L’impérialisme canadien en Haïti

0
530
Magali Comeau Denis (à gauche) dirige la coalition Montana Accord, le principal rival politique du Premier ministre de facto d'Haïti, Ariel Henry.

 

Partie 1 : Diriger une intervention pour restaurer la classe dirigeante d’Haïti

 

Principal rival politique d’Ariel Henry : la coalition de l’Accord de Montana

Les dirigeants d’un autre groupe montréalais de solidarité avec Haïti, Solidarité Québec-Haïti (SQH), ont récemment apporté leur soutien à l’Accord du Montana. En entrevue avec Le Journal de Montréal, le chef de la SQH, Frantz André, a expliqué qu’« il doit y avoir une force tactique qui assure le soutien sur place, en coordination avec le groupe Montana ». Dans une entrevue séparée, Jean Saint-Vil de la SHQ a également offert son soutien à l’Accord du Montana, tout comme l’activiste féministe Chantal Ismé.

SQH a récemment invité le président par intérim proposé par l’Accord du Montana, Fritz Alphonse Jean, à s’adresser à la communauté haïtienne de Montréal le 22 avril 2023 à l’Association culturelle haïtienne Perle Retrouvée.

L’Accord du Montana est né en août 2021. Il était le résultat d’un processus consultatif qui a commencé des mois avant l’assassinat de Moïse et qui comprenait des organisations de la société civile haïtienne, des organisations paysannes, des partis politiques et des groupes religieux. L’Accord comprend un plan de transition de deux ans centré sur un gouvernement provisoire qui superviserait les élections.

Ils auraient eu le soutien d’environ 400 à 650 groupes et organisations de divers secteurs de la société haïtienne.

Alors que Fritz Alphonse Jean est actuellement en tournée et parle au nom de la coalition de l’Accord du Montana, deux autres personnes ont tendance à parler aux médias au nom de la coalition : Magali Comeau Denis et Jacques Ted Saint Dic. Denis et Saint Dic ont dirigé la coalition depuis ses débuts avant l’annonce de l’accord du Montana.

Comeau Denis et Saint Dic sont désormais les rivaux politiques d’Henry, mais cela n’a pas toujours été le cas. À la suite du coup d’État de 2004 soutenu par les Américains et les Canadiens, un « Conseil des sages » a été formé (parfois appelé le Conseil des sages). Ce conseil était composé d’universitaires, de leaders culturels et de politiciens qui ont soutenu le coup d’État. Parmi les “leaders culturels” de ce conseil chargés de sélectionner les dirigeants du gouvernement post-coup d’État figurait Ariel Henry.

Ils ont travaillé pour consolider le coup d’État tandis que la dictature Latortue – Boniface menait une campagne sanglante contre les membres et sympathisants de FL.

Magali Comeau Denis était l’un des membres de la bourgeoisie haïtienne que le Conseil des Sages a choisi pour le gouvernement de coup d’État. Elle a été nommée « ministre de l’Information et de la Culture » sous le régime de facto du Premier ministre Gérard Latortue.

Cela faisait suite à son rôle actif dans l’affaiblissement du FL dans la perspective du coup d’État de 2004. Comeau Denis a co-écrit une lettre signée par des dizaines de membres de l’élite haïtienne, qualifiant le gouvernement d’Aristide de “pouvoir tyrannique”. La déclaration affirmait que le gouvernement d’Aristide connaissait une “dérive totalitaire” en plus de “l’incompétence et la corruption”. La déclaration affirmait qu’en retirant le soutien du gouvernement, ils montraient «l’unité» avec leurs compatriotes haïtiens qui avaient massivement voté pour Aristide et le FL.

Comeau Denis a participé avec enthousiasme à la campagne anti-Lavalas, tout comme le “défenseur des droits de l’homme” Pierre Espérance, qui a ciblé le premier ministre FL Yvon Neptune avec des accusations fabriquées d’avoir orchestré un massacre à La Scierie. Comeau Denis a également porté des accusations de meurtre contre un autre dirigeant FL dans le cadre d’une campagne visant à criminaliser le parti extrêmement populaire et à réprimer la dissidence.

En 2005, un journaliste nommé Jaque Roches a été retrouvé mort près d’un quartier de Port-au-Prince où le FL est resté populaire. Comeau Denis a accusé un chef FL, le révérend Gérard Jean-Juste, d’avoir orchestré le meurtre. Aucune preuve n’a été offerte.

Cela a conduit Jean-Juste à être attaqué dans une église de Pétionville lors des funérailles de Roches par des membres du Groupe des 184, un front de la « société civile » soutenu par les États-Unis. Il a survécu aux coups, seulement pour être emprisonné pendant sept mois par le régime. À sa libération, on lui a diagnostiqué une leucémie à laquelle il a finalement succombé quelques années plus tard en 2009.

Les allégations sans fondement de Comeau Denis contre Jean-Juste faisaient partie d’une vaste campagne de propagande menée contre FL, largement dirigée par Pierre Espérance, le directeur du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH, anciennement NCHR – Haïti).

Soutenue par le National Endowment for Democracy (NED) et l’Agence canadienne de développement international (ACDI), la NCHR-Haïti s’est engagée dans un “partenariat de travail étroit avec la dictature de Latortue”. Selon Richard Sanders, Global Fellow à l’Institut canadien du Wilson Center, NCHR-Haïti “est devenu, en fait, une branche du gouvernement “intérimaire” illégal”.

Ted Saint Dic, a déclaré que les États-Unis ont un “rôle puissant et important pour aider à remettre la démocratie sur les rails en Haïti”.

Brian Concannon, le directeur de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (IJDH), a décrit NCHR-Haïti comme un « critique féroce » du gouvernement d’Aristide et un « allié » du régime illégal, officiellement appelé le Gouvernement intérimaire d’Haïti (IGH ).

Selon Concannon, le régime Latortue « avait un accord avec la NCHR-Haïti pour poursuivre toute personne dénoncée par l’organisation ».

« Les personnes perçues comme soutenant le gouvernement constitutionnel d’Haïti ou Fanmi Lavalas, le parti politique du président Jean-Bertrand Aristide, [ont été] systématiquement persécutées de fin février à aujourd’hui. Dans de nombreux cas, le gouvernement de facto du Premier ministre Gérard Latortue est directement responsable de la persécution », explique Concannon. La NCHR-Haïti « est devenue de plus en plus politisée et, à la suite du coup d’État de 2004, elle a coopéré avec l’IGH pour persécuter les militants Lavalas. La persécution est devenue si flagrante que l’ancienne organisation mère de NCHR-Haïti, NCHR basée à New York, a publiquement répudié le groupe haïtien et lui a demandé de changer de nom.

Il n’est donc pas surprenant que Pierre Espérance, qui continue d’occuper le poste de directeur du RNDDH, soit également partisan de l’Accord de Montana.

L’engagement de Comeau Denis envers la démocratie et la constitution haïtienne n’est pas crédible. Elle représente un secteur de la bourgeoisie haïtienne qui s’oppose au régime du PHTK mais n’est en aucun cas attachée à la démocratie ou à la souveraineté haïtienne. S’attendre à un gouvernement de transition avec Comeau Denis dans un rôle de leadership pour reconstruire un État, la démocratie et maintenir la souveraineté haïtienne, alors qu’elle a passé des années à détruire les trois, met à rude épreuve la crédulité.

Reconstruire une bourgeoisie ou solidarité avec les masses ?

Ted Jacques Saint Dic, économiste de formation, est l’un des principaux porte-parole de l’Accord du Montana et, comme Comeau Denis, dirige la coalition derrière l’Accord depuis le début.

En septembre 2022, Saint Dic a expliqué sa mission “de jeter les bases de la reconstruction d’une bourgeoisie nationale”. Cela devait être réalisé en faisant pression pour « un consensus mondial au sein du secteur privé » en Haïti.

Saint Dic ne cache pas où sont ses priorités en tant que leader de la coalition du Montana. S’exprimant sur “Panel Magik” le 31 août 2022, Saint Dic a fait valoir que le “consensus politique doit être élargi” et a recommandé de tendre la main aux dirigeants du secteur privé. « Un bloc uni de dirigeants du secteur privé aura plus d’influence politique et sociale pour trouver une solution à la crise. »

Ce qui a suivi le 8 décembre 2022 était une déclaration de la communauté des affaires de Port-au-Prince promettant de « coopérer avec une administration transitoire consensuelle pour élaborer et présenter une feuille de route politique, humanitaire et économique vers une nouvelle Haïti ».

La déclaration a été signée par de nombreux chefs d’entreprise et oligarques basés à Port-au-Prince, dont Laurent Saint-Cyr, représentant la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ouest, Jean-Philippe Boisson, représentant la Chambre de commerce américaine d’Haïti, Michelle Mourra , représentant la Chambre de commerce et d’industrie haïtiano-canadienne, Fritz Mevs, représentant l’Association des ports d’Haïti, Eddy Deeb, le fils de l’oligarque haïtien Reynold Deeb, et Reuven Bigio, fils de Gilbert Bigio, un oligarque haïtien qui est aussi le plus riche homme dans les Caraïbes.

Cela semblait indiquer que les oligarques d’Haïti étaient du côté de l’Accord du Montana. Suite à l’annonce par Ariel Henry d’un accord et d’une coalition renouvelés le 21 décembre 2022 (d’où le nom d’accord du «21 décembre» ou «accord Karibe» du nom de l’hôtel où l’annonce a été faite), un collectif de chambres de commerce à l’extérieur de Port- au-Prince semblait comprendre que ce n’était pas le cas. Ils ont publié une déclaration le 30 décembre 2022 refusant de soutenir le nouvel accord d’Henry. La déclaration a également dénoncé ce qu’ils considéraient comme une “économie centralisée” et “criminelle” que “la grande majorité des politiciens et leurs bénéficiaires dans le secteur des affaires de Port-au-Prince – les véritables faiseurs de rois – ont nourri et renforcé pendant des décennies”.

En février 2023, Laurent Saint-Cyr a été choisi par Ariel Henry pour représenter la communauté des affaires au sein de son Haut Conseil de transition (HCT), indiquant que l’élite dirigeante des affaires en Haïti – les oligarques d’Haïti – continue de soutenir Henry.

Au cours de la période de 16 mois entre la naissance de l’Accord du Montana et celle de l’Accord du 21 décembre d’Henry, Saint Dic s’est concentré sur l’appel à Washington pour la légitimité. Dans un article du 7 septembre 2022 pour Just Security, Saint-Dic a fait valoir que «les responsables les États-Unis doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour saisir cette fragile opportunité de soutenir et de créer un espace pour les Haïtiens engagés dans un effort extraordinaire pour reconstruire la démocratie.

Saint Dic a déclaré que les États-Unis ont un “rôle puissant et important pour aider à remettre la démocratie sur les rails en Haïti”. Apparemment demandant une intervention militaire au nom du groupe du Montana, il a déclaré que : “les États-Unis devraient utiliser des tactiques créatives et agressives pour intercepter les activités criminelles en Haïti”.

Ces déclarations révèlent la stratégie du Montana pour accéder au pouvoir en Haïti : faire appel à Washington pour la légitimité et le contrôle d’un gouvernement de transition. Comeau Denis et d’autres représentants du Montana ont rencontré à maintes reprises des diplomates américains et des représentants du gouvernement. À chaque étape, on leur a dit de négocier avec Henry et d’« élargir le consensus ».

Ils n’ont abouti à rien. L’impulsion de faire appel à Washington pour la légitimité comme voie d’installation d’un gouvernement de transition dirigé par le Montana a érodé leur soutien à l’intérieur d’Haïti.

L’accent mis par Saint Dic sur l’obtention du soutien des oligarques d’Haïti tout en faisant appel à l’administration Biden est un signe de ce que les Haïtiens peuvent attendre d’un gouvernement intérimaire dirigé par le Montana : une dévotion aux politiques néolibérales et à la domination impériale américaine, tout en offrant occasionnellement des signes de tête à la Constitution haïtienne.

Compte tenu de l’enthousiasme de Saint Dic pour la collaboration avec les oligarques d’Haïti, on ne sait pas exactement pourquoi le soutien est revenu si rapidement à Ariel Henry après l’annonce de l’Accord du 21 décembre et du HCT. Lors de son annonce, Washington a montré un enthousiasme renouvelé pour Henry et son HCT, tout en continuant à appeler à un “élargissement du consensus”.

La perte de soutien a clairement surpris le leadership du Montana.

Selon Alterpresse, Saint Dic a répondu au soutien renouvelé de Washington à Henry en disant que les Haïtiens doivent avoir la souveraineté de choisir leur propre chef, “pas les blancs qui les nommeront ou décideront quand ils devraient partir au moyen d’un tweet”. Saint Dic faisait référence au tweet du BINUH au nom du CORE groupe qui a installé Henry au poste de Premier ministre.

Il a également déclaré de manière malhonnête dans l’interview que le Montana est “une force d’opposition par rapport à la puissance internationale, par rapport à la puissance américaine”.

Ce renversement de rhétorique aurait été significatif en 2021, avant que la coalition à l’origine de l’Accord ne commence à se désagréger. Compte tenu des circonstances, cependant, cela semble être un peu plus qu’un éclat de frustration de la part d’un dirigeant qui a passé 18 mois à faire appel à Washington sans rien montrer pour cela.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here