L’hypocrisie d’Abinader démasquée par la communauté dominicaine d’origine haïtienne

0
304
Des citoyens dominicains privés de nationalité dominicaine parce qu’ils sont d'origine haïtienne

Concernant le mandat de deux ans de Luis Abinader, la communauté dominicaine d’origine haïtienne lui a adressé une lettre ouverte comparant le discours du président en 2013, lorsqu’il s’est opposé au jugement 168-13 qui a retiré la nationalité à des centaines de milliers de Dominicains d’origine haïtienne, avec la réalité de son gouvernement, où il a maintenu et intensifié une politique de ségrégation raciale et de violation du droit fondamental à la nationalité.

À l’occasion du neuvième anniversaire de ladite condamnation aujourd’hui, La Voz de los Trabajadores reproduit la lettre complète dans laquelle l’hypocrisie d’Abinader et de son gouvernement raciste est évidente.

Une manifestation de l’organisation de Dominicains d’origine haïtienne : Reconoci.do

Président Luis Abinader

Le 16 août a marqué deux ans depuis le début de votre gouvernement. Malheureusement, pour la communauté dominicaine d’origine haïtienne privée de nationalité par l’arrêt TC 168-13, il n’y a eu aucun changement pour surmonter l’héritage de discrimination et de marginalisation laissé par les gouvernements précédents.

Au cours de ces deux années, la ségrégation raciale s’est poursuivie dans laquelle nous avons moins de droits que le reste du peuple dominicain, et notre situation s’est aggravée du fait que nous souffrons d’arrestations arbitraires par la police et les agents de l’immigration.

En quoi il y a eu un changement important, c’est dans son discours et sa position. Pour voir ce que l’Abinader d’hier dirait à l’Abinader d’aujourd’hui, il suffit de lire son discours lors de l’acte intitulé « Solidarity Hug », dans l’Aula Magna de l’UASD, un acte de solidarité avec les personnes d’origine haïtienne. Vous devez vous en souvenir. C’était le 5 décembre 2013, un peu plus de deux mois s’étaient écoulés depuis la condamnation 168-13. Voilà ce que vous aviez dit en ce temps-là:

« Nous vivons un moment dramatique. Le pays semble avoir abandonné le gouvernement de la raison pour le gouvernement des émotions. Les sentiments débordés sont de mauvais conseillers, les grands drames de l’humanité ont été le résultat d’émotions incontrôlées. La pire des émotions est la peur. La peur recouvre la géographie spirituelle de nombre de nos concitoyens. Les pays effrayés, comme les individus, deviennent souvent hostiles, et cette hostilité, je dois le dire avec tristesse et honte, blesse de nombreux Dominicains. C’est le temps des responsabilités, il n’y a pas de place pour des positions ambiguës, ou la dignité des personnes est défendue ou contre elle.

Luis Abinader

Le penseur et philosophe français (Tzvetan) Todorov a fait une description, aujourd’hui opportune, de la différence entre pays barbares et pays civilisés : Les barbares sont ceux qui considèrent que les autres, parce qu’ils ne leur ressemblent pas, appartiennent à une humanité inférieure… Être civilisé, c’est être capable de reconnaître pleinement l’humanité des autres, même s’ils ont des visages différents.

Des décisions injustes et non civilisées retirent le droit à la nationalité à des Dominicains aux visages différents. Aujourd’hui, nous sommes venus leur montrer notre solidarité, nous le faisons parce que nous pourrions être l’un d’entre eux. Comme beaucoup d’autres milliers de Dominicains, je suis un descendant d’immigrants, mon histoire personnelle est similaire à celle de beaucoup de personnes touchées. Les Abinaders, comme beaucoup d’autres, sont venus au pays fuyant l’intolérance politique et religieuse et les difficultés économiques d’une région dévastée par les guerres. Le premier Abinader est arrivé ici comme les autres jeunes qui ont suivi les histoires de grandes opportunités qui leur sont venues de parents ou d’amis qui avaient voyagé de ce côté du monde à la recherche de liberté et de moyens de subsistance… Tous les immigrés européens et asiatiques qui sont venus dans les Amériques au XIXe siècle à la recherche de fortune, ils n’apportaient que les vêtements qu’ils portaient.

Les conditions de vie de ces premiers immigrants lorsqu’ils sont arrivés ici n’étaient pas différentes de ce que nous voyons des immigrants d’aujourd’hui. El Eco del pueblo à Santiago rapporte qu’en 1884 les Arabes portaient des vêtements inappropriés, travaillant dur dans la seule option pour rejoindre le marché du travail, qui était de travailler dans les rues, comme vendeurs ambulants… Ceux-là, les vendeurs ambulants vivaient jour après jour avec ce qu’ils portaient et pendant des années entassés dans des maisons en si mauvais état qu’elles ont failli s’effondrer. L’historien Jaime de Jesús Domínguez raconte qu’en 1910, quelque 47 Arabes vivaient ensemble dans une seule maison, dans une grande pauvreté. Pendant deux décennies, ce style a été maintenu, mais cette activité de colporteur a permis à la communauté arabe de dominer le commerce, du moins dans les principales villes, et aujourd’hui, ils sont le tronc des familles qui contribuent beaucoup à la société dominicaine.

Je suis dans la vie politique parce que je veux garantir à tous les Dominicains l’égalité devant la loi. Un pays civilisé ne devrait tolérer aucune forme de discrimination. La constitution et les lois sont de leur côté, les accords internationaux signés par le pays nous obligent à respecter leurs droits. Vous n’êtes pas seuls, comptez sur moi, comptez sur nous tous, comptez sur vos compatriotes de bonne volonté, nous resterons à vos côtés jusqu’à ce que la peur disparaisse de l’esprit de beaucoup et que nous redevenions la République dominicaine, qui est vraiment un pays uni et solidaire pour toujours ».

Président Abinader, c’est maintenant vraiment le moment de la responsabilité. Il vous appartient maintenant de mettre fin à la violation des droits humains des Dominicains d’origine haïtienne. Allez-vous maintenir en vigueur la politique que vous avez vous-même définie comme “pas très civilisée”, consistant à nous refuser la nationalité et l’égalité des droits ? Vous  positionnerez-vous en faveur de la dignité des personnes ou continuerez-vous à la violer ?

Allez-vous dissiper la peur infondée des immigrants haïtiens et de leurs enfants et petits-enfants dominicains, qui alimente la haine et la discrimination racistes, ou continuerez-vous à nous stigmatiser comme un fardeau pour l’État et une prétendue menace à la souveraineté, nous persécutant même dans les écoles et les hôpitaux ? ? Continuerez-vous à priver les Dominicains d’origine haïtienne des opportunités qu’avaient les enfants et petits-enfants d’immigrés d’Europe et du Moyen-Orient, comme vous, de participer pleinement à la vie sociale, économique et politique du pays ? Allez-vous prendre des mesures concrètes pour “civiliser” la République dominicaine dans le sens d’éliminer définitivement la discrimination raciale ?

Vous devez connaître le proverbe arabe qui nous rappelle qu’il y a quatre choses qui ne peuvent être défaites : la balle tirée, la parole prononcée, le temps passé et l’occasion manquée. Les mots que vous avez prononcés ne peuvent être effacés, pas plus que les années qui se sont écoulées depuis 2013, y compris les deux années de votre gouvernement. Ne perdez pas l’occasion de corriger la grande injustice que l’État dominicain a commise contre nous les dominicains et dominicaines d’origine haïtienne.

 

Reconocido 3 septembre 2022

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

23  septembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here