et national. Les institutions démocratiques du Kenya ont déjà cessé d’envoyer des policiers en Haïti. Il y aura une résistance à la mission tant au niveau local qu’international. Et ce que je peux demander, c’est que les mouvements sociaux mènent une campagne internationale contre cela, tant à l’Assemblée des Nations Unies qu’en Afrique, en Afrique de l’Est et dans notre pays.

Nous avons besoin que les mouvements d’Amérique latine soient conscients du fait que les États-Unis utilisent la police et l’armée pour générer de la violence, assassiner des militants et commettre des exécutions illégales.

Nous avons besoin que des mouvements se joignent à ceux d’Afrique pour rejeter cette mission, car les mêmes tactiques et stratégies que les États-Unis ont déjà utilisées en Amérique latine sont désormais utilisées en Afrique, à commencer par cette mission en Haïti.

Plus les mouvements en Amérique latine comprennent le rôle de l’armée et de la police américaines dans le démantèlement de leurs propres mouvements et forces démocratiques et dans le renversement des gouvernements de la région. Ce sont des exemples identiques, le manuel est le même au Guatemala, au Salvador, au Brésil, en Colombie. Tout de même. C’est pourquoi nous devons marcher ensemble.

 

Édition : Nicolau Soares

Brasil de Fato 27 octobre 2023

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here