Lettre au Secrétaire Général de l’ALBA-TCP Monsieur Sacha Llorenti

0
722

Le 25 Octobre 2022

Monsieur Sacha Llorenti
Secrétaire Général de l’ALBA-TCP
Caracas, Venezuela

Monsieur le  Secrétaire Général,

Nous vous écrivons aujourd’hui afin de vous avertir d’une grave menace qui pèse sur la région des Caraïbes en général et sur l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique – Traité Commercial des Peuples en particulier.

Vous, en tant que Secrétaire Général de l’ALBA, êtes dans une position clé pour avertir les États membres de la CARICOM des dangers et des pièges de suivre l’imposture d’invasion  de l’impérialisme américain en Haïti.

Les États-Unis d’Amérique ont lancé une campagne pour baser leurs forces armées en Haïti pendant au moins une décennie, établissant ainsi un autre précédent pour violer la souveraineté des nations d’Amérique latine et créer une position avancée d’agression contre les soulèvements populaires régionaux et les membres des nations de  l’ALBA, en particulier Cuba et le Venezuela.

Les États-Unis d’Amérique ont lancé une campagne pour baser leurs forces armées en Haïti pendant au moins une décennie, établissant ainsi un autre précédent pour violer la souveraineté des nations d’Amérique latine

Il s’agit de la quatrième invasion criminelle d’Haïti par Washington en un siècle. Depuis 1804, une excuse après l’autre a justifié des décennies de sanctions américaines contre la première République africaine du Nouveau monde.

Il semblerait que la Chine et la Russie pourraient bloquer le pari de Washington pour obtenir l’approbation du Conseil de sécurité de l’ONU pour une nouvelle occupation militaire d’Haïti. Il est peu probable que Luis Almagro réunisse les 23 voix nécessaires pour déclencher la clause d’intervention militaire de la « Charte interaméricaine » de l’OEA.

Cependant, les États-Unis peuvent essayer de former une alliance caribéenne similaire à leur tactique pour fournir une feuille de vigne à leur invasion de la Grenade en 1983.

Les États-Unis n’ont actuellement aucun autre moyen de faire entrer leurs troupes en Haïti, ce qui est un cas pilote pour la mise en œuvre de la loi américaine sur la fragilité mondiale (The U.S. Global Fragility Act).   Cette loi vise précisément à stationner des troupes américaines dans divers pays sur une base bilatérale, le tout sous couvert d’aide « humanitaire ».

Le complot est dans un stade très avancé, créant ainsi une situation grave. Les États-Unis ont convaincu le Conseil de sécurité de l’ONU de placer Haïti à nouveau sous le contrôle du chapitre 7, privant, de fait, le pays de sa souveraineté.

De plus, le Conseil de sécurité commence à imposer des sanctions à des individus en Haïti, comme les États-Unis l’ont fait contre des personnalités politiques importantes au Venezuela et à Cuba.

C’est une violation flagrante de la souveraineté d’Haïti. C’est une menace pour la souveraineté de tous les pays de la région.

Cet appel a reçu la solidarité du Bolivarian Circle of North America, Cuba Si Coalition, Council of Hemispheric Affairs (COHA), Honduras Solidarity Network, Nicaragua Solidarity, Alliance for Global Justice (AFGJ), Sanctions Kill Campaign, et the International Action Center.

Merci Monsieur le Secrétaire général de l’attention que vous voudrez bien porter à cette affaire urgente.

Berthony Dupont
Directeur, Haïti Liberté

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here