Les luttes haïtiennes pour la liberté déformées

0
1724
Jimmy Cherizier s'adressant à un rassemblement à La Saline, l'un des bidonvilles les plus pauvres de Port-au-Prince. Photo: Jean-Wesley Amady

(English)

« L’une des raisons pour lesquelles je pense que les gens sont passés
de la lecture des journaux grand public à Internet,
c’est parce qu’ils se rendent compte qu’on leur ment ».
Robert Fisk

 Il s’agit d’un extrait de la deuxième partie de la série de Peter Biesterfeld pour The Canada Files : A Case for anti-war and anti-imperialist journalism. Il se concentre sur la façon dont les médias grand public du Canada laissent tomber les Canadiens avec leur couverture de la politique étrangère.
Ce qui suit est un examen critique de la fiabilité du quatrième pouvoir du Canada, également connu sous le nom de médias grand public du Canada. Avec des exemples tirés des gros titres, l’objectif est de faire la lumière sur les reportages sur les affaires étrangères du Canada et de tirer les leçons de ses échecs afin de servir le droit du public à savoir de manière plus fiable à l’avenir. 

Le contexte et le contexte profond dont les consommateurs de nouvelles ont besoin pour bien comprendre ce qui se passe dans le monde et le rôle du Canada dans celui-ci sont souvent laissés de côté dans les reportages grand public.

Un bon exemple en est le blanchiment continu par les médias de l’establishment du rôle du Canada en Haïti.

Ce titre de CBC de 2004 est toujours affiché sur cbcnews.ca : – Aristide quitte ses fonctions, fuit Haïti – l’article poursuit en disant : « Jean-Bertrand Aristide a démissionné de la présidence d’Haïti et a quitté le pays dimanche, cédant aux pressions des rebelles qui ont dit ils ne prendraient pas d’assaut la capitale s’il partait ».

Mise à jour de CTV près de 20 ans plus tard dans un reportage de 2021 : « Réélu en 2000, il (Aristide) a été évincé quatre ans plus tard dans une rébellion menée par des opposants liés à l’élite et à l’ancien régime duvaliériste ».

Les deux récits laissent sous silence le rôle machiavélique du Canada dans l’éviction du président haïtien démocratiquement élu Jean-Bertrand Aristide.

Cette banderole de l’Actualité (15/03/03) contredit la presse anglaise : « – Haïti mis sous tutelle par l’ONU ? – Aristide doit être renversé. Et ce n’est pas l’opposition haïtienne qui l’appelle, mais un ensemble de pays réunis à l’initiative du Canada !

Yves Engler a rapporté qu’un initié libéral du gouvernement de Jean Chrétien avait divulgué au journaliste de l’Actualité Michel Vastel les détails d’une réunion entre des responsables gouvernementaux canadiens, français et américains, ainsi que des représentants de l’Organisation des États américains (OEA) qui se sont réunis pour élaborer une stratégie sur le changement de régime en Haïti. Aucun représentant haïtien n’a été invité à la réunion secrète désignée “L’Initiative d’Ottawa sur Haïti” où “Aristide doit partir” était le thème et une tutelle de l’ONU “modèle du Kosovo” sur Haïti était sur la table.

L’histoire de Vastel de 2003 reste publiée sur le site d’actualités de l’Actualité et des informations supplémentaires sur l’Initiative d’Ottawa publiées sur le média en ligne The Breach peuvent être trouvées dans les archives publiques. Pourtant, les journalistes de l’establishment continuent d’ignorer l’histoire, et les Canadiens qui obtiennent leurs nouvelles des marques les plus fiables ne sont pas plus conscients du véritable rôle que le Canada a joué et continue de jouer dans les affaires d’Haïti, agissant de concert avec les intérêts américains et l’Organisation des États américains. (OEA).

Au moment d’écrire ces lignes, la société haïtienne sombre dans le chaos. Les manifestations de rue contre les interventions étrangères dans les affaires haïtiennes se sont transformées en une insurrection virtuelle. Les manifestants portant des cercueils symboliques arborant les drapeaux du Canada, de la France et des États-Unis font la une des journaux, mais ne font l’objet d’aucun examen éditorial significatif dans la presse canadienne grand public.

Allan Woods, journaliste du Star basé à Montréal, présente une version de la situation actuelle en Haïti dans un article du 18 mars : « L’assassinat en juillet 2021 du président Jovenel Moïse a déclenché une vague d’insécurité qui a inondé la nation insulaire. . Des gangs puissants se sont battus pour le contrôle du pays et la Police nationale haïtienne, manquant de personnel et d’équipement, a été impuissante à faire respecter la loi.

Un sous-titre de la CBC de décembre 2021 se lit comme suit : « Certains Haïtiens disent que le contrôle de facto par des ambassadeurs étrangers, les alliés locaux ont apporté la faim et la règle des gangs ». Le spécialiste des affaires latines de CBC, Evan Dyer, reconnaît que l’intervention étrangère et une classe dirigeante corrompue sont les causes profondes d’une crise humanitaire perpétuelle en Haïti.

Citant l’activiste haïtienne Monique Clesca, membre de l’Accord Montana pour une solution haïtienne à la crise, Dyer rapporte que les ambassades « poussent une supposée stabilité remplie de corruption et d’impunité. Nous sommes là où nous sommes grâce au soutien du Core Group, mené par les États-Unis, et le Canada joue également un rôle de premier plan. »

Comme pour la plupart des reportages canadiens sur Haïti, l’histoire de Dyer omet toute explication significative du «rôle de premier plan» du Canada dans la «supposée stabilité» d’Haïti. Le bilan du Canada en tant qu’intervenant étranger perpétuel, partisan du changement de régime et partisan des dirigeants haïtiens corrompus est flou.

Un éditorial du Toronto Star du 3 décembre 2022 intitulé, Ne croyez pas le battage médiatique : le Canada n’est pas un ami d’Haïti est un exemple peu courant de contexte historique sur Haïti qui fait son chemin dans le courant dominant. Les universitaires Karine Coen-Sanchez, Haïtienne de première génération et candidate au doctorat à l’Université d’Ottawa, et Kevin Edmonds, professeur adjoint en études caribéennes à l’Université de Toronto, écrivent :

« Le dangereux manque de contexte dans les reportages sur Haïti positionne le Canada comme un sauveur, alors qu’il existe plutôt une histoire complexe d’actions égoïstes, condescendantes et impérialistes qui ont neutralisé les mouvements politiques populaires, sapé la capacité de l’État et soutenu un parti kleptocratique et affilié à un gang PTHK (Parti Haïtien Tèt Kale). »

L’une des caractéristiques distinctives des reportages grand public des « parties troublées » du monde en général, y compris la couverture d’Haïti, est que, à quelques exceptions près, trop peu de journalistes de l’establishment passent beaucoup de temps avec les communautés de base pour avoir une perspective globale des événements au niveau de la rue.

Les médias indépendants Haïti Liberté et Uncaptured Media présentent un récit plus nuancé sur les problèmes actuels d’Haïti que la presse grand public. Avec des correspondants cherchant des voix derrière les barricades, du plus profond des quartiers pauvres, ce qui émerge sont des récits superposés sur les gangs, la violence et les vies désespérées qui ne sont pas aussi homogènes que la presse de l’establishment le prétend.

Dans un article de l’Associated Press du 31 janvier 2023 intitulé « En Haïti, les gangs prennent le contrôle alors que la démocratie se fane », Megan Janetsky et Pierre Richard Luxama désignent Jimmy Cherizier, chef de la communauté de Port-au-Prince et ancien flic, comme la principale force violente  incitant à la guerre des gangs :

« Sur le plan international, il est connu comme le chef de gang le plus puissant et le plus redouté d’Haïti, sanctionné par les Nations Unies pour de “graves violations des droits de l’homme”, et l’homme derrière un blocus de carburant qui a mis la nation des Caraïbes à genoux à la fin de l’année dernière. »

Reportage d’Evan Dyer pour la CBC : « Les chefs de gangs comme Cherizier ne se contentent plus simplement de fournir du muscle et de contraindre des votes pour les dirigeants d’Haïti ; il aspire maintenant à diriger lui-même Haïti ». L’affirmation de Dyer trahit son éloignement des événements réels mais parvient avec une prétention négligente à effacer les aspirations révolutionnaires des Haïtiens ordinaires.

Le documentaire du journaliste de Haiti Liberté Kim Ives et Uncaptured Media Dan Cohen, Another Vision-Inside Haiti’s Uprising (2022) est une ressource incontournable disponible sur YouTube qui “raconte l’histoire de Jimmy ‘Barbecue’ Cherizier et des Forces révolutionnaires de la famille G9 et de ses alliés, la fédération de quartier armé dans le collimateur de l’empire américain.

Cherizier a officiellement présenté sa coalition anti-violence du G9 dans une vidéo YouTube de 2020 :

“Le G9 et ses alliés est un groupe de jeunes hommes et femmes qui se sont unis pour dire qu’il n’y aura plus jamais d’enlèvements à Wharf Jeremy, qu’il n’y aura plus jamais de vols, de détournements de camions de riz ou de viols. Nous, dans le ghetto, n’avons jamais profité de quoi que ce soit. La famille G9 et ses alliés est une organisation de nationalistes concentrés sur le pays et les ghettos qui se sont unis pour démanteler un certain nombre de vagabonds et de gangs que les politiciens utilisent pour nuire aux ghettos chaque fois qu’ils cherchent à prendre le pouvoir”.

Selon le documentaire d’Ives et Cohen, Cherizier est le premier leader populiste depuis Aristide qui a réussi “à faire la lumière sur la douleur de la sous-classe abandonnée”.

Les près de trois heures de journalisme documentaire sont en partie une vérité graveleuse qui ne détourne pas les yeux et en partie une analyse médiatique qui “dissèque l’offensive de désinformation des médias occidentaux” contre Cherizier. Une autre vision est une expérience de rééducation puissante, si tout ce à quoi vous avez été exposé est une couverture grand public des «guerres de gangs» haïtiennes.

Le journalisme grand public canadien autour des affaires haïtiennes s’appuie fortement sur les récits officiels fournis par des représentants du gouvernement occidental, des organisations de défense des droits de l’homme et des groupes de réflexion.

En novembre 2017, alors qu’il était encore officier de la Police nationale d’Haïti (PNH), Cherizier a participé à une opération de police supervisée par l’ONU pour arrêter des criminels dans le quartier de Grand Ravine à Port-au-Prince. L’opération a mal tourné, une fusillade s’en est suivie, deux flics et neuf civils ont été tués, dont des membres présumés de gangs. Selon Cohen, « La représentation de cet événement est devenue la première salve d’une guerre de l’information contre Cherizier. »

Le Réseau national de défense des droits humains d’Haïti (RNDDH) a publié un rapport selon lequel des civils avaient été sommairement exécutés par la police lors du raid. Un article d’Intercept s’appuyant sur les affirmations du RNDDH a qualifié l’opération de massacre. Selon Cherizier, il n’y a pas eu d’exécutions sommaires par la police, des personnes ont été prises entre des tirs croisés entre policiers et membres de gangs. « Ces mensonges ont été fabriqués par le RNDDH pour faire pression sur la police afin qu’elle puisse trouver un problème à porter contre le gouvernement de l’époque. » Dans le film, Cohen explique comment le rapport du RNDDH a paniqué les dirigeants de la police qui se sont retournés contre Cherizier et l’ont accusé de mener une opération de voyous. Il a été licencié après 14 ans dans la force.

Lorsqu’elle cite des groupes de réflexion ou des sources liées à des organisations de défense des droits de l’homme, la presse de l’establishment ne rapporte généralement pas que nombre de ces groupes, y compris le RNDDH, sont financés par le National Endowment for Democracy (NED). La NED est une branche de propagande connue du gouvernement américain qui mène des campagnes de déstabilisation dans des pays étrangers. Dans le documentaire, Cohen cite Allen Weinstein, co-fondateur du NED sous Ronald Reagan : « Une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait il y a 25 ans en secret par la CIA. »

Le RNDDH a une histoire de machinations politiques au nom de ses parrains étrangers, y compris, sous une incarnation précédente (Coalition nationale pour les droits des Haïtiens [NCHR]), menant une campagne de désinformation à la veille du coup d’État de 2004 contre l’ancien président Jean-Bertrand Aristide.

L’ouverture du documentaire déballe l’histoire de la lutte de la nation caribéenne de l’esclavage à l’indépendance : « Aujourd’hui, Haïti est une néocolonie des États-Unis, de la France et du Canada… … La violence des gangs est une continuation de la lutte de classe de 200 ans contre l’exploitation et l’oppression. »

Mais le pouvoir du documentaire d’Ives et Cohen n’est pas dans la narration, c’est dans les images de la misère et les sons d’un défi déterminé. Cherizier fait visiter à l’équipe de tournage certains des coins les plus désespérés de son quartier inférieur de Delmas.

Narrateur:

« Les enfants jouent près des canaux imbibés d’eaux usées, les nettoyer est une tâche sans fin… des montagnes d’ordures puantes bordent les rues et les ruelles qui s’infectent pendant des mois sans être ramassées. Beaucoup brûlent 24 heures sur 24, pris en charge par les mendiants et les chiens. Mais dans le bas Delmas de Cherizier, la situation est différente ».

Le documentaire montre les résultats des tentatives de Cherizier d’unir les groupes armés contre les gangs criminels et les ravisseurs. L’ancien officier de la Police nationale d’Haïti amplifie devant la caméra “les problèmes sous-jacents qui engendrent la criminalité, la pauvreté et l’inégalité et une bourgeoisie qui paie et arme les criminels pour faire son sale boulot”.

Cherizier :

« Cela fait partie de Delmas 5,6,8 Another Vision. Une autre vision signifie que l’État ne fait rien pour nous ici. Si nous comptions sur l’État ou le gouvernement, notre quartier ne serait jamais propre ».

Cherizier explique comment les fonds collectés auprès des personnes de la diaspora haïtienne, qui vivaient autrefois dans les quartiers de bas de Delmas, sont utilisés pour acheter du matériel de nettoyage des rues. Il désigne une petite camionnette. « Avec ce véhicule, nous passons chez les gens tous les lundis, mercredis et vendredis pour ramasser leurs ordures.” En plus du nettoyage des rues, G9 fournit de l’eau à faible coût aux résidents, des activités récréatives pour les jeunes et des programmes d’enrichissement communautaire allant de la préparation de repas chauds aux cours de danse et aux concerts. »

Narrateur:

« Le 17 juin 2021, la compagnie de maintien de l’ordre de la Police Nationale d’Haïti appuyée par des irréguliers des groupes armés de Bel-air, Ruelle Maillard et TireMasse (quartiers rivaux) a attaqué Delma 4 et 6 (quartiers Cherizier). En l’espace de quelques heures, ils ont incendié et détruit au bulldozer plus de 60 maisons et au moins une école. Des témoins nous ont dit que 20 personnes sont mortes dans l’attaque ».

Cherizier conduit Cohen dans une visite des dégâts :

«Ce que vous voyez là-bas a été fait par des policiers. Avec des groupes armés de Ruelle Maillart, Bel-Air et Rue Tiremasse. Ils utilisaient les policiers pour raser et détruire ces maisons. Vous ne verrez jamais un groupe de défense des droits de l’homme parler du massacre de Delmas 6. Vous n’entendrez jamais des groupes de défense des droits de l’homme parler des gens de Delmas 6 qui ont été tués. Vous n’entendrez jamais les groupes de défense des droits de l’homme parler de Delmas 6 personnes devenues sans abri ».

Interpellé par Cohen, le directeur du RNDDH, Pierre Espérance, affirme que son organisation est trop à court de ressources « pour tout rapporter ».

Le documentaire démystifie efficacement les allégations de massacre et de viol contre Cherizier, mais ne s’empêche pas de montrer la ferveur révolutionnaire du mouvement qu’il a lancé.

Cherizier reconnaît que les gangs criminels qui l’opposent sont victimes du système tout comme lui :

« Qui est notre ennemi ? Ce ne sont pas ces types armés de Ruelle Maillart qui sont nos vrais ennemis. Ce ne sont pas les types armés de Bel-Air, Rue Tiremasse et Grand Ravine qui sont mes ennemis. Nous avons une société où 5 % de la population contrôlent 85 % de la richesse du pays. Nous avons 60 p. 100 de personnes âgées de moins de 35 ans. 70 % de notre population est sans emploi. C’est la réalité du pays. Aujourd’hui j’ose attaquer le système. C’est pourquoi ces gars veulent me détruire. Nous voulons une révolution pour redistribuer la richesse du pays pour que tous les Haïtiens aient quelque chose. »

Une supportrice animée confirme :

« Nous devons revendiquer ce qui nous revient de droit. Quand je dis juste, je veux dire le droit à la santé, à l’éducation et au logement. Nous avons droit à toutes ces choses pour vivre comme des êtres humains. Comme vivent les gens de Pétionville, comme vivent les gens du haut Delmas. Nous devons aussi aller à l’école. Ils ne sont pas plus intelligents que nous, mais pourquoi nous marginalisent-ils toujours. Aujourd’hui, nous disons qu’une autre Haïti est possible. Aujourd’hui on dit à propos de ce système, il est temps de prendre conscience. Nous devons devenir conscients pour voir l’état dans lequel les gens vivent. Venez à la Cité du Soleil pour voir comment nous vivons. »

Dans un rapport d’Haïti Liberté, Kim Ives a récemment émis l’hypothèse d’une reprise des combats entre les quartiers du centre-ville de Port-au-Prince, après des mois de paix relative :

« Certains analystes se demandent si les affrontements qui font actuellement rage n’ont pas été conçus pour fournir un prétexte à Washington et Ottawa pour lancer leur troisième occupation militaire étrangère d’Haïti au cours des trois dernières décennies ».

En effet, à la veille de la visite du président Joe Biden à Ottawa, Allan Woods se demande dans le Star si « le Canada acceptera de diriger une force de sécurité internationale pour ramener l’ordre dans le pays en renforçant la police nationale d’Haïti en sous-effectif et mal équipée ».

La presse de l’establishment canadien a abandonné le journalisme responsable lorsqu’il s’agit de faire des reportages sur Haïti. Les contestations des décisions du gouvernement concernant une intervention militaire en Haïti et les questions posées aux décideurs politiques canadiens pour rendre compte d’une histoire d’ingérence dans les affaires haïtiennes continuent d’être inexplorées dans la couverture et les analyses de l’actualité canadienne.

Les consommateurs canadiens de nouvelles qui lisent, regardent et écoutent exclusivement les nouvelles grand public restent sous-informés de l’histoire déshonorante de l’ingérence du Canada en Haïti.


*Peter Biesterfeld est un écrivain indépendant, un réalisateur de documentaires indépendant et un éducateur basé à Toronto. Il écrit et réalise des films sur la justice sociale et les questions de veille médiatique. Il a écrit pour le magazine NOW, Common Ground, The Dominion et Videomaker.

The Canada Files
23 mars 2023

 

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here