Les néo-nazis et la police nationale dominicaine empêchent les progressistes d’agir en solidarité avec la lutte du peuple haïtien

0
3931
Des soldats dominicains et un groupe de néonazis au « Parque Independencia » pour empêcher un mouvement de solidarité à la lutte du peuple haïtien

Le déploiement de dizaines de membres de la Police Nationale, en coordination avec un petit groupe de militants néo-nazis, a occupé ce jeudi les abords du Parc de l’Indépendance à Saint-Domingue pour bloquer la tenue d’un acte de solidarité avec les mobilisations en Haïti contre l’ingérence impérialiste. L’événement avait été convoqué par le Coordonnateur national populaire, qui regroupe des dizaines d’organisations sociales dominicaines. Sous protection policière, les néonazis ont scandé des slogans appelant à l’assassinat de « traîtres », terme couramment utilisé pour désigner les défenseurs des droits de l’homme et les militants de gauche.

Depuis la veille, des néonazis de l’ancien ordre dominicain, un groupe qui revendique publiquement Mussolini et Trujillo, ainsi que d’autres groupes, avaient menacé les organisateurs de l’acte de solidarité, assurant qu’ils étaient haïtiens, et appelant leurs sympathisants à assister armé de bâtons et de pierres au « Parque Independencia ». Utilisant des théories du complot similaires à celle du “grand remplacement” agité par les néonazis aux États-Unis et en Europe, l’extrême droite dominicaine assure qu’il existe des plans “mondialistes” d’institutions telles que l’ONU pour une supposée fusion entre la République dominicaine et Haïti. Ces mêmes groupes propagent souvent des théories du complot anti-vaccin, contre l’éducation sexuelle et reproductive, et contre les droits des femmes et de la communauté LGBTQ.

Un communiqué de presse de la Police nationale a indiqué que le droit de mener des activités pacifiques était refusé aux « pro-Haïtiens », un autre terme couramment utilisé par l’extrême droite pour désigner les membres d’organisations démocratiques, de gauche ou antiracistes. « La question de la souveraineté du pays et de la défense des meilleurs intérêts nationaux ne sera jamais remise en question sous l’administration du président Luis Abinader », a ajouté la note, coïncidant avec le discours néo-nazi sur le prétendu caractère anti-national de l’appel de la Coordination nationale Populaire.

Cette alliance de facto entre le gouvernement de Luis Abinader et les groupes fascistes est basée sur leurs coïncidences concernant la politique raciste qu’il mène contre la communauté immigrée haïtienne

Ce modus operandi des groupes fascistes est récurrent, proférant des menaces de mort puis agissant de concert avec la Police Nationale pour empêcher l’exercice des droits démocratiques du peuple dominicain. Ceci en dépit du fait que la Police nationale est légalement définie comme une institution apolitique et non partisane. Le bureau du procureur général, que le gouvernement de l’homme d’affaires Luis Abinader présente comme “indépendant”, n’a pas agi contre ces méthodes terroristes malgré le fait qu’au cours des trois dernières années, des lettres ont été présentées demandant l’ouverture d’enquêtes. Il est clair qu’il s’agit d’une politique du régime, partagée par les gouvernements de droite du PLD (2004-2020) et du PRM (2020-actuel).

En décembre 2018, avant une activité sportive à l’occasion de la journée internationale des migrants, convoquée par le collectif HaitianosRD dans le parc Mirador Sur à Saint-Domingue, des organisations fascistes ont menacé qu’il y aurait un “bain de sang”. Les autorités, au lieu d’enquêter sur ces menaces terroristes, ont choisi de retirer l’autorisation pour l’activité sportive. Le journal Diario Libre, l’un des journaux les plus diffusés dans le pays, a publié un éditorial dans lequel il décrit l’appel, et la dénonciation subséquente des menaces, comme une provocation qui pourrait déclencher un génocide comme celui du Rwanda contre les immigrants Haïtiens.

En juin 2020, des néonazis ont agi en coordination avec la police nationale pour empêcher un hommage public à George Floyd à Saint-Domingue. Deux militants antiracistes ont été interpellés par des policiers. Malgré la répression, l’activité s’est poursuivie. En novembre 2021, la police nationale a empêché à trois reprises des mobilisations vers le Palais national par l’Union des travailleurs de Cañeros, une organisation syndicale qui regroupe des travailleurs retraités qui réclament depuis une décennie le paiement de leurs pensions à l’État dominicain. . Simultanément, des groupes fascistes se sont rassemblés devant le Palais national sous protection policière, déclarant à la presse qu’ils feraient couler le sang si la manifestation atteignait cet endroit.

Cette alliance de facto entre le gouvernement de Luis Abinader et les groupes fascistes est basée sur leurs coïncidences concernant la politique raciste qu’il mène contre la communauté immigrée haïtienne, y compris la construction d’un mur coûteux à la frontière avec Haïti, l’expulsion des femmes enceintes les femmes et les enfants séparés de leurs parents, la répression contre les travailleurs et l’exigence d’une plus grande ingérence impérialiste en Haïti, avec l’envoi d’une « force de paix robuste », un euphémisme qui signifie une nouvelle occupation militaire. Les expulsions massives d’immigrants haïtiens, qui dépassaient déjà les 57 000 en juillet, sont menées en violation systématique des droits de l’homme, y compris de nombreuses plaintes pour torture et meurtre. Abinader applique également une politique raciste d’arrestations arbitraires contre la communauté dominicaine d’origine haïtienne, qui constitue depuis 2013 la plus grande population apatride de l’hémisphère occidental. Pour ces raisons, la marche fasciste du 6 août à Saint-Domingue, petite mais très médiatisée, a été une mobilisation de soutien critique au gouvernement, soutenant ses mesures mais exigeant leur accélération et leur intensification.

La mobilisation massive du peuple haïtien contre le régime autoritaire et illégitime du PHTK, présidé par Ariel Henry et soutenu par le Core Group, dirigé par les gouvernements des États-Unis, du Canada et de la France, se développe depuis plusieurs semaines. Il a acquis une plus grande force après qu’une augmentation drastique des prix du carburant a été imposée, conformément aux directives du FMI. L’alliance entre le gouvernement dominicain et l’extrême droite n’empêchera pas l’expression de la solidarité avec la lutte du peuple haïtien. Les organisations de gauche, démocrates et antiracistes sont déjà en train de prendre des mesures pour appeler à une nouvelle action de solidarité plus énergique.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

30 septembre 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here